20 septembre 2023 : Journée européenne de la prostate

Actualités Cancer

Rédigé par Estelle B. et publié le 18 septembre 2023

L’hypertrophie bénigne de la prostate, la prostatite et le cancer de la prostate sont les trois pathologies les plus fréquentes de la prostate, un organe spécifiquement masculin. Pour mieux faire connaître les fonctions de la prostate et les maladies qui l’affectent, l’Association Européenne d’Urologie organise le 20 septembre la journée européenne de la prostate.

Journée européenne prostate

Qu’est-ce que la prostate et à quoi sert-elle ?

Avant d’être le siège de maladies largement connues du grand public, la prostate est un organe spécifiquement masculin. Il s’agit d’une petite glande, habituellement de la taille d’une noix, qui se situe sous la vessie. Elle entoure la partie supérieure de l’urètre et le tube urinaire. Son rôle physiologique est de sécréter le liquide séminal, qui entre dans la composition du sperme pour assurer le transport des spermatozoïdes. Avec l’âge, cette glande a tendance à prendre du volume de manière physiologique, c’est l’hypertrophie bénigne de la prostate, encore appelée l’hyperplasie bénigne de la prostate ou l’adénome prostatique.

Comme son nom l’indique, elle est bénigne, mais peut occasionner de nombreux désagréments pour les hommes âgés, notamment des troubles urinaires importants pouvant impacter le sommeil. Des traitements médicaux, voire un recours à la chirurgie peuvent être proposés aux patients, en fonction du volume de la prostate et de l’impact sur leur qualité de vie. Si deux tiers des hommes de plus de 50 ans ne décrivent aucune gêne en lien avec leur prostate, le risque d’hypertrophie bénigne de la prostate s’élève à 90 % après l’âge de 85 ans.

Trois pathologies fréquentes de la prostate

Autre maladie qui peut affecter la prostate, cette fois-ci à tous les âges de la vie des hommes, la prostatite. La prostatite correspond à une inflammation douloureuse de la prostate, en lien avec une infection bactérienne. La douleur peut s’étendre entre le scrotum et l’anus, dans la région lombaire, le pénis ou les testicules. S’ajoutent à la douleur des signes urinaires, des troubles de la fonction érectile et parfois des troubles anaux. Un diagnostic de l’infection bactérienne est nécessaire pour définir le traitement antibiotique le plus adapté. Le plus souvent, la prostatite est aiguë, mais elle peut aussi devenir chronique, notamment chez la personne âgée.

Enfin, la troisième pathologie qui affecte fréquemment la prostate est le cancer de la prostate, le cancer le plus fréquent chez l’homme. En 2018, près de 60 000 nouveaux cas de ce cancer ont été recensés en France d’après l’Institut National du Cancer. Rare avant l’âge de 50 ans, sa fréquence augmente avec l’âge. Grâce aux progrès diagnostiques et thérapeutiques, le pronostic du cancer de la prostate est désormais très favorable, avec une survie de plus de 90 % à 5 ans.

Le dosage du PSA, reflet de la santé de la prostate ?

La journée européenne de la prostate se fixe notamment pour objectif de sensibiliser les hommes au dépistage précoce du cancer de la prostate. Ce dépistage repose sur un toucher rectal et un dosage du taux de PSA, le Prostatic Specific Antigen, à partir d’une simple prise de sang. Ce dosage est recommandé régulièrement chez tous les hommes à partir de 50 ans. L’augmentation du taux de PSA n’est pas toujours associée à la présence d’une tumeur prostatique, mais elle constitue un argument pour prescrire des examens complémentaires, comme une échographie, un scanner voire une biopsie.

La journée européenne de la prostate sera marquée par différents événements qui permettront à tous, patients, grand public et professionnels, de mieux s’informer sur la prostate et les maladies qui la touchent.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Journée Européenne de la prostate, le 20 septembre. www.chu-lyon.fr. Consulté le 24 août 2023
– Les symptômes et le diagnostic du cancer de la prostate. www.ameli.fr. Consulté le 24 août 2023
  • Claude OUSTLANT says:

    Bonjour Madame,

    je suis administrateur d’une association contre le cancer de prostate. Il nous arrive parfois d’avoir besoin d’un(e) spécialiste capable de vulgariser des textes scientifiques à destination des patients.

    Pourriez-vous avoir l’obligeance de me communiquer vos coordonnées.

    Reply
Ou
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *