L’ARNm, source de vaccins… et de médicaments !

Actualités Maladies virales

Rédigé par Estelle B. et publié le 17 février 2024

La technologie de l’ARNm s’est brutalement retrouvée sous la lumière des projecteurs lors de la pandémie de la Covid-19, avec le développement rapide de plusieurs vaccins utilisant cette technique. Quels sont les atouts de cette nouvelle technologie ? Quels autres vaccins sont à l’étude ? Peut-elle être utilisée pour développer d’autres thérapies ? Santé Sur le Net vous dévoile les secrets de la technologie de l’ARNm.  

Développement ARNm

Qu’est-ce que la technologie des ARNm ou ARN messagers ? 

L’ARNm pour acide ribonucléique messager est avant tout une substance présente à l’état naturel dans toutes les cellules de l’organisme. Il s’agit d’un acide nucléique, porteur de l’information génétique destinée à être traduite en protéine par la machinerie cellulaire. Cet ARN est dit messager, car il sert d’intermédiaire entre l’ADN du noyau, gardien de notre patrimoine génétique, et les protéines, qui assurent de nombreuses fonctions biologiques et physiologiques. Depuis une dizaine d’années, les chercheurs développent la technologie des ARNm, c’est-à-dire l’utilisation des ARNm pour produire des solutions thérapeutiques : par exemple des protéines capables de provoquer une réaction immunitaire pour un vaccin ou des protéines capables de remplacer une protéine défaillante dans le cadre d’une maladie génétique.  

Pour le grand public, la découverte de la technologie des ARNm s’est faite lors de la pandémie de la Covid-19, avec le développement en seulement quelques mois de plusieurs vaccins efficaces contre le virus SARS-CoV2. Administrés aux patients, les ARNm permettent dans les cellules de l’organisme la synthèse d’une protéine, qui sert d’antigène pour induire une réponse immunitaire spécifique. L’ARNm quant à lui est rapidement détruit.  

À savoir ! Contrairement à certaines fake news, la technologie de l’ARNm n’a aucune conséquence sur l’ADN ou le génome. Notre génome est conservé à l’abri dans le noyau. L’ARNm est utilisé hors du noyau par la machinerie cellulaire pour produire des protéines d’intérêt

Des vaccins contre la Covid-19 à des vaccins Covid-19 – grippe -VRS !  

La technologie de l’ARNm a fait ses preuves avec les vaccins contre la Covid-19. Désormais, elle suscite l’intérêt des chercheurs et des laboratoires pharmaceutiques pour développer, non seulement de nouveaux vaccins, mais aussi de nouvelles solutions thérapeutiques. Le champ des possibles est large avec cette technique, puisqu’en théorie, elle permet à l’organisme de produire n’importe quelle protéine intéressante sur le plan thérapeutique.  

Déjà, plusieurs laboratoires développent des vaccins à ARNm associant plusieurs valences :  

  • La Covid-19 et la grippe saisonnière. Pour cette saison hivernale 2023-2024, les recommandations françaises préconisaient aux personnes fragiles de se faire vacciner à la fois contre la Covid-19 et contre la grippe saisonnière. Une recommandation qui impose deux injections simultanées ou différées pour ces personnes. Le développement de vaccins combinés permettrait de protéger les personnes fragiles contre les deux maladies en une seule injection ! 
  • La Covid-19, la grippe saisonnière et le VRS (Virus Respiratoire Syncitial), responsable entre autres de la bronchiolite du jeune enfant. Là encore, un vaccin combiné permettrait de protéger en une seule injection les sujets les plus fragiles face à ces trois infections hivernales. 

Des vaccins… mais aussi de nouvelles thérapies 

Parallèlement à des vaccins combinés, la technologie ARNm pourrait permettre dans les années à venir de développer plus rapidement des vaccins contre d’autres pathologies, comme l’infection à CMV (Cytomégalovirus), l’infection par l’EBV (Epstein-Barr virus) ou encore les virus de l’Herpès. Plusieurs candidats vaccins à ARNm sont actuellement à l’étude contre ces maladies. La technologie à ARNm pourrait ainsi rapidement devenir l’une des méthodes privilégiées pour développer des vaccins, en parallèle des autres technologies vaccinales.  

Et les possibilités de la technologie ARNm vont encore plus loin. Elle pourrait permettre de développer de nouvelles solutions thérapeutiques dans une vaste gamme de pathologies, dont les cancers, les maladies génétiques et les maladies rares. Là encore, plusieurs candidats médicaments ou vaccins sont en cours d’essais cliniques et pourraient voir le jour dans les années à venir, permettant d’importantes avancées dans la prise en charge de maladies graves, comme le mélanome ou la mucoviscidose. 

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– La technologie de l’ARN messager. www.sciencedirect.com. Consulté le 8 février 2024.
– QU’EST-CE QU’UN VACCIN ARN MESSAGER ?professionnels.vaccination-info-service.fr. Consulté le 8 février 2024.
– Vaccination COVID-19 : Rapidité de développement des vaccins Questions-Réponses. www.infovac.fr. Consulté le 8 février 2024.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *