Femme qui a mal à la gorge et qui se tient la gorge.

Diagnostic et traitement

Quel diagnostic ?

Examen médical pour détecter un cancer de la gorge.Le diagnostic d’un cancer de la gorge repose sur la réalisation d’une endoscopie suivie d’une biopsie.

Une endoscopie est un examen médical permettant de visualiser l’intérieur d’un organe, ici la gorge, grâce à l’introduction par la bouche, d’un câble équipé d’une caméra et d’une lampe. L’examen est réalisé à jeun et sous anesthésie locale ou générale à l’aide d’un endoscope (tube souple muni d’une caméra et d’une lampe). Un spray ou gel anesthésiant permet d’anesthésier le fond de la gorge afin d’éviter les vomissements à l’introduction de l’endoscope. Les complications (essentiellement blessures) d’une telle intervention sont rares.

Parfois, cet instrument est utilisé pour réaliser un prélèvement, lorsqu’une lésion est jugée suspecte. On parle alors de biopsie (prélèvement d’un échantillon de tissu pour l’examiner au microscope).

Les risques d’une biopsie sont principalement de type cicatriciel (capacité de cicatrisation très variable d’un individu à l’autre), ou liés au geste chirurgical (hémorragie, infection, etc.) ou à l’anesthésie.

Lorsque les résultats de la biopsie révèlent un cancer, des tests d’imagerie (IRM, TDM) sont alors réalisés pour déterminer l’étendue de la tumeur.

Quel traitement ?

La prise en charge d’un cancer de la gorge repose sur deux méthodes : la chirurgie et la radiothérapie. Le traitement est choisi selon la taille et la localisation de la tumeur.

Lorsque le cancer est détecté précocement, il est souvent possible de retirer la tumeur chirurgicalement tout en conservant les fonctions physiologiques. De récentes techniques permettent aux médecins d’opérer par la bouche plutôt que par une incision au niveau du cou. Certaines méthodes emploient un endoscope pour guider une chirurgie au laser. D’autres ont recours à un robot chirurgical contrôlé par le chirurgien.

La radiothérapie, associée ou non à la chimiothérapie, peut être utilisée en première intention ou après une intervention chirurgicale. De façon générale, la radiothérapie seule est plutôt utilisée pour les cancers à un stade précoce, et l’association radiothérapie-chimiothérapie pour les stades plus avancés.

La source de rayonnement est localisée à distance du patient. On parle de radiothérapie externe. L’appareil ressemble à celui d’une radiographie en un peu plus volumineux. La séance de radiothérapie est de courte durée, c’est-à-dire quelques minutes, et n’est pas douloureuse. Une hospitalisation n’est pas nécessaire et la séance peut être effectuée en ambulatoire.

A noter ! La radiothérapie entraîne de nombreux effets indésirables : sécheresse buccale due à la destruction des glandes salivaires, troubles dentaires, ostéoradionécrose (perte de l’os et des tissus mous environnants la zone traitée). Ainsi, avant tout traitement, les troubles dentaires préexistants doivent être résolus et toute dent dégradée est retirée.

Prévention

Pour prévenir un cancer de la gorge, ou du moins diminuer sa probabilité de survenue, certaines mesures peuvent être appliquées :

  • L’arrêt du tabac ;
  • La diminution de la consommation d’alcool ;
  • La vaccination contre HPV.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Cancer de la bouche et de la gorge. LE MANUEL MSD. Consulté le 3 mai 2020.
– Le cancer du larynx. LIGUE CONTRE LE CANCER. Consulté le 3 mai 2020.