Hématome cutané

Les hématomes et les ecchymoses sont des lésions cutanées, familièrement appelées « bleu » survenant le plus souvent à la suite d’un traumatisme. Dans la majorité des cas, ces lésions sont sans gravité. Les hématomes peuvent cependant parfois nécessiter un avis médical.

Définition

Lors d’un choc, on peut observer que les vaisseaux sanguins se trouvant sous la peau diffusent le sang qu’ils contiennent dans les tissus. On parle d’hémorragie sous-cutanée. Cette dernière est à l’origine de l’hématome et de l’ecchymose.

Un hématome est défini comme étant une accumulation de sang dans les couches profondes de la peau. Il est à différencier de l’ecchymose ou du fameux « bleu » qui correspond à une petite fuite de sang qui reste dans l’épaisseur de la peau.

Une ecchymose est le plus souvent provoquée par :

  • Un choc léger ;
  • Une chute ;
  • Une contusion.

Elles sont très fréquentes chez le petit enfant qui chute fréquemment ainsi que chez le sportif. Les ecchymoses sont dans la majorité des cas localisées au niveau des bras ou des jambes et sont souvent sans gravité.

Un hématome peut survenir suite à :

  • Un choc violent avec un objet (ballon ou balle par exemple) ;
  • Un violent coup de pied ou de poing ;
  • Un choc survenant lors d’un accident de la route ;
  • Des chocs légers ou modérés à répétition (certains sports).

Bien que les ecchymoses et les hématomes soient le plus souvent liés à un traumatisme, il existe cependant d’autres causes plus rares, mais possibles. Ainsi, il arrive parfois que ces lésions cutanées surviennent spontanément, sans contusion ou bien suite à une contusion minime. Elles sont alors soit liées à des maladies entraînant des troubles de la coagulation (par exemple l’hémophilie, la leucémie ou l’insuffisance hépatique), soit à la prise de certains médicaments (anticoagulants, antiagrégants plaquettaires comme l’aspirine, certaines chimiothérapies, les corticoïdes sur une longue période).

Enfin, certains facteurs peuvent favoriser l’apparition d’ecchymoses ou d’hématomes :

  • L’âge. Chez les personnes âgées, les vaisseaux sont plus fragiles et la peau est plus fine, ce qui les rend plus vulnérables aux chocs ;
  • Le sexe. Les femmes ont la peau plus fine que les hommes et sont donc plus sujettes aux ecchymoses ou aux hématomes ;
  • L’accouchement par voie basse. Lorsque le bébé vient au monde par le siège, il peut avoir quelques ecchymoses sur le visage.

Symptômes

Une ecchymose peut prendre diverses couleurs : bleue, noire ou violacée. Par ailleurs, elle ne disparaît pas lorsque l’on fait pression dessus. Bien que les contours de la lésion soient irréguliers, la surface de la peau est intacte. L’étendue de l’ecchymose dépend de la force du choc, mais aussi de la quantité de vaisseaux présents au niveau de la zone touchée. Généralement, l’ecchymose est de petite taille.

Un hématome cutané est quant à lui de couleur bleu foncé au début, puis vire au vert et au jaune lorsqu’il régresse (plus lentement qu’une ecchymose). Il fait saillie sous la peau.

Que ce soit l’ecchymose ou l’hématome, ils ne sont pas douloureux sauf lorsqu’on appuie dessus ou qu’on les compresse. En revanche, la partie du corps ayant subi le choc est douloureuse.

L’intensité des symptômes dépend de la zone corporelle touchée :

  • « L’oeil au beurre noir » est une appellation courante pour décrire un hématome autour de l’œil à l’origine d’un cercle noir ou violet entourant le globe oculaire. La paupière peut être enflée et la coloration peut parfois descendre jusqu’à la joue ;
  • « L’oreille en chou-fleur » est une expression qui fait référence à un choc au niveau de l’oreille responsable d’un hématome du pavillon de l’oreille. Il se traduit par un gonflement violet de cette dernière à l’origine d’un déformement ;
  • Suite à un choc (comme un coup de marteau ou le pincement d’un doigt dans une porte) sur l’extrémité du doigt, un hématome peut se former sous l’ongle. Celui-ci peut s’étendre et provoquer d’importantes douleurs ;
  • Un choc sur la boîte crânienne peut engendrer un hématome du cuir chevelu et former une bosse. Chez certains individus suivant un traitement anticoagulant ou antiplaquettaire ou en cas de choc violent, un hématome intracrânien (potentiellement grave) peut se former.

De façon générale, une ecchymose ou un hématome est bénin. Ils guérissent en quelques semaines maximum et la couleur passe du rouge au noir en 48 voire 72 heures. Après une semaine, la lésion devient violacée puis jaunâtre avant de s’estomper progressivement. Lorsque des complications apparaissent, une consultation médicale est nécessaire :

  • L’hématome ne disparaît pas ;
  • L’hématome sous l’ongle devient très douloureux malgré l’application des conseils.

Traitement

Dans la majorité des cas, les « bleus » sont sans gravité et disparaissent spontanément, plus ou moins rapidement.

Il est cependant possible d’atténuer les symptômes et de faciliter la guérison en appliquant quelques conseils simples.

Il est conseiller d’appliquer une poche de glace sur la zone concernée pendant environ quinze minutes. En effet, la glace permet de limiter l’extension de l’ecchymose et aide à diminuer la douleur.  En revanche, il ne faut jamais appliquer directement la glace sur la peau, mais la placer préalablement dans un tissu, sous peine d’engendrer une engelure (lésion de l’épiderme par le froid). En complément, il est possible d’apposer un pansement sur l’hématome et d’exercer une pression douce dessus.

À savoir ! En cas d’hématome sous l’ongle, il est possible de l’évacuer !

En cas de douleur trop importante, des traitements antalgiques (paracétamol ou anti-inflammatoires) peuvent être utilisés. Il faut cependant éviter la prise d’aspirine qui fluidifie le sang. Il existe aussi des préparations, généralement à base d’arnica, à appliquer localement sur le « bleu ». Ces dernières dont l’efficacité reste variable d’un individu à un autre ne sont pas prises en charge par l’Assurance Maladie.

Dans certains cas, un hématome ou une ecchymose peut nécessiter une consultation en urgence :

  • Un hématome apparaît au niveau du cuir chevelu suite à un coup sur la tête et l’individu présente une perte de connaissance, des troubles de la conscience ou des fourmillements dans les membres (bras ou jambes) ;
  • Des ecchymoses sont associées à d’autres symptômes comme de la fièvre, de la fatigue, des douleurs, etc. ;
  • De nombreuses ecchymoses surviennent sans cause évidente (pas de chute, pas de coup, etc.) ;
  • Un hématome ou une ecchymose apparaît « en lunettes », c’est-à-dire autour des deux yeux après un choc sur le crâne ;
  • Un hématome ou une ecchymose survient suite à un choc violent et direct sur l’œil. Le patient évoque des difficultés visuelles comme une vision modifiée, des douleurs intenses ou des troubles de la mobilité de l’œil. Diverses causes peuvent être évoquées : un décollement de la rétine, une fracture du plancher de l’orbite ou une hémorragie à l’intérieur de l’œil ;
  • Un hématome ou une ecchymose apparaît suite à un coup ou choc au niveau du ventre ou du thorax et l’individu présente un état de choc (pouls rapide, état de torpeur, chute de la tension artérielle). Il peut être question d’une hémorragie interne ;
  • L’hématome est localisé au niveau des bourses ;
  • Un hématome volumineux au niveau du pavillon de l’oreille ;
  • L’hématome continue d’évoluer au lieu de se stabiliser, autrement dit, il devient chaud, douloureux et son volume augmente ;
  • Un hématome volumineux qui engendre des troubles de la zone du corps touchée (par exemple une perte de sensibilité ou une impossibilité de bouger).

Charline D., Pharmacien

– Ecchymose et hématome cutané. Ameli. Le 26 octobre 2017.