poils-jambes-femme

Diagnostic et traitement

Quel diagnostic ?

L’hirsutisme est diagnostiqué grâce à un bilan médical de la pilosité. Ce bilan permet de choisir le traitement le plus adapté à la patiente.

L’apparition de poils dans des zones masculines chez une femme doit la mener à consulter un dermatologue, un gynécologue ou un endocrinologue. Souvent, un simple interrogatoire associé à un examen clinique permet de poser le diagnostic.

L’excès de pilosité est évalué par le score de Ferriman et Gallwey.  Une cotation de 0 à 4 est attribuée à la pilosité observée dans 9 zones du corps sensibles aux androgènes :

  • La lèvre supérieure ;
  • Le menton ;
  • La poitrine ;
  • Le haut du dos ;
  • Le bas du dos ;
  • L’abdomen inférieur ;
  • L’abdomen supérieur ;
  • Les bras, cuisses et jambes ;
  • Les avant-bras.

Un score égale ou supérieur à 8 permet de mettre en évidence un hirsutisme qui est d’autant plus sévère que le score est élevé.

Selon la cause suspectée, divers examens peuvent être réalisés : bilan hormonal par dosage sanguin, échographie, IRM, etc.


Quel traitement ?

Hirsutisme-traitementLe traitement dépend de l’origine du trouble. L’hirsutisme peut être révélateur d’une maladie, qu’il faut alors rechercher et prendre en charge. Généralement, il repose sur l’utilisation d’anti androgènes (acétate de cyprotérone). Un traitement cosmétique (épilation, laser) est très souvent associé.

Lors d’un dérèglement hormonal, une contraception hormonale peut être mise en place, voire un traitement à base d’acétate de cyprotérone dans les cas les plus sévères. L’objectif de ce traitement est de diminuer la production d’androgènes ou de bloquer leur action sur le poil. Il est prescrit en l’absence de toute contre indications, à la plus petite dose possible et le moins longtemps possible en raison d’un risque de survenue de méningiome lorsque l’utilisation est prolongée.

Lorsque c’est un traitement qui est suspecté d’avoir déclenché un hirsutisme, celui-ci est arrêté ou remplacer.

Par ailleurs, il faut souvent envisager en complément, une perte de poids, une augmentation de l’activité physique et un soutien psychologique compte tenu du caractère exposant de la maladie.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Pilosité excessive chez la femme. Ameli. Consulté le 20 septembre 2019.
– Hirsutisme. Larousse. Consulté le 20 septembre 2019.
– Hirsutisme (pilosité excessive). Médecine de la fertilité et endocrinologie gynécologique. Consulté le 20 septembre 2019.