Oedeme

Diagnostic et traitement

Quel diagnostic ?

L’origine d’un œdème de Quincke est souvent évidente. De ce fait, les tests diagnostiques sont rarement nécessaires.

Afin d’aider le médecin à déterminer la cause de l’angioedème, il peut être utile de prendre des notes sur les symptômes observés (présence d’urticaire ou non, aspect de l’œdème), les symptômes associés (asthme, douleurs abdominales, etc.), l’élément déclencheur (piqûre d’insecte, effort, certains aliments ou médicaments, etc.), le temps écoulé entre l’événement déclencheur et l’œdème, la durée des symptômes, la localisation de l’œdème, etc.

En cas d’origine allergique, que la réaction soit grave ou non, un bilan allergologique est proposé afin de permettre au patient d’avoir un traitement d’urgence (Adrénaline auto-injectable, corticoïde, ventoline, etc.) adapté à portée de main.

Lorsqu’aucune cause évidente n’apparaît, un dépistage génétique est envisagé afin de rechercher un angioedème héréditaire ou acquis.

Quel traitement ?

Les symptômes de l’angioedème allergique sont soulagés par des antihistaminiques. Pour les réactions plus sévères, un corticoïde (prednisone) peut être prescrit. En cas d’angioedème grave, l’administration intraveineuse d’un corticoïde et d’un antihistaminique associés est prescrite.

Concernant l’angioedème non allergique, le traitement dépend de la cause. Ainsi, lorsque l’œdème est lié à la prise d’un traitement antihypertenseur, il suffit de stopper ce dernier pour voir les symptômes s’estomper dans 24 à 48h qui suivent. Quand les symptômes sont sévères ou réfractaires, les traitements utilisés sont ceux de l’angioedème angioneurotique : l’écallantide, l’icatibant qui sont des inhibiteurs de la bradykinine.

Lorsque l’origine de l’angioedème est inconnue, ont dit qu’il est « idiopathique ». De forte dose d’un antihistaminique par voie orale peuvent être prescrite.

Comment prévenir ?

Pour les patients qui ont déjà présenté un œdème de Quincke ou un choc anaphylactique, il est conseillé de se faire prescrire une trousse d’urgence. Cette dernière contient un stylo auto-injecteur d’adrénaline à utiliser dès les premiers symptômes.

Par ailleurs, un comportement d’éviction doit être mis en place à l’encontre des éventuels facteurs déclenchant mis en cause, par exemple se protéger des piqûres d’insecte en portant des vêtements couvrant et de l’insecticide.

Parfois un traitement de fond (antihistaminique) est mis en place afin de diminuer les risques de récidives ou pour traiter une pathologie associée comme l’asthme ou l’urticaire chronique.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Œdème de Quincke. Ameli. Consulté le 22 octobre 2019.
– Œdème de Quincke. Le manuel MSD. Consulté le 22 octobre 2019.