rectite-intestin

Diagnostic et traitement

 Quel diagnostic ?

rectite-2Le diagnostic d’une rectite est basé sur la mise en évidence de l’inflammation de la muqueuse par rectoscopie (ou sigmoïdoscopie). Des prélèvements de la muqueuse rectale sont effectués en même temps afin d’être analysés en laboratoire pour identifier la bactérie, le champignon ou le virus responsable de l’inflammation rectale.

L’endoscopie est un examen permettant l’observation de structures internes à l’aide d’une sonde souple appelée endoscope. Lorsqu’il est inséré dans l’anus, l’endoscope peut être utilisé pour examiner le rectum (anuscopie), une partie du gros intestin, le rectum et l’anus (sigmoïdoscopie), la totalité du gros intestin, le rectum et l’anus (coloscopie). La coloscopie se déroule sous anesthésie générale et nécessite un court séjour (souvent 1 journée) à l’hôpital. Les endoscopes ont un diamètre compris entre 0,5 et 1,25 centimètres, et une longueur minimum de 30 centimètres. Le choix de l’endoscope dépend de la partie du tube digestif à explorer. L’appareil est souple et constitué d’une source lumineuse et d’une caméra permettant une bonne visualisation de la muqueuse digestive. Ainsi, il est possible de détecter la présence d’irritations, d’ulcères, d’inflammation ou d’excroissances au niveau de la muqueuse.

Des examens sanguins sont effectués pour mettre en évidence une éventuelle syphilis, et l’analyse des selles pour détecter la présence de Clostridium difficile.

Enfin, une coloscopie est réalisée pour rechercher une maladie de Crohn ou une rectocolite hémorragique.

Quel traitement ?

La prise en charge d’une rectite repose avant tout sur le traitement de sa cause. Elle peut consister en la prise d’anti-inflammatoires, d’antibiotiques ou d’immunomodulateurs.

Lorsque la rectite est causée par une infection bactérienne, le traitement repose sur une antibiothérapie. Si c’est un traitement antibiotique qui a provoqué la rectite en détruisant les bactéries intestinales, le métronidazole ou la vancomycine sera prescrit.

En cas de rectite radique, la formaline (un produit utilisé pour la décontamination) peut être appliquée directement sur la zone concernée afin de soulager les symptômes. Des anti-inflammatoires type hydrocortisone ou mésalazine (anti-inflammatoire utilisé dans les MICI) sont une alternative. Ils peuvent être administrés sous forme de lavements ou de suppositoires. Si besoin, des corticostéroïdes par voie orale peuvent être associés.

Lorsque la rectite a engendré des saignements de la muqueuse rectale, diverses solutions sous endoscopie peuvent être envisagées afin d’arrêter le saignement : laser, électrocoagulation, sondes thermiques.

Il est exceptionnel qu’une intervention chirurgicale (ablation du colon) soit nécessaire.

À savoir ! Il est important de s’assurer de la cicatrisation complète de la muqueuse rectale avant l’arrêt des traitements, même lorsque tous les symptômes ont disparu.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Rectite. LE MANUEL MSD. Consulté le 16 janvier 2020.
– Rectite. LE MANUEL MSD. Consulté le 16 janvier 2020.
– La rectite chronique. SNFCP. Consulté le 16 janvier 2020.
– Endoscopie.LE MANUEL MSD. Consulté le 16 janvier 2020.