Catalepsie

septembre 2021 par

Catalepsie

La catalepsie est un trouble nerveux correspondant à un état transitoire durant lequel les muscles du corps sont figés dans une position donnée. La crise peut concerner tout le corps ou seulement une partie. Le patient ne peut plus bouger pendant quelques minutes, quelques heures voire quelques jours. Le diagnostic est clinique, il repose sur les symptômes caractéristiques de l’affection. Des examens complémentaires sont prescrits par le médecin pour identifier une éventuelle pathologie sous-jacente au trouble. Le traitement de la catalepsie consiste à traiter sa cause. Des médicaments myorelaxants peuvent être prescrits pour détendre les muscles du patient. Lorsque la crise est liée à un choc émotionnel, un accompagnement psychologique est proposé.

Définition et symptômes de la catalepsie

Qu’est-ce que la catalepsie ?

La catalepsie est une atteinte psychomotrice qui se traduit par une impossibilité pour le patient de bouger pendant une durée plus ou moins longue. Ce trouble survient par crises, et il peut toucher le corps entier comme une seule partie.

homme allongé au sol

À savoir ! Le terme catalepsie est tiré du mot grec « katálēpsis » qui signifie saisir ou atteindre.

À noter ! Une tierce personne peut bouger un membre du patient ou modifier sa position, durant la crise de catalepsie, qu’il va conserver. On parle de flexibilité cireuse, une caractéristique de la catalepsie.

Le patient en crise n’est, par ailleurs, que très peu sensible au toucher ou à la douleur.

Le nombre d’individus concernés par les crises de catalepsie est inconnu. Aucune étude scientifique ne s’est, en effet, intéressée au sujet jusqu’à présent. Il semblerait que cette affection soit très rare dans la population.

L’origine de la catalepsie serait un trouble en lien avec la protéine kinase A (ou PKA), l’une des enzymes impliquées dans la transmission nerveuse au niveau cellulaire, et dans le métabolisme de la dopamine. La maladie survient toujours en association avec un autre trouble comme :

  • Une pathologie psychiatrique (essentiellement la schizophrénie et l’hystérie). La catalepsie se présente sous forme de crises catatoniques survenant de manière brutale. Les membres sont hypertendus et le tronc prend la forme d’un arc de cercle. La crise de catalepsie peut aussi prendre la forme de sommeil cataleptique au cours duquel le patient semble dormir alors qu’en réalité, il est en état de veille ;
  • Une atteinte neurologique (par exemple la maladie de Parkinson, une tumeur ou une crise d’épilepsie) ;
  • Le sevrage de la cocaïne ;
  • Ou encore, un choc émotionnel important.

À noter ! Les individus souffrant d’une affection psychiatrique ont plus de chance que les autres de développer une catalepsie en cas de choc ou de privation de sommeil.

À savoir ! Les spectacles d’hypnose se servent de la catalepsie pour créer l’illusion. L’hypnotiseur plonge volontairement ses cobayes dans cet état.

Quels symptômes ?

Les symptômes de la catalepsie sont impressionnants, ils peuvent faire penser au décès du patient.

Une crise se manifeste par :

  • Une perte du contrôle musculaire;
  • Une rigidité musculaire. Le patient est parfois figé dans des positions loufoques ;
  • Une mobilité possible par une tierce personne, avec maintien dans la nouvelle position ;
  • Une pâleur ;
  • Une baisse voire perte des sensations douloureuses ou tactiles durant la crise ;
  • Un ralentissement des fonctions liées au système nerveux autonome comme les battements du cœur ou la respiration.

Une crise de catalepsie peut durer quelques minutes comme plusieurs semaines. Certains cas de plusieurs années ont même été évoqués.

Il n’existe pas de risque particulier lié à la catalepsie. La surveillance porte juste sur la bonne hydratation et nutrition du patient en crise lorsque celle-ci est prolongée.

Diagnostic et traitement de la catalepsie

Quel diagnostic ?

Tout individu souffrant d’une crise de catalepsie doit être immédiatement conduit aux urgences.

Le diagnostic de cette affection est clinique. Il repose sur l’observation des symptômes caractéristiques de la catalepsie, à savoir une rigidité musculaire avec une absence de réflexe aux stimuli tactiles ou douloureux. Parfois, l’origine de la catalepsie semble évidente, par exemple, en cas de choc émotionnel important et récent. Dans ce cas, les investigations s’arrêtent là.

Des examens complémentaires peuvent être prescrits par le médecin lorsqu’une maladie sous-jacente (schizophrénie, tumeur, maladie de Parkinson, etc.) est envisagée.

médicaments

Lorsqu’une tumeur cérébrale est suspectée, des examens d’imagerie (scanner, IRM, etc.) sont prescrits par le médecin.

Le diagnostic d’une psychose sous-jacente à la catalepsie repose sur une évaluation approfondie de la santé mentale du patient par une équipe pluridisciplinaire sous la responsabilité d’un médecin psychiatre. Ce dernier questionne le patient sur ses symptômes et leur sévérité. La confirmation du diagnostic est ensuite nécessaire via la réalisation de tests et questionnaires plus précis. Ils contiennent des tests neurocognitifs qui portent sur la mémoire, l’attention, le raisonnement, la rapidité de réflexion ou la capacité à résoudre des problèmes. Cet entretien permet aussi au médecin de rencontrer la famille pour obtenir des renseignements sur l’apparition des symptômes et leur contexte de survenue. Des analyses de sang et plusieurs examens exploratoires peuvent être prescrits pour écarter toute cause physique.

Quel traitement ?

Il n’existe pas de traitement spécifique pour la catalepsie. Son traitement repose sur la prise en charge de l’éventuel trouble sous-jacent.

Durant la crise, le médecin peut prescrire des médicaments myorelaxants dans le but de détendre les muscles. Selon la durée de la crise, le patient peut aussi nécessiter une hydratation et nutrition parentérale.

Lorsqu’une maladie psychiatrique existe, elle est prise en charge par l’association d’une thérapie psychiatrique associée à des médicaments antipsychotiques (clozapine, aripiprazole, amisulpride, etc.).

Les antipsychotiques ou neuroleptiques agissent sur l’équilibre chimique du cerveau de façon à rééquilibrer les émotions, les pensées et les perceptions. Les antipsychotiques atypiques, plus récents sur le marché, sont recommandés en première intention, car ils ont moins d’effets indésirables que les antipsychotiques typiques. Ils sont débutés à la plus petite dose possible, et augmentés si besoin, ou associés à un autre antipsychotique.

Des médicaments anxiolytiques (type alprazolam ou diazepam) peuvent aussi être associés pour diminuer l’anxiété du patient.

Ces traitements sont volontiers associés à une psychothérapie, généralement de type cognitivo-comportementale. Ce type de thérapie consiste à travailler sur les interactions de l’individu avec ses pensées, ses émotions et ses comportements. L’objectif est de trouver des solutions aux troubles du patient, tout en tenant compte de leur histoire.

La sismothérapie ou électro convulsivothérapie (électrochocs) peut aussi être utilisée en cas de catalepsie. Cette thérapie consiste à faire circuler un courant alternatif entre deux électrodes placées sur le crâne du patient. Elle permet de « remettre à zéro » les neurones qui dysfonctionnent. Longtemps considéré comme traumatisant, ce traitement est aujourd’hui réalisé après une anesthésie du patient. La sismothérapie bien qu’efficace dans de multiples troubles psychiatriques n’est cependant pas le traitement de première intention. Elle est généralement proposée après un échec au traitement médicamenteux ou à l’occasion de l’aggravation des symptômes.

Charline D., Docteur en pharmacie

Sources
– Catalepsie : symptômes, traitement, que faire en cas de crise ? medisite.fr. Consulté le 12 juillet 2021.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.