oeil qui a une inflammation de la cornée

Une kératite est une inflammation de la cornée, la fine membrane transparente qui recouvre le globe oculaire. L’affection peut être bactérienne, virale ou fongique. Les porteurs de lentilles souples sont plus à risque de développer une kératite lors de leurs manipulations. C’est souvent la couche superficielle de la cornée qui est touchée, on parle alors de kératite superficielle. Bien que très douloureuse, l’affection guérit rapidement et sans séquelle si elle est prise en charge rapidement. Le diagnostic repose sur un bilan ophtalmologique. La prise en charge dépend de l’origine de la kératite, le traitement peut être antibiotique, antiviral, antifongique ou cicatrisant.

Définition et symptômes

Qu’est-ce qu’une kératite ?

Globe oeil, illustrationL’œil, aussi appelé globe oculaire, est un organe creux et sphérique complexe composé de différentes tuniques, d’un cristallin et de liquides.

A Savoir ! L’œil est constitué de deux parties : le bulbe de l’œil (ou globe oculaire) et le nerf optique qui relient la partie postérieure du globe oculaire au cerveau.

La tunique la plus externe est la sclérotique. Elle est formée d’un tissu conjonctif dense et peu vascularisé, et représente une protection pour l’organe. Au niveau antérieur (autrement dit à l’avant) de l’œil, la sclérotique s’interrompt, elle est remplacée par la cornée. Cette dernière, qui est transparente, laisse passer les rayons lumineux dans le globe oculaire. Elle est riche en fibres nerveuses, tout contact induit un clignement et la sécrétion de larmes.

La cornée constitue la partie superficielle de l’œil, c’est donc la première zone touchée en cas d’infection ou d’agression. La cornée est composée de 5 couches cellulaires. C’est souvent la couche superficielle de la cornée qui est affectée, on parle alors de kératite superficielle. La cornée est inflammée et douloureuse.

Quels symptômes ?

Une kératite se manifeste par divers symptômes :

  • Douleurs intenses ;
  • Clignement fréquent des yeux ;
  • Photophobie. La photophobie n’est pas une maladie, mais plutôt un trouble qui se caractérise par une intolérance à la lumière. Toute exposition à une source lumineuse, aussi bien la lumière naturelle que la lumière artificielle, induit diverses manifestations comme des maux de tête et des douleurs dans les yeux ;
  • Diminution de l’acuité visuelle ;
  • Larmoiement ;
  • Blépharospasme. Un blépharospasme est une maladie dont l’origine est inconnue qui se manifeste par des contractions involontaires et répétées des muscles des paupières. Cette maladie présente diverses formes, plus ou moins grave.

À savoir ! Une kératite s’accompagne souvent d’une conjonctivite. On parle alors de kérato-conjonctivite

Kératite bactérienne

Plusieurs germes peuvent être à l’origine d’une kératite. Les plus fréquents sont S. Aureus, S. Pneumoniae, Pseudomonas, Moraxella, S. Epidermidis.

La kératite bactérienne se traduit par des douleurs importantes, un clignement des yeux,  une photophobie, une diminution de l’acuité visuelle, un larmoiement, un blépharospasme et des ulcérations de la cornée avec dans certains cas des formes suppuratives.

Dans ce type de kératite, le risque est une perforation de la cornée pouvant provoquer un trouble de la vision, voir une cécité.

Kératite virale et herpétique

La kératite herpétique est une infection de la cornée par le virus Herpes simplex. A noter que l’iris peut aussi être atteint.

Elle se traduit par les symptômes habituels : douleurs importantes, un clignement des yeux, une photophobie, une diminution de l’acuité visuelle, un larmoiement, un blépharospasme, une sensation de corps étranger et une hyperhémie conjonctivale (dilatation excessive des petits vaisseaux de la conjonctive).

Les kératites virales sont majoritairement herpétiques, autrement dit provoquées par le virus Herpes simplex, aussi responsable de la varicelle et du zona. Elles concernent près de 60 000 personnes tous les ans en France.

Kératite fongique

Les kératites fongiques sont rares, mais graves et difficiles à prendre en charge. Elles concernent essentiellement les porteurs de lentilles lorsqu’ils ne respectent pas une hygiène rigoureuse.

Les symptômes se manifestent par des douleurs intenses et un abcès.

Les kératites fongiques, aussi appelées amibiennes, sont causées par les amibes, des parasites présents dans les eaux douces non stériles (eau du robinet, eau de la piscine). Un défaut d’hygiène de la part des porteurs de lentilles est souvent à l’origine des kératites fongiques : port anormalement prolongé, utilisation au-delà du délai normal, persistance du port malgré une symptomatologie, etc.

Ce type de kératite concerne surtout les individus jeunes, d’environ 35 ans. Plus de 85% des sujets atteints de kératite fongique sont porteurs de lentille. Chez les personnes qui ne portent pas de lentille, l’affection peut survenir suite à un traumatisme oculaire, par exemple la présence d’un corps étranger végétal ou l’exposition à une eau contaminée.

Diagnostic et traitement

Quel diagnostic ?

Le diagnostic d’une kératite repose sur divers examens :

  • Mesure de l’acuité visuelle ;
  • Examen de la cornée ;
  • Etude bactériologique des tissus oculaires prélevés avec mise en culture et antibiogramme afin de déterminer quel antibiotique sera le plus adapté ;
  • Parfois, un frottis conjonctival.

En cas de kératite fongique, un examen des lentilles de contact vient compléter le diagnostic.

Quel traitement ?

illustration d'une personne qui se met des gouttes dans ses yeuxEn attendant de consulter un médecin, le patient peut réaliser un lavage ophtalmique à l’aide d’un produit de lavage ou du sérum physiologique. L’objectif est de débarrasser tout corps étrangers afin de ne pas aggraver l’inflammation.

Selon l’origine de la kératite, le traitement est antiviral, antibiotique, antifongique ou cicatrisant. Dans certains cas, l’ophtalmologiste peut recommander l’utilisation de larmes artificielles.

1) Kératite bactérienne

En cas de suspicion d’une kératite bactérienne, un traitement antibiotique à large spectre doit être débuté le plus rapidement possible. Une antibiothérapie plus adaptée au germe sera mise place dès l’antibiogramme disponible.

Un traitement local est associé. Il peut être sous forme de pommade ophtalmique ou de collyre.

Des antalgiques complètent la prise en charge.

Dans les cas les plus graves, une hospitalisation peut être nécessaire.

2) Kératite virale

Le traitement d’une kératite virale repose sur la prescription d’antiviraux. L’Aciclovir est la molécule la plus connue et la plus utilisée. Il doit être appliqué plusieurs fois par jour, pendant plusieurs jours.

Un collyre peut être prescrit en complément afin de diminuer l’inflammation de la cornée. A noter que l’usage de corticoïdes est déconseillé.

Parfois, une greffe de la cornée est nécessaire lorsque la cornée est trop endommagée et qu’une opacité cornéenne vient diminuer la vision du patient.

3) Kératite fongique

Le traitement repose sur l’instillation d’un collyre antiseptique.

La prévention reste cependant le meilleur traitement :

  • Bien se laver les mains et les sécher avant toute manipulation des lentilles ;
  • Utiliser un antioxydant pour nettoyer les lentilles ;
  • Nettoyer régulièrement le boîtier des lentilles ;
  • Ne pas mettre de lentilles sous la douche, dans une piscine ou en eau douce (lac, jacuzzi) ;
  • Ne pas nettoyer les lentilles à l’eau du robinet ;
  • En cas de gêne, retirer les lentilles et consulter un ophtalmologue en urgence ;
  • Conserver toujours sur soi une paire de lunettes.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Kératite. Provisu. Consulté le 30 août 2020.
– Kératite : inflammation de la cornée. Concilio. Consulté le 30 août 2020.