Ménopause précoce, une nouvelle perspective pour devenir mère

Actualités Grossesse Gynécologie

Rédigé par Estelle B. et publié le 7 juillet 2019

La ménopause précoce, ou insuffisance ovarienne prématurée, est l’une des causes de l’infertilité féminine. Récemment, un hôpital français a utilisé une nouvelle technique de maturation des ovocytes, qui a permis à une femme atteinte de ménopause précoce de donner naissance à des jumeaux.

Ménopause précoce, une nouvelle perspective pour devenir mère

Ménopause précoce et PMA

La ménopause précoce, ou insuffisance ovarienne prématurée, concerne les femmes ménopausées avant l’âge de 40 ans. Ses causes sont principalement de deux ordres :

  • Des troubles hormonaux affectant la production des hormones féminines ;
  • Un traitement médicamenteux lourd, comme une chimiothérapie anticancéreuse.

Ménopausées alors qu’elles sont encore en âge de procréer, ces femmes rencontrent d’importantes difficultés pour devenir mères. En effet, la majorité des techniques de procréation médicalement assistée (PMA) ne sont pas indiquées en cas de ménopause précoce. Seule l’adoption ou un don d’ovocytes leur offrent la possibilité de concrétiser un projet parental.

Mais cette situation pourrait rapidement évoluer grâce à une première mondiale, réalisée dans le service de médecine de la reproduction et préservation de la fertilité de l’hôpital Antoine Béclère à Paris.

Lire aussiDon d’ovocytes : offrir à un couple une chance de donner la vie

Une technique inédite de maturation des ovocytes

Cette première mondiale a nécessité la mise en œuvre d’une nouvelle technique de maturation des ovocytes. La jeune femme qui en a bénéficié a été diagnostiquée pour une ménopause précoce à l’âge de 37 ans. Son insuffisance ovarienne prématurée était liée à une maladie auto-immune.

Des examens échographiques ont révélé au niveau de ses ovaires la présence de quelques ovocytes immatures. Sans aucune stimulation ovarienne, ses ovocytes ont été prélevés grâce à une ponction ovarienne. La technique de Maturation des Ovocytes in Vitro (MIV) a ensuite été utilisée pour assurer la maturation des ovocytes en laboratoire pendant 24 à 48 heures, grâce à des hormones et des facteurs de croissance.

À savoir ! La MIV est une technique utilisée depuis les années 1990 pour préserver les fonctions de reproduction. En France, elle a déjà permis la naissance de 200 enfants, mais c’est la première fois qu’elle est utilisée dans un contexte de ménopause précoce.

Certains des ovocytes prélevés ont pu totalement atteindre leur maturation, être fécondés in vitro et les embryons obtenus ont été vitrifiés. Après un traitement hormonal pour préparer l’utérus à recevoir les embryons, deux embryons ont été réimplantés dans l’utérus. En décembre 2018, la jeune femme a donné naissance à deux petits garçons en parfaite santé.

Actuellement, d’autres grossesses sont en cours en France, grâce à cette technique, qui constitue un dernier recours possible pour les quelques milliers de femmes françaises atteintes de ménopause précoce, parmi lesquelles beaucoup ont survécu à un cancer.

Lire aussiLe devenir de la PMA depuis le premier bébé-éprouvette

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– FRANCE: NAISSANCE DE JUMEAUX ISSUS D’UNE MATURATION D’OVOCYTES IN VITRO. Gènéthique. Consulté le 4 juillet 2019.
  • bonjour, je suis très contente pour les bonne nouvelle là!! car je souffre de la ménopause précoce depuis 5 ans en plus j’ai pas d’enfant !! et j’ai 37 ans .
    et j’aimerai bien contacté l’hôpital là ,
    s’il vous plais est ce que vous pouvez me donnée l’adresse et le numéro de téléphone de ce organisme s’il vous plait. merci pour ce espoir. cordialement

    Reply
    • Bonjour Zineb,

      je suis dans le mm cas que vous….36 ans et insuffisance ovarienne
      avez vous eu un contact à l’ hôpital ? la MIV est possible ? je ne comprends pas pk aucuns de mes Gyneco ne ma parlé de cette technique !!!
      merci pour votre réponse

      Reply
  • bonjour, je suis très contente pour les bonne nouvelle là!! car je souffre de la ménopause précoce depuis 5 ans en plus j’ai pas d’enfant !! et j’ai 37 ans .
    et j’aimerai bien contacté l’hôpital là ,
    s’il vous plais est ce que vous pouvez me donnée l’adresse et le numéro de téléphone de ce organisme s’il vous plait. merci pour ce espoir. cordialement

    Reply
    • Bonjour Zineb,

      je suis dans le mm cas que vous….36 ans et insuffisance ovarienne
      avez vous eu un contact à l’ hôpital ? la MIV est possible ? je ne comprends pas pk aucuns de mes Gyneco ne ma parlé de cette technique !!!
      merci pour votre réponse

      Reply
      • Saglam says:

        Bonjour lulu et Zineb,
        Le coup fatal m’est tombé dessus ce matin. C’est comme un coup de massue. J’ai mal de savoir que je ne pourrai probablement pas donner naissance naturellement. Ma gynéco m’a annoncé une insuffisance ovarienne (peu de follicules). La FIV sans dons d’ovocytes n’est plus possible. Et en France au vu de mon âge, 41 ans, la PMA n’est plus possible sachant les délais d’attente sont de 2 ans et donc j’arriverai à 43 ans qui est la limite de la réglementation. Jamais je n’aurai imaginé en arriver là. Tout le monde disait mais 40 ans ce n’est rien tant que tu as tes règles tu peux avoir des enfants…je pleure en pensant à ces mots, je veux hurler de rage.
        Avez vous pu contacter l’hôpital ? Est-ce possible de remette en route l’horloge ? Merci d’avance pour votre réponse. J’aimerai tant garder espoir.
        Meral.

        Reply
  • Héléna says:

    Bonjour Saglam,
    Je suis dans la même situation que toi. Je suis consternée par l’absence de réactions du gynécologue, endocrinologue, médecin traitant.
    J’ai dû investiguer seule, et interpréter moi-même mes résultats….peu de sujets récents sur le net. J’ai “deviné ” le diagnostic il y a un an, à partir des taux désastreux de mon analyse…
    Le retard de la France est terrible…et à 41 ans, comme tu le dis, on a vraiment l’impression de ne pas être née au bon moment.

    Douloureux moments…sujet trop peu évoqué. Merci.

    Reply
  • Héléna says:

    Bonjour Saglam,
    Je suis dans la même situation que toi. Je suis consternée par l’absence de réactions du gynécologue, endocrinologue, médecin traitant.
    J’ai dû investiguer seule, et interpréter moi-même mes résultats….peu de sujets récents sur le net. J’ai “deviné ” le diagnostic il y a un an, à partir des taux désastreux de mon analyse…
    Le retard de la France est terrible…et à 41 ans, comme tu le dis, on a vraiment l’impression de ne pas être née au bon moment.

    Douloureux moments…sujet trop peu évoqué. Merci.

    Reply
  • Anselin says:

    Bonjour les filles, je me joins à vous pour vous adresser toute mon empathie.
    J’ai 43 ans et moi aussi je suis confrontée à une insuffisance ovarienne. D’après le gynéco j’aurai 5% de chance de tomber enceinte.
    Je suis d’accord avec vous, il ne s’agit pas de déverser la douleur ou de faire culpabiliser les médecins, mais l’impression que j’ai est qu’ils ne sentent vraiment pas concernés. Ils ne prennent pas forcément le temps de nous expliquer, manque de transparence ils ne nous disent pas tout. A Paris, j’ai été suivi par le docteur Chivas qui m’avait été conseillé par une amie et qui m’a aidé à tomber enceinte très rapidement du 1er.
    Bon courage les filles. Les gens ne peuvent pas comprendre quand on ne vit pas cette situation.

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Merci de faire confiance à Santé sur le Net pour trouver des informations. Un forum est à votre disposition pour discuter entre patients : https://forums.sante-sur-le-net.com/

      Nous vous souhaitons une bonne journée.
      L’équipe Santé sur le net.

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.