Plus de la moitié des morts maternelles serait « évitable » !

Nov 8, 2017 par

Dans les pays développés, la mort maternelle est devenue un événement rare, même si elle demeure toujours un indicateur de santé important pour les autorités de santé publique. En France, entre 2010 et 2012, 256 femmes sont décédées d’une cause liée à la grossesse, à l’accouchement ou à leurs suites. Santé Sur le Net s’est penché sur les résultats de la dernière enquête nationale confidentielle sur les morts maternelles.

rapport-morts-maternelles

Un indicateur de la performance du système de soins

Avec 256 décès maternels identifiés sur la période 2010-2012, la mort maternelle est devenue rare en France, mais elle continue de faire l’objet d’une attention particulière. En effet, depuis la fin des années 80, les pays européens ont retenu la mort maternelle comme un évènement de santé « évitable », c’est-à-dire un évènement dont une fréquence excessive témoigne d’une défaillance du système de soins. Les dysfonctionnements révélés peuvent concerner la prévention, les soins prodigués et/ou l’organisation même des soins.

De plus, la mortalité maternelle demeure un indicateur important de la santé des femmes et plus particulièrement des mères. Elle fournit des informations capitales pour évaluer le risque attribuable à la grossesse et à l’accouchement, notamment dans le contexte actuel d’évolution du profil des mères (âge, poids), des pratiques obstétricales (augmentation des césariennes) et de l’offre de soins en obstétrique (réduction du nombre de maternités, taille croissante des maternités).

Régulièrement, des enquêtes nationales confidentielles sont ainsi menées sur les morts maternelles pour en déterminer leur fréquence, leur évolution et leurs causes, afin d’adapter au mieux les soins prodigués aux mères.

Une baisse significative des hémorragies du post-partum

Sur la période 2010-2012, l’enquête nationale révèle un ratio de mortalité maternelle de 10,3 pour 100 000 naissances vivantes, chiffre qui reste stable par rapport à la précédente période étudiée (2007-2009). La France se trouve ainsi dans la moyenne des autres pays européens. Néanmoins, des inégalités territoriales et sociales persistent. Ainsi, 1 mort maternelle sur 7 survient dans les DOM et la mortalité des femmes migrantes est 2,5 fois supérieure à celle des femmes nées en France.

Selon les auteurs de l’étude, 56 % des décès recensés peuvent être considérés comme « évitables » ou « potentiellement évitables », et dans 60 % des cas, les soins prodigués n’étaient pas optimaux.

En se penchant sur les causes des décès maternels, l’enquête révèle pour la première fois une baisse significative de la mortalité consécutive à l’hémorragie du post-partum (fréquence divisée par 2 en 10 ans). Malheureusement, ces hémorragies restent la première cause de mort maternelle en France, avec 11 % des décès.

22 messages clés pour réduire la mort maternelle

A partir des données recueillies dans l’enquête nationale, les auteurs de l’étude ont dégagé 22 messages clés pour optimiser la prise en charge des mères et ainsi réduire leur mortalité. Huit messages sont d’ordre général :

  • L’intérêt des morts maternelles comme indicateur de santé des mères en France ;
  • La nécessité de pratiquer des examens post-mortem pour identifier précisément les causes des décès ;
  • L’évaluation des risques avant la conception et en début de grossesse pour mettre en place une prévention personnalisée ;
  • Un examen clinique complet de la femme enceinte ;
  • L’importance de prioriser la prise en charge maternelle en cas de complication aigüe maternelle ;
  • La possibilité de pratiquer des examens radiologiques avec injection de produits de contraste pendant toute la grossesse ;
  • La mise en place d’un « plan blanc urgence vitale maternelle » au sein de chaque maternité ;
  • Le recours à un interprète pour les femmes enceintes ne parlant pas français.

Les autres messages donnent des directives spécifiques en fonction de certaines causes de décès maternels, en particulier :

  • Les hémorragies obstétricales ;
  • Les complications liées à l’hypertension artérielle, telles que la pré-éclampsie ;
  • Les infections ;
  • L’arrêt cardiorespiratoire maternel.

Enfin, pour les femmes jeunes atteintes de maladies chroniques à risque, les médecins sont incités à aborder très tôt et très fréquemment la question de la grossesse et de ses conséquences. Ces femmes doivent bénéficier d’un suivi renforcé dès le début et tout au long de la grossesse.

Grâce à ces 22 messages, les experts auteurs de l’étude espèrent voir régresser les morts maternelles dans les prochaines années.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Les morts maternelles en France : Mieux comprendre pour mieux prévenir. 5e rapport de l’Enquête nationale confidentielle sur les morts maternelles (ENCMM) 2010-2012. INSERM et Santé Publique France. Septembre 2017. 231 pages.
Estelle B.

Pharmacienne

Spécialiste de l’information médicale et de l’éducation thérapeutique du patient.

Passionnée par les domaines de la santé et de l’environnement marin.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.