Musicothérapie : Est-ce réellement efficace ?

Sep 29, 2016 par

Musicothérapie médecine

La musicothérapie, l’une des composantes de l’art-thérapie, reste encore boudée par les médecins et autres professionnels de santé. Pourtant, en suscitant de plus en plus l’intérêt des patients, cette pratique commence peu à peu à faire ses preuves, et cela dans de nombreuses indications distinctes.

Musicothérapie : généralités

La musicothérapie se définit simplement par une utilisation judicieuse de la musique dans un but de thérapie psychique. Se pratiquant individuellement aussi bien qu’en groupe, cet outil thérapeutique permettrait de rétablir, maintenir, ou encore améliorer la santé mentale, physique et émotionnelle d’une personne. Ainsi, il s’agit à part entière d’une pratique de soin, d’aide, de soutien ou de rééducation consistant en une réelle prise en charge des patients.

En utilisant la médiation sonore et musicale, cette technique s’appuie sur les liens étroits entre les éléments constitutifs de la musique et l’histoire du patient.

Il existe deux « types » de musicothérapie :

    • La musicothérapie dite « active» : lorsque le patient joue d’un instrument. Cette forme est centrée sur l’expression corporelle, sonore et musicale du sujet. Elle favorise la créativité et la communication ;
    • La musicothérapie dite « réceptive» : lorsque le patient écoute de la musique. Cette forme s’appuie sur l’organisation de différents moments d’écoute musicale selon un protocole défini.

A qui s’adresse la musicothérapie ?

Cette thérapie, via diverses techniques, s’adresse à un public relativement large. Voici quelques exemples de personnes pour qui la musicothérapie peut être une solution :

  • Personnes souffrant d’anxiété, de troubles du sommeil ;
  • Personnes présentant des difficultés psychosociales, souffrant s’isolement, de troubles de la communication ;
  • Personnes atteintes de pathologies chroniques ou encore de maladies dégénératives ;
  • Personnes sujettes à la douleur physique ;
  • Enfants, adolescents et adultes souffrant de troubles affectifs, du développement, du comportement ou de la personnalité ;
  • Personnes âgées dépendantes ou non, ou encore en fin de vie ;
  • Personnes souffrant de troubles psychiatriques ;
  • Personnes souffrants de déficience mentale, motrice ou sensorielle.

Une efficacité affirmée pour certaines pathologies

La musicothérapie a notamment fait ses preuves dans diverses pathologies :

  • La fibromyalgie : dans une étude publiée dans la revue Pain Management Nursing, la musicothérapie a montré son intérêt pour cette maladie caractérisée principalement par des douleurs chroniques et une fatigue intense. Les résultats montrent une réduction des niveaux de douleur ressentis ainsi qu’une amélioration de la qualité de vie des patients ;
  • L’autisme: les expériences de la pratique de la musicothérapie chez les enfants atteints d’autisme montrent que cette technique est très bien acceptée. Des progrès d’ordre cognitif et comportemental seraient à noter et le niveau de stress diminuerait sensiblement dans une grande majorité des cas. La communication avec les autres serait elle aussi améliorée ;
  • La maladie d’Alzheimer: en agissant sur la structure et le fonctionnement du cerveau, la musicothérapie, via des séances hebdomadaires, permettrait de diminuer l’anxiété et les prises médicamenteuses dès la 4ème La Haute Autorité de Santé (HAS) la recommande d’ailleurs comme traitement non médicamenteux contre les symptômes psychologiques et comportementaux de la maladie d’Alzheimer ;
  • La maladie de Parkinson: dans l’article « Les nouvelles technologies au service de la maladie de Parkinson » , Santé sur le Net vous parlait déjà des intérêts de la musique pour traiter l’akinésie (difficulté à effectuer les mouvements) des patients Parkinsoniens, notamment avec l’application Parkinsounds, ou encore le projet REMPARK.

Music Care : la musicothérapie à la portée de tous

Cette application mobile, une fois téléchargée, permet de pratiquer la musicothérapie réceptive. Destinée initialement aux patients hospitalisés, elle peut être utilisée pour toute sorte de maux : dépression, anxiété, trouble du sommeil ou encore douleurs chroniques. Music Care utilise le principe de la « séquence en U », technique de relaxation musicale basée sur les principes de l’hypnose. Avec un choix varié de styles musicaux, elle permet de pratiquer la musicothérapie seul, sans l’accompagnement d’un thérapeute, avec différents genres de séances durant de 20 minutes à 1 heure : endormant, relaxant ou encore dynamisant ! Si cette application ne remplace pas une vraie thérapie, elle rend la musicothérapie accessible à tous.

Clémence R., Pharmacienne


Sources :

La musicothérapie, le groupe et la musicothérapie analytique de groupe. Edith Lecourt. Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe. 2001/2 (n°37)

Musicothérapie : les secrets de la séquence en U. Didier Doukhan, Le quotidien du pharmacien. 27 juin 2016

Musicothérapie : quand la musique remplace le médicament. Lise Loumé, Sciences et Avenir. 25 mai 2016

Effect of Music as Nursing Intervention for People Diagnosed with Fibromyalgia. M. Dolores Onieva-Zafra et al. Pain Management Nursing. Juin 2013

Fiche métier de musicothérapie. Fédération Française de Musicothérapie. 11 juin 2010

Autisme et troubles envahissants du développement, Musicothérapie. 31 août 2006

Clémence R.
Pharmacienne.
Passionnée par la neuropsychiatrie et la e-santé.
Aime l’univers de la musique et de la photographie.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.