Une nouvelle rétine artificielle contre la cécité liée à la DMLA

Dec 25, 2019 par

Touchant jusqu’à 30 % des personnes âgées de plus de 75 ans, la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA) est une maladie particulièrement invalidante pouvant mener à la cécité. Et s’il était désormais possible de restaurer la vision des patients souffrant de DMLA à l’aide d’une rétine artificielle ? C’est ce que suggère une nouvelle étude dont les résultats viennent d’être publiés dans le magazine Nature Biomedical Engineering.
rétine artificielle

Le principe de la rétine artificielle

La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA) se caractérise par une dégradation progressive de la zone centrale de la rétine. Constituée de cellules sensibles à la lumière (photorécepteurs), la rétine a pour rôle de transformer les signaux lumineux reçus par l’œil en signaux électriques destinés au cerveau. Dans la DMLA, la destruction de ces cellules photosensibles peut malheureusement conduire à une perte de la vision.

À savoir ! La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge (DMLA) représente la première cause de handicap visuel chez les personnes de plus de 50 ans, et touche environ 8 % de la population française.

Ces dernières années, l’hypothèse de restaurer la vue des patients atteints de DMLA est devenue de plus en plus concrète. Une équipe de scientifiques de l’Institut de la vision (Inserm-CNRS-Sorbonne Université) a en effet travaillé sur une rétine artificielle censée se substituer aux photorécepteurs détruits par la maladie. La rétine artificielle est constituée d’implants eux-mêmes composés d’électrodes ayant pour rôle de stimuler les neurones rétiniens chargés d’acheminer les messages au cerveau.

Il faut savoir que deux dispositifs de ce genre ont déjà été développés et largement implantés aux Etats-Unis et en Allemagne mais le bénéfice ressenti par les patients s’est jusqu’à présent révélé insuffisant :

« Les patients parvenaient à voir des signaux lumineux, mais ceux qui arrivaient à distinguer des lettres étaient très minoritaires », précise Serge Picaud, chercheur à l’Inserm.

Forts de ce constat, le scientifique et son équipe ont souhaité repenser les dispositifs existants pour les rendre plus efficaces.

Une rétine artificielle nouvelle génération

Cette nouvelle rétine artificielle, présente de nombreux atouts par rapports aux dispositifs déjà existants :

  • Il s’agit d’un dispositif sans fil, beaucoup plus simple que les dispositifs précédents
  • Elle assure une meilleure résolution des images perçues par l’œil
  • L’image est projetée sur l’implant par une stimulation infrarouge permettant une stimulation plus directe des neurones de la rétine.

Un nouvel espoir pour les patients atteints de cécité

Durant leurs travaux, Serge Picaud et son équipe ont d’abord testé ce dispositif chez des primates, avec des résultats significatifs sur la restauration de l’acuité visuelle. Des tests in vitro ont par ailleurs démontré la très haute résolution du dispositif.

La haute résolution de cette rétine artificielle a permis d’envisager des essais cliniques chez l’homme à travers l’implantation du dispositif chez cinq patients français atteints de DMLA dans le service de José-Alain Sahel à la Fondation ophtalmologique A. de Rothschild. Les premiers résultats sont encourageants puisque les patients retrouvent progressivement une vision centrale. Ils sont en mesure de percevoir des signaux lumineux, et certains peuvent même identifier des séquences de lettres, de plus en plus rapidement au cours du temps.

Prochaine étape pour le chercheur Serge Picaud et ses collègues : conduire un essai clinique sur un groupe plus important de patients souffrant de DMLA. Si l’essai est concluant, il pourrait également bénéficier aux patients atteints de rétinopathie pigmentaire : « Si la rétine artificielle fonctionne chez eux, nous pensons qu’il n’y a pas de raison pour qu’elle ne fonctionne pas chez des patients souffrant de rétinopathie pigmentaire, maladie également liée à la dégénérescence des photorécepteurs ».

Ces résultats laissent entrevoir un nouvel espoir pour tous les patients atteints de cécité liée à leur pathologie oculaire.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

– Les promesses de la rétine artificielle pour restaurer la vue se concrétisent. INSERM. Consulté le 2 décembre 2019.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.