Nouvelles mesures santé en 2024 : les changements majeurs

Actualités Santé au quotidien (maux quotidiens)

Rédigé par Camille V. et publié le 10 janvier 2024

Le paysage de la santé en France s’apprête à subir d’importantes transformations avec la révision du budget santé qui s’est déroulée en décembre dernier. Ces ajustements promettent des évolutions significatives dans plusieurs domaines, allant de la prise en charge des soins, à la distribution des médicaments, en passant par le bien-être des jeunes. Voici les changements majeurs dans le secteur de la santé en 2024.

nouvelles mesures 2024

Prise en charge et remboursements

En 2024 de nouvelles mesures de prise en charge sont effectives dès le 1er janvier. En raison du développement des consultations à distance suite à la crise sanitaire, le gouvernement a dû réviser les conditions des téléconsultations. Dans le cadre d’un arrêt de travail délivré à distance, le patient se voit attribuer une pause de 3 jours maximum. Au-delà ou pour tout renouvellement d’arrêt, un examen physique sera nécessaire. Néanmoins, cette mesure ne s’applique pas aux médecins traitants attitrés ni aux personnes dans l’incapacité de se déplacer.

Côté chiffres, certaines indemnités sont revues à la hausse suite à l’augmentation du SMIC :

  • La période d’arrêt est revalorisée à hauteur de 52,28 € au lieu de 51,70 € bruts.
  • Les indemnités maternités passent de 95,22 € par jour à 100,36 €. À noter, que les jours de carence sont supprimés en cas de fausse-couche.
  • La pension d’invalidité est passée de 311,56 € à 328,07 €, soit une revalorisation de 5,3 %.
  • L’AJPA et de l’AJPA augmentent de 62,44 € à 64,40 €.
  • Les travailleurs indépendants pourront également profiter d’une indemnité à hauteur de 63,52 € par jour pour les artisans et commerçants et 1190,55 € de subvention pour les professions libérales.

 

L’autre mesure importante de 2024 concerne la prise en charge à 100 % des bilans préventifs. Celui-ci pourra être réalisé par un professionnel de santé : médecins, infirmiers, sages-femmes et pharmaciens. L’Examen de prévention en santé (EPS) devra être effectué au cours des tranches d’âge clés : 18-25 ans, 45-50 ans, 60-65 ans et 70-75 ans. Ce projet vise à sensibiliser la population aux risques de maladies pouvant survenir selon les catégories d’âges établies.

Nouvelles mesures pour les médicaments

L’assemblée a remis en question les conditions de distribution des médicaments. Dorénavant, les pharmacies peuvent distribuer des médicaments à l’unité en fonction des risques de pénurie. Ce modèle est largement implanté dans d’autres pays comme les États-Unis et le Canada, il permet aussi de limiter le gaspillage.

La pénurie de médicaments est une problématique qui persiste notamment durant les pics épidémiques. Cette réflexion permet à chaque individu de bénéficier de la quantité exacte de médicaments prescrits.

Les nouvelles mesures de santé pour l’année 2024 prévoient également l’attribution de certains antibiotiques sans ordonnance. Cette mesure concerne principalement les affections les plus courantes de type angine ou urinaire. Les comprimés pourront être délivrés individuellement par les pharmacies après un Test Rapide d’Orientation Diagnostique (TROD). Il permettra de préserver les patients d’une éventuelle antibiorésistance et d’effectuer le diagnostic adapté.

Bien-être et prévention : des initiatives en faveur des jeunes

Deux nouvelles mesures en faveur des jeunes sont mises en place depuis le 1er janvier 2023. Elles contribuent à la prévention des infections sexuellement transmissibles et des risques associés à l’activité sexuelle. Ces dispositions permettent aussi un accès simplifié aux protections hygiéniques pour les jeunes filles.

  • Les préservatifs sont dorénavant gratuits pour les jeunes. Les condoms distribués en pharmacie seront intégralement remboursés pour les personnes de moins de 26 ans sous présentation de la carte vitale. Les mineurs pourront simplement présenter leur carte d’identité.
  • Les protections périodiques réutilisables bénéficient d’un remboursement partiel par la Sécurité sociale. La mesure s’applique pour les culottes et cup menstruelles validées par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Pour recevoir un remboursement à hauteur de 60 % il faudra avoir moins de 26 ans ou bénéficier de la complémentaire santé solidaire.

Camille V.

Sources
-Déremboursement de certains arrêts de travail délivrés en téléconsultation www.francetvinfo.fr. Consulté le 8 janvier 2024.
– Ce qui change au 1er janvier 2024 au ministère de la Santé et de la Prévention. sante.gouv.fr. Consulté le 8 janvier 2024.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *