Après la perte d’odorat, les odeurs fantômes de la Covid-19

Oct 30, 2020 par

Plus les semaines passent, plus les scientifiques découvrent que la Covid-19 peut chez certains patients affecter profondément et durablement le sens de l’odorat. Rapidement, la perte brutale de goût ou d’odorat a été identifié comme un nouveau symptôme de la maladie. Mais à plus long terme, certains patients développeraient des phantosmies. Une potentielle séquelle de l’infection.

tasse de café chaude

Covid-19 et odorat

Depuis le début de l’épidémie de la Covid-19 en Europe, les scientifiques ont identifié la perte brutale de goût et/ou d’odorat comme un symptôme caractéristique de la maladie. Progressivement, ils étudient les mécanismes à l’origine de cette perte olfactive, et ont récemment découvert que ce symptôme serait plutôt associé à un pronostic favorable de la Covid-19.

Plus récemment, des chercheurs ont suivi des patients infectés par le SARS-CoV-2 et ayant perdu l’odorat pour savoir quand et comment ils récupèrent l’intégralité de leurs capacités olfactives. A cette occasion, ils ont découvert que certains patients développent des phantosmies dans les semaines et mois qui suivent l’infection. Les phantosmies correspondent à une perception olfactive en l’absence de molécules odorantes. Concrètement, le patient sent quelque chose, alors qu’il n’y a rien à sentir ! Une véritable hallucination olfactive.

Les hallucinations olfactives apparaissent quand l’odorat revient

Ces odeurs fantômes perçues par des patients ayant été atteints par la Covid-19 présentent la particularité d’être presque exclusivement des odeurs désagréables voire nauséabondes, comme une odeur persistante de cigarette, de fer, de sang, de vinaigre, de poussière, de chlore ou encore de brûlé. Ces hallucinations olfactives surviennent plusieurs semaines après la maladie, chez les patients ayant présenté une perte brutale de goût ou d’odorat. Elles se manifestent durant la période où le patient commence à recouvrer ses capacités olfactives.

Les phantosmies semblent ici liées à la Covid-19, mais ce type de symptôme n’est pas spécifique, car il se rencontre dans d’autres troubles olfactifs. Après la Covid-19, ces hallucinations olfactives perdurent de plusieurs jours à plusieurs semaines ou mois, et sont décrites comme des odeurs ressenties profondément par les patients, au fond du nez.

Une séquelle de la Covid-19 ?

Pour mieux comprendre ce phénomène, des chercheurs du Centre de recherche en neurosciences de Lyon mènent actuellement une enquête en ligne, intitulée « Qualité de vie et pertes olfactives et gustatives durant la crise sanitaire du Covid-19 ». Chaque patient atteint de la Covid-19, ayant présenté ou présentant des symptômes olfactifs depuis sa contamination est invité à participer à cette enquête.

Jusque-là environ 300 personnes ont répondu au questionnaire, parmi lesquelles une centaine de personnes ont déclaré ressentir des hallucinations olfactives. Certaines odeurs reviennent plus souvent que d’autres, comme les odeurs de cigarette, de vinaigre ou de brûlé. Les phantosmies pourraient-elles constituer une séquelle de la Covid-19 ? C’est la question à laquelle les chercheurs souhaitent répondre, d’autant plus que les hallucinations olfactives peuvent nuire à la qualité de vie des patients. Pour l’instant, le mécanisme sous-jacent reste encore à décrypter et il faut pouvoir déterminer si ces phantosmies peuvent définitivement disparaître ou si elles peuvent se perpétuer dans le temps.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Les troubles : que se passe-t-il quand l’odorat ne fonctionne plus ? Odorat info. Consulté le 29 octobre 2020.
– Covid-19 : Ce que l’on sait de l’anosmie, perte de l’odorat, grâce à une étude du CNRS Lyon. France 3 . Consulté le 29 octobre 2020.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé.