L’intérêt de l’ostéopathie pour les femmes atteintes d’un cancer du sein

Oct 31, 2019 par

Chaque année, plus de 50 000 nouveaux cas de cancer du sein sont recensés en France. Si les thérapies anticancéreuses constituent évidemment l’axe prioritaire de la prise en charge, d’autres thérapies peuvent jouer un rôle important pour améliorer la qualité de vie des patientes. Récemment, un essai clinique a ainsi évalué l’intérêt de l’ostéopathie viscérale dans ce contexte.

Cancer du sein et ostéopathie viscérale

Les thérapies anticancéreuses, en particulier la chimiothérapie, utilisées dans le traitement du cancer du sein sont à l’origine de divers effets indésirables, parfois invalidants. En parallèle des traitements qui ciblent directement la tumeur, la prise en charge peut également comporter des soins de support, destinés à améliorer la qualité de vie des patientes.

Dans ce contexte, des chercheurs français ont récemment mené un essai clinique pour évaluer l’intérêt de l’ostéopathie chez les femmes atteintes d’un cancer du sein. Jusque-là, peu de données étaient disponibles sur cet aspect.

Dans cet essai clinique, 94 femmes, atteintes d’un cancer du sein de stades 1 à 3, ont été incluses. Elles avaient toutes été opérées pour retirer la tumeur et traitées par 6 cycles de chimiothérapie, selon le protocole suivant :

L’ostéopathie pour réduire les troubles digestifs et améliorer la qualité de vie

Toutes les participantes de l’essai ont été aléatoirement réparties en deux groupes :

  • Un groupe de 54 patientes ayant bénéficié de séances d’ostéopathie viscérale ;
  • Un groupe de 40 patientes ayant bénéficié d’un placebo (manipulations superficielles).

À savoir ! L’ostéopathie viscérale regroupe les techniques ostéopathiques agissant sur les régions du thorax (cœur et poumons), de l’abdomen (organes digestifs et reins) et du petit bassin (système uro-génital). L’objectif est de restaurer le bon fonctionnement de l’organisme, en particulier de réduire les troubles digestifs et de limiter le stress et ses conséquences.

Dans l’essai clinique, l’intérêt de l’ostéopathie viscérale était évalué au travers de son effet sur les troubles digestifs fréquents chez les femmes traitées pour un cancer du sein.

Pas de différence significative entre le placebo et l’ostéopathie viscérale

Les résultats de l’essai clinique ont mis en évidence que les deux groupes de patientes ne présentaient pas de différence significative au niveau de la fréquence :

  • De la constipation ;
  • Des nausées et/ou des vomissements.

Cette absence de différence était observée quel que soit le moment des séances d’ostéopathie, entre ou pendant les cycles de chimiothérapie. Néanmoins, les patientes ayant bénéficié de séances d’ostéopathie déclaraient un moindre impact des diarrhées et de la constipation sur leur qualité de vie. Ces femmes avaient en moyenne moins recours que les autres à un traitement médicamenteux de la constipation. Par ailleurs, la qualité de vie globale était similaire dans les deux groupes.

Cet essai clinique, mené dans un seul centre en France, ne montre pas un intérêt significatif de l’ostéopathie viscérale sur la qualité de vie des patientes atteintes d’un cancer du sein.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Visceral osteopathic manipulative treatment reduces patient reported digestive toxicities induced by adjuvant chemotherapy in breast cancer: A randomized controlled clinical study. Lagrange, A. and al. 2019. Eur. J. Obstet. Gynecol. Reprod. Biol. 241:49-55. doi: 10.1016/j.ejogrb.2019.08.003. EJOG. Consulté le 15 octobre 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.