Cancer: un tiers des patients ont recours à des médecines alternatives

Apr 30, 2019 par

Phytothérapie, homéopathie, chiropraxie, pratique du yoga, hypnose… un tiers des patients luttant ou ayant lutté contre un cancer font appel à ces thérapies non conventionnelles (médecines alternatives). Retour sur les conclusions d’une étude récente de l’université du Texas portant sur plus de 3000 patients.

medecine-douce-cancer

Un choix de traitements alternatifs pour répondre à différents besoins

Plusieurs causes viennent expliquer pourquoi les patients souffrant d’un cancer sont tentés d’explorer les médecines douces ou médecines alternatives.

Ils viennent chercher un complément à leur parcours médical conventionnel (radiothérapie, chimiothérapie, chirurgie) lorsque les symptômes persistent ou ne s’améliorent que partiellement.

Ces patients peuvent aussi être en quête d’un bien-être psychologique leur permettant de mieux affronter leurs angoisses et leur anxiété.

Enfin, c’est aussi une manière de répondre au besoin d’être actif dans la prise en charge de sa maladie.

L’équipe de Nina Sanford du Centre médical Southwestern de l’Université du Texas à Dallas a suivi 3 118 patients traités pour un cancer.

Leurs travaux montrent que :

  • 33 % des patients suivent un traitement alternatif et que seulement 29,3 % d’entre eux en informent leur médecin ;
  • 36% se dirige vers des gélules ou préparations à base de plantes, 27 % vers la chiropraxie ou l’ostéopathie et 14% vers les massages.
  • 7% des participants pratiquent la méditation ou des gymnastiques douces (Tai Chi, yoga).

À savoir ! La chiropraxie est une méthode thérapeutique permettant de soigner les affections du tronc (depuis le cou, jusqu’au bassin), grâce à la manipulation des vertèbres.

Des difficultés à communiquer avec le corps médical

Ce sont les adeptes de la méditation qui sont plus enclins à partager leur expérience avec leur médecin (58% d’entre eux) tandis que ceux ayant recours aux plantes ont plutôt tendance à cacher cette activité annexe (78% d’entre eux).

Mais, pourquoi les patients ne discutent-ils pas de ce recours avec leur médecin ?

Selon les travaux des chercheurs texans, plusieurs raisons viennent expliquer ce silence :

  • Le médecin ne leur pose pas la question pour 57,4 % d’entre eux ;
  • Le patient considère que l’information est sans intérêt pour le praticien pour 47,4 % d’entre eux ;
  • Le médecin pourrait ne pas comprendre leur démarche à cause de préjugés ou n’a pas le temps d’écouter pour 14% d’entre eux ;
  • Le médecin pourrait avoir une réaction négative ou tenterait de les dissuader pour 7% d’entre eux.

Compte tenu des potentielles implications de ces médecines alternatives dans le suivi et le pronostic du patient, les oncologues américains recommandent vivement de discuter avec leur patient sur ce sujet.

Des précautions à prendre pour ne pas venir à l’encontre de la thérapie conventionnelle

“Les patients les plus jeunes sont plus susceptibles d’utiliser des médicaments complémentaires et alternatifs et les femmes plus, mais j’aurais pensé que plus de gens en parleraient à leur médecin “ commente le Docteur Sanford.

Les spécialistes soulignent la dangerosité des compléments à base de plantes qui pourraient compromettre l’efficacité de la radiothérapie, mais aussi la performance de la chimiothérapie.

” Les suppléments peuvent interagir avec les médicaments que nous leur donnons et, à cause de cette interaction, ils peuvent modifier le dosage de médicament chez le patient. Si les dosages deviennent trop élevés, les toxicités augmentent et si les dosages deviennent trop bas, l’efficacité chutera “ commente David Gerber, spécialiste du cancer du poumon de la même université.

Par ailleurs, la pratique d’une activité de relaxation, comme le yoga ou la méditation, est encouragée. Cela permet de rester actif et de combattre la fatigue liée aux différents traitements conventionnels.

Julie P., Journaliste scientifique

– Un tiers des patients traités pour cancer font appel à la médecine douce. Le quotidien du médecin. Consulté le 26 avril 2019.
– Alternative therapies for cancer: Do they do more harm than good? Medical News Today. Consulté le 26 avril 2019.
– Prevalence and Nondisclosure of Complementary and Alternative Medicine Use in Patients With Cancer and Cancer Survivors in the United States. Jamanetwork Consulté le 26 avril 2019.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.