Polyarthrite rhumatoïde: actualisation des recommandations françaises

Actualités Douleur Rhumatologie Santé des séniors

Rédigé par Estelle B. et publié le 12 décembre 2018

La polyarthrite rhumatoïde est un rhumatisme inflammatoire chronique, qui affecterait 0,5 % de la population adulte française, les femmes étant quatre fois plus touchées que les hommes. En s’appuyant sur les dernières recommandations européennes, un groupe de travail a actualisé les recommandations françaises de prise en charge de la maladie. Des recommandations qui ont été publiées dans la Revue du Rhumatisme.

polyarthrite-recommandations

Polyarthrite rhumatoïde et recommandations

Les dernières recommandations françaises concernant la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde, un rhumatisme inflammatoire chronique, datant de 2014. Récemment, un groupe de travail s’est réuni autour de 12 rhumatologues français spécialistes de la maladie, deux représentants d’associations de patients et un professionnel de santé.

L’objectif de ce groupe de travail était de se pencher sur :

  • Les dernières recommandations européennes de l’EULAR (European League Against Rheumatism, Ligue Européenne contre le Rhumatisme) ;
  • Une analyse systématique des études publiées récemment sur la polyarthrite rhumatoïde ;
  • L’avis des experts.

A partir de l’ensemble des données disponibles, le groupe de travail a récemment publié dans la revue scientifique, la Revue du Rhumatisme, les recommandations françaises actualisées pour la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde.

Lire aussiPolyarthrite rhumatoïde : un rôle caché de la contraception orale ?

Quatre principes généraux …

Ces recommandations françaises actualisées regroupent quatre principes généraux pour la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde et 15 recommandations sur le diagnostic, les stratégies thérapeutiques, l’organisation de la prise en charge et la gestion de la rémission.

Les principes généraux émis par le groupe de travail insistent sur l’importance d’une décision partagée entre le rhumatologue et le patient, pour tous les aspects relatifs à la maladie. Par ailleurs, une prise en charge globale des patients est nécessaire et doit comprendre les traitements médicamenteux, mais aussi non-médicamenteux.

Les recommandations concernent d’abord le diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde. Ce rhumatisme inflammatoire chronique doit être évoqué face à certains signes cliniques :

  • Une arthrite, avec un gonflement des articulations ;
  • Une raideur matinale de plus de 30 minutes ;
  • Une douleur à la pression transverse des mains ou des pieds.

Le diagnostic doit être confirmé le plus rapidement possible par un rhumatologue, grâce à des examens complémentaires :

  • Un examen clinique poussé ;
  • Le dosage de marqueurs de l’inflammation (vitesse de sédimentation, protéine C-réactive (CRP)) ;
  • Le dosage de marqueurs de la polyarthrite rhumatoïde (anticorps anti-protéines citrullinées (ACPA), facteurs rhumatoïdes).

Lire aussiTabagisme passif dans l’enfance, polyarthrite rhumatoïde à l’âge adulte

… et 15 recommandations

Une fois le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde posé, un traitement de fond doit être débuté le plus rapidement possible, pour parvenir à une rémission clinique (absence de symptômes et de signes d’inflammation) ou réduire au maximum l’activité de la maladie.

Le traitement de première intention de la maladie est le méthotrexate, débuté au moins à 10 mg par semaine, avec une posologie optimale atteinte en maximum 4 à 8 semaines. En cas de contre-indication ou d’intolérance au méthotrexate, le leflunomide ou la sulfasalazine peuvent être prescrits.

En l’absence d’amélioration dans les trois mois qui suivent l’initiation du traitement, un traitement de seconde intention peut être utilisé, éventuellement en association avec le méthotrexate. Plusieurs traitements de seconde ligne sont disponibles, agissant sur différents mécanismes pathologiques de la maladie :

  • Les anti-TNF alpha (Tumor Necrosis Factor) ;
  • L’abatacept ;
  • Les inhibiteurs de la voie de l’IL-6 (Interleukine-6) ;
  • Les inhibiteurs de JAK (inhibiteurs des Janus Kinases) ;
  • Le rituximab ;

Lorsque la rémission est obtenue, une diminution progressive des traitements de fond peut être envisagée sous certaines conditions.

En parallèle des traitements médicamenteux, la prise en charge globale de la pathologie doit intégrer d’autres aspects, comme :

  • Le dépistage et l’évaluation des éventuelles maladies associées ;
  • La tolérance des traitements ;
  • L’adhésion et l’avis du patient ;
  • Des conseils hygiéno-diététiques (activité physique, alimentation, sevrage tabagique, consommation d’alcool, …) ;
  • La mise à jour des vaccinations.

Ces recommandations actualisées françaises constituent une base de travail pour tous les professionnels de santé qui suivent des patients atteints de Rhumatisme inflammatoire (polyarthrite rhumatoïde), avec l’objectif d’optimiser la prise en charge globale des patients.

Lire aussiManger du poisson pour atténuer les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde ?

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Actualisation des Recommandations de la Société française de rhumatologie pour la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde. Daien, Claire and al. 2018.
  • Virginie says:

    Ma sœur a eu tjr le problème de la maladie de forestier depuis 2 ans et elle s’est fait opérer mais je ne comprends pas l’opération qui ont pu lui faire de plus car elle a toujours mal, elle prend beaucoup de médicaments qui lui font pas grand chose. Qu’elle solution de plus à faire. Merci de votre compréhension cordialement. De plus elle a eu un implant cochnenair pour la surdité ça serait pas une des causes. Merci à vous.

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Merci de faire confiance à Santé sur le Net pour trouver des informations sur votre santé. Merci de partager votre expérience. Un forum est à votre disposition si vous souhaitez échanger entre patients.
      Nous vous souhaitons une bonne journée.
      L’équipe Santé sur le net.

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.