magnetiseur

Guérisseur, rebouteux voire sorcier sont autant de termes employés pour décrire un magnétiseur. D’abord vénéré puis décrié, le magnétisme est une discipline ancestrale qui se fait de plus en plus présente dans notre société actuelle. La relation des médecins avec les magnétiseurs, ou plus généralement les guérisseurs, est encore ambiguë : à la fois de la défiance et de la collaboration. Officiellement, les deux pratiques s’opposent, l’une est savante, apprise en universités ou en écoles, tandis que l’autre est empirique et transmise par les anciens. Elles ont toujours cohabité depuis l’Antiquité avec plus ou moins de difficultés. Aujourd’hui, considérée comme une médecine alternative, le magnétisme intervient là où la médecine conventionnelle échoue, par exemple en cas de zona, stress, douleurs chroniques, etc. Cependant, la prudence est de rigueur, car le magnétisme n’est pas une science qui se prouve, et bon nombre d’imposteurs s’en donne à cœur joie.

Qu’est-ce que le magnétisme ?

Définition du magnétisme

Definition-magnétisme

Les magnétiseurs, aussi appelés guérisseurs, ont toujours existé en France avec plus ou moins de popularité selon les époques.

À savoir ! Il faut différencier le magnétisme animal (utilisé par les magnétiseurs) du magnétisme physique. Le magnétisme physique est celui dégagé par les aimants. Il est mesurable et facilement observable, tandis que le magnétisme animal ne l’est pas

Le magnétisme repose sur le fait que tout être humain, comme toute matière qui nous entoure, contient de l’énergie. Ainsi, chacun des Hommes peuplant la planète serait donc véhicule d’énergie. Pour qu’un individu soit en bonne santé, autrement dit que l’organisme humain fonctionne bien, cette énergie doit circuler correctement.

Les magnétiseurs sont des personnes qui seraient en mesure d’utiliser cette énergie pour soulager les maux des autres. Son rôle est d’avoir une action sur le corps énergétique de son patient, en opposition avec le médecin traditionnel qui traite le corps physique.

En 1950, le Pr Desrobert parlait du magnétisme comme « Un agent physique d’une espèce particulière, source de vie des organes et des cellules. Il peut être transmis à ceux qui sont malades par l’intermédiaire d’un magnétiseur qui en est surchargé. Le fluide passant au travers de ses doigts et de ses mains, pénètre dans l’organisme du malade tout comme pénètre le courant électrique, les rayons X, les radiations lumineuses et les ultrasons ».

Le magnétisme permet de guérir aussi bien le corps que l’esprit en insufflant une énergie nouvelle au patient afin qu’il puisse se guérir. Les vibrations électriques ou les radiations émises par un corps doivent être équilibrées pour être en bonne santé. La première action du magnétiseur consiste donc à localiser l’organe qui émet des signaux anormaux afin d’essayer d’en trouver l’origine.


L’histoire du magnétisme

Les plus vieux vestiges du magnétisme, viennent de l’un des plus anciens traités médicaux : le papyrus Ebers daté du XVIème siècle pendant le règne d’Amenhotep I.  Ce papyrus fait, en effet, référence à un mode d’intervention avec les mains par les prêtres Egyptiens afin de soulager et guérir. Pour les Egyptiens, le soleil, créateur de toute vie, pouvait être utilisé sur le corps des patients en captant les rayons du soleil avec les mains.

Plus récemment, au Moyen-âge, les futurs Rois de France devaient se soumettre au rituel des « écrouelles » avant d’être intronisés. En effet, pour être légitimes aux yeux du peuple, les souverains devaient démontrer leur pouvoir divin en « guérissant avec les mains ».

L’acte de poser les mains sur un individu pour soulager son mal a de tout temps été le premier réflexe de l’homme. Cette pratique qui existe depuis toujours, est présente dans tous les pays du monde, mais porte des noms différents. En Occident, on parle ainsi de magnétisme, tandis qu’on parle de QI ou Chi en Asie.

En 1759, le Dr Messmer démocratise la pratique du magnétisme en France en énonçant sa thèse sur le magnétisme animal. Il eut tant de succès que le Roi Louis XVI mit en place une Commission Royale, composée entre autres d’Antoine Lavoisier et Benjamin Franklin, chargée d’évaluer la réalité de ce phénomène. Cette dernière conclut que les effets observés étaient attribuables au pouvoir de la suggestion, et n’était que l’art de l’imagination. Bien que ridiculisé, le magnétisme, ou le mesmérisme, n’a pas disparu à ce moment là, et à continuer de se développer chez les plus convaincus.