La nutrithérapie n’est pas une médecine alternative, mais une discipline qui se positionne à l’interface entre la nutrition et la médecine. Elle utilise les propriétés pharmacologiques des aliments, des nutriments et des substances actives présentes dans l’alimentation pour aider des personnes à se soigner et à être en meilleure santé au quotidien.

nutrithérapie - table couverte de fruits et légumes

Qu’est-ce que la nutrithérapie ?

A la différence d’autres approches thérapeutiques, comme l’homéopathie ou l’aromathérapie, la nutrithérapie n’est pas une médecine alternative ou complémentaire.

Approche naturelle utilisée de manière empirique depuis des siècles, la nutrithérapie a refait surface aux USA au milieu du 20ème siècle et connaît depuis un essor important. Selon les principes de la nutrithérapie, l’alimentation agit directement sur l’état de santé d’une personne et il est donc possible d’influencer le fonctionnement de l’organisme et l’évolution d’une maladie, en modifiant l’alimentation et les apports en nutriments.

Etymologiquement formée des mots nutrition et thérapie, la nutrithérapie se positionne comme une interface entre la médecine et la nutrition. Schématiquement, il serait possible de résumer la nutrithérapie à la phrase suivante : se soigner en mangeant. Evidemment, les bases de la nutrithérapie sont plus complexes.

La nutrithérapie repose sur l’utilisation à des fins préventives ou thérapeutiques des éléments suivants :

Nutrithérapie et nutriments

L’un des concepts clés de la nutrithérapie est la notion de nutriment. Les nutriments correspondent aux différentes substances que l’organisme doit absorber pour fonctionner correctement. Les spécialistes distinguent deux catégories de nutriments :

  • Les macronutriments fournissent l’énergie indispensable aux cellules et sont absorbés en grande quantité. Ces nutriments sont les protéines, les glucides (sucres simples et complexes) et les lipides (graisses).
  • Les micronutriments regroupent tous les nutriments dont l’organisme a besoin en petite quantité, comme les vitamines ou les sels minéraux.

Dans les aliments, ne se trouvent pas uniquement des nutriments. Les aliments renferment généralement plusieurs centaines de substances, qui ne sont pas toujours assimilables à des nutriments, telles que des pigments ou des polyphénols (substances possédant des propriétés anti-oxydantes).

La nutrithérapie s’intéresse à la nature, à la quantité et à la qualité des nutriments qu’une personne absorbe quotidiennement.

Nutrithérapie et choix des aliments

La nutrithérapie s’intéresse également de près à la qualité nutritionnelle des aliments consommés. Les aliments qualitativement bénéfiques pour l’organisme, considérés comme des aliments santé, sont évidemment à privilégier, tels que :

  • Les fruits et les légumes frais ;
  • Les huiles végétales ;
  • Les poissons et en particulier les poissons gras ;
  • Les légumineuses, sources intéressantes de protéines végétales.

La méthode de préparation des aliments est également abordée, pour préserver au maximum les bienfaits nutritionnels des aliments (notamment leur contenu en vitamines et en sels minéraux), tout en évitant la formation de produits dangereux pour la santé, par exemple les substances cancérigènes contenues dans le grillé des viandes ou des poissons ou dans les graisses portées à trop vive température.

Parallèlement, si aucun aliment n’est à proscrire totalement, certains aliments doivent être consommés en quantités limitées et peu fréquemment, par exemple :

  • Les aliments transformés ;
  • Les aliments sucrés, comme les sucreries ;
  • Les aliments gras.

En résumé, la nutrithérapie conseille en prévention le respect d’une alimentation saine et équilibrée. Des conseils plus personnalisés peuvent être énoncés aux personnes qui ont des risques particuliers ou certaines pathologies.

À noter ! De la nutrithérapie est né le concept des super-aliments. Les super-aliments sont des aliments particulièrement riches en nutriments auxquels ont été prêtées des allégations santé, comme des propriétés anti-oxydantes, immunostimulantes ou anticancéreuses. Le premier aliment qualifié de super-aliment a été la baie de Goji. Mais jusqu’ici les études scientifiques ne sont pas parvenues à démontrer clairement les effets pharmacologiques revendiqués.

Les indications de la nutrithérapie

La nutrithérapie peut intervenir à plusieurs niveaux :

  • La prévention des problèmes de santé, en garantissant une couverture optimale de l’ensemble des besoins nutritionnels de l’organisme et en privilégiant la consommation d’aliments riches en nutriments protecteurs (comme des substances anti-oxydantes) ;
  • Le diagnostic et la correction des déficits et carences en certains nutriments essentiels, comme les vitamines, les sels minéraux, certains acides gras ou certains acides aminés ;
  • L’utilisation d’aliments, de nutriments ou de substances pharmacologiquement actives extraites des aliments pour traiter certains problèmes de santé en particulier.

À savoir ! Il ne faut pas confondre un nutritionniste et un nutrithérapeute. Le nutritionniste cherche à équilibrer le régime alimentaire du patient en fonction de sa condition physique et de son état de santé. Le nutrithérapeute s’intéresse quant à lui au rôle de chaque nutriment dans la prévention et le traitement de différents problèmes de santé.

La nutrithérapie peut s’adresser à tout type de personne, présentant tout type de problème de santé ou de pathologie. Cependant, si la nutrithérapie peut apporter de réels bénéfices, elle ne doit pas se substituer à une prise en charge médicale adaptée ou à un traitement médicamenteux nécessaire.

Nutrithérapie et carences

L’une des plus grandes indications de la nutrithérapie est de détecter et de corriger les carences en certains nutriments.

Dans la population, les carences les plus fréquemment observées sont les carences en vitamines ou en sels minéraux, parmi lesquelles :

  • La carence en magnésium ;
  • La carence en vitamine E ;
  • La carence en vitamine D, notamment au cours de la croissance des enfants et des adolescents ;
  • La carence en fer;
  • La carence en zinc et en vitamine B6, en particulier chez les personnes âgées.

Les carences en macronutriments sont rares en dehors des contextes de malnutrition ou de dénutrition. Toutefois, le nutrithérapeute peut aider une personne à améliorer la nature et la qualité des macronutriments absorbés, par exemple un meilleur choix des huiles et graisses utilisées dans l’alimentation quotidienne. La carence en acides gras oméga-3 est par exemple relativement fréquente dans la population.

Certaines catégories de population ou les personnes atteintes de certaines pathologies peuvent être exposées à d’autres risques de carences spécifiques.

Le nutrithérapeute cherche en premier lieu à détecter un déficit ou une carence en nutriments, avant de la corriger par différents moyens :

  • La consommation d’aliments contenant des teneurs élevées dans le nutriment déficitaire ;
  • L’utilisation de compléments alimentaires ;
  • La prescription de suppléments en vitamines ou en minéraux.

La nutrithérapie est-elle efficace ?

De nombreuses études scientifiques ont porté sur l’effet de l’alimentation ou de certains nutriments sur le fonctionnement de l’organisme, sur le développement de certaines pathologies et sur l’évolution de diverses maladies, comme :

  • Les maladies cardiovasculaires ;
  • Le diabète (lien vers dossier : https://www.sante-sur-le-net.com/maladies/metabolisme/diabete/) ;
  • Les allergies.

Les études les plus récentes ont mis en évidence que la nutrithérapie, en favorisant une alimentation saine et équilibrée et en assurant des apports quantitativement et qualitativement optimaux en nutriments, contribuait à l’amélioration de plusieurs aspects :

  • Le fonctionnement des muscles et des articulations ;
  • Le sommeil ;
  • La concentration ;
  • Le stress ;
  • La mémoire ;
  • Les défenses immunitaires.

Utilisée en complément d’autres approches, médicales ou non, elle peut contribuer très utilement à préserver la santé et à améliorer l’état de santé de personnes atteintes de maladies chroniques.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Nutrithérapie – Docteur Jean-Paul CURTAY, 5e édition. Novembre 2016.
– Jean-Paul Curtay : “Le magnésium est un nutriment essentiel”. Lanutrition.fr. Mis à jour le 10 mars 2017.
– Nutrithérapie : mieux se nourrir pour garder la santé. Pharma-Gdd.com. Mis à jour le 24 novembre 2017.