Sclérose en plaques : OCREVUS® arrive en France !

Jan 26, 2018 par

Les patients français souffrant de sclérose en plaques ou SEP, cette maladie très invalidante, vont bientôt pouvoir bénéficier d’un nouveau médicament de poids : l’ocrelizumab, commercialisé sous le nom de marque OCREVUS®.

Traitement SEP OCREVUS®

Déjà commercialisé aux USA, bientôt en Europe !

L’ocrelizumab n’est pas un inconnu ; la FDA (Food and Drug Administration), l’équivalent Outre-Atlantique de notre agence du médicament, avait donné son aval pour sa commercialisation sur le sol américain en mars 2017. La prestigieuse administration avait alors salué l’avancée thérapeutique que constituait OCREVUS® dans le traitement de la sclérose en plaques.

Les laboratoires Roche viennent d’annoncer qu’ils ont à leur tour reçu une autorisation de mise sur le marché européen pour OCREVUS®. Le médicament révolutionnaire devrait donc bientôt être à disposition dans les hôpitaux français. Un formidable espoir pour tous les patients atteints de SEP.

OCREVUS®, qu’est-ce que c’est ?

L’ocrelizumab est un anti-corps monoclonal. Il permet de réduire le nombre de lymphocytes B responsable de la destruction de la myéline (constituant des nerfs) chez les malades.

À savoir ! Un anticorps monoclonal est un anticorps produit en laboratoire à partir d’une souche unique de globule blanc. Il reconnaît un seul et même antigène (pour la sclérose en plaques, une molécule située à la surface des lymphocytes B que l’anticorps va ensuite détruire).

La particularité de l’ocrelizumab est qu’il est actif sur les 2 formes de scléroses en plaques. C’est le premier médicament autorisé dans la SEP primaire progressive aux USA, forme pour laquelle il existe peu de traitements actuellement.

À savoir ! On distingue deux grandes formes de SEP :

  • La sclérose en plaques primaire progressive (SEP-PP) : la maladie évolue régulièrement sans à-coup (15 % des SEP) ;
  • La sclérose en plaques récurrente-rémittente (SEP-RR) : la pathologie évolue par poussées, avec des phases de rémission, voire de récupération.

L’autorisation d’OCREVUS® en Europe découle des résultats de 3 études portant sur 2 388 patients. L’ocrelizumab y a démontré sa capacité à diminuer la progression de la maladie vers l’invalidité (la probabilité de voir l’invalidité progresser est diminuée de 25 % à 6 mois), ainsi qu’à réduire de 50 % le taux de rechute dans la SEP récurrente-rémittente.

OCREVUS® s’administre en perfusion intraveineuse tous les 6 mois. Ses principaux effets secondaires sont communs aux autres immunosuppresseurs : augmentation du nombre d’infections respiratoires et cutanées.

Isabelle V., journaliste scientifique

– OCREVUS® : une révolution dans le traitement de la sclérose en plaque – Philippe Massol – Le panorama du médecin n°162 – 22-28 janvier 2018.
Isabelle V.
Journaliste scientifique
Passionnée de recherche clinique et pharmacovigilance.
Garde un penchant pour nos amis à quatre pattes.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.