Syndrome du canal carpien : au travail et dans le sport

Aug 1, 2017 par

Le syndrome du canal carpien touche de nombreux travailleurs dont l’activité est répétitive et/ou qui nécessite une sollicitation excessive du poignet. Les risques associés à ce syndrome ne s’arrêtent pas là : le sport peut également en être un facteur de risque.

Syndrome du canal carpien

Le syndrome du canal carpien, qu’est-ce que c’est ?

Le canal carpien correspond à une gaine dans laquelle passe le nerf médian. Ce dernier permet le mouvement de la main et des doigts. Ce canal s’étend depuis la face antérieure du poignet, jusqu’au niveau des doigts. Le syndrome du canal carpien est alors la résultante d’une compression de ce nerf médian, entraînant un ensemble de troubles de la main. Les signes cliniques sont similaires à ceux d’une tendinite, ou encore d’un rhumatisme.

Il s’agit d’une affection fréquente, généralement issue de mouvements répétitifs et/ou de postures contraintes de la main et du poignet. Lorsque le nerf médian de la main est compressé, l’influx nerveux passe donc plus difficilement. Ce qui entraîne le développement de symptômes caractéristiques tels que des engourdissements, des fourmillements, des picotements, une perte de la sensibilité, des douleurs ou encore une raideur au niveau de la main.

Le syndrome du canal carpien fait partie des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) et est à l’origine de près de 130 000 opérations annuelles.

A savoir ! Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) représentent un ensemble d’affections péri-articulaires des tissus mous (ligaments, tendons, muscles, etc.). Les symptômes associés sont des engourdissements, des douleurs, des fourmillements, etc.

Le travail répétitif en cause, le sport aussi…

Bien souvent, le syndrome du canal carpien est associé à l’exécution de tâches répétitives et/ou sollicitant le poignet, dans le cadre d’une activité de travail. Une autre cause peut être à l’origine d’une telle affection : le sport.

Parmi les sports pouvant être à l’origine d’un syndrome du canal carpien, nous pouvons citer : le golf, le tennis, le baseball, l’haltérophilie ou encore le cyclisme. De façon plus générale, il s’agit majoritairement des sports nécessitant un maintien prolongé d’une prise, avec ou sans poids et/ou d’accessoires. Ce risque est d’autant plus important lorsque l’activité sportive demande également de la concentration, une vitesse d’exécution ou encore si celle-ci est soumise à des vibrations.

Une prise en charge rapide pour limiter les complications

Dès l’identification des symptômes caractéristiques d’un tel syndrome, un diagnostic clinique doit être établi et une prise en charge rapide permet de limiter les éventuelles complications, notamment la perte complète des sensations manuelles.

La prise en charge d’une telle affection et les traitements associés comprennent : le port d’une atelle, des infiltrations à la cortisone, de l’acupuncture, ou encore une intervention chirurgicale. Cette dernière permet notamment de limiter la compression du nerf médian par la section d’un ligament.

A la suite d’une intervention chirurgicale, le sportif se devra d’attendre entre 6 semaines et 6 mois avant la reprise de son activité. Il n’en demeure pas moins qu’un diagnostic précoce permet de limiter le risque chirurgical et ainsi de réduire le temps d’arrêt de l’activité !

Delphine W, Ergonome spécialisée en Santé au Travail.

– Canal carpien : savoir le dépister pour mieux le traiter. IRBMS. Patrick Bacquaert. Le 30 Mars 2017.
Delphine W.
Étudiante ergonome spécialisée en santé au travail.
Spécialiste dans la santé, le bien-être et l’adaptation de l’environnement de travail à l’Homme.
Passionnée par le sport, intéressée par la cuisine et captivée par l’écriture.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.