TDAH, un consensus universel pour une meilleure prise en charge

Actualités Autres maux (enfants) Neuro / Psy (enfant)

Rédigé par Estelle B. et publié le 12 septembre 2022

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), entre 3,5 et 5,6 % des enfants scolarisés en France seraient atteints de troubles de l’attention, avec ou sans hyperactivité, les TDAH. Le grand public et la communauté médicale stigmatise encore souvent ces TDAH. Récemment, la Fédération Mondiale du TDAH a publié un consensus, basé sur l’ensemble des connaissances scientifiques existantes à ce jour. Ce consensus harmonise au niveau mondial la prise en charge des enfants et des adultes touchés.

Les troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité, TDAH

Les TDAH sont généralement diagnostiqués entre 9 et 10 ans, mais ils peuvent être observés à différents âges et persister chez l’adulte. D’une manière générale, ils se distinguent en trois sous-ensembles :

  • Les troubles de l’attention, qui représentent environ 47 % des patients ;
  • L’hyperactivité ou l’impulsivité, qui concernent environ 36 % des patients ;
  • Les troubles de l’attention avec hyperactivité et impulsivité, qui affectent environ 17 % des patients.

Ces troubles de l’attention ne sont décrits que depuis quelques années, et sont encore souvent mal perçus, mal compris, avec des enfants et leur entourage bien souvent stigmatisés. L’entourage met régulièrement en avant des problèmes d’éducation pour expliquer ces troubles du comportement de l’enfant. Pourtant, les enfants, mais aussi les adultes, touchés par ces troubles doivent vivre avec un handicap cognitif et social parfois sévère, et assez fréquemment persistant. Le diagnostic et la prise en charge de ces patients se révèlent dans ce contexte, souvent hétérogène d’un territoire à un autre et d’un patient à un autre.

Poser le diagnostic au plus tôt

Regrouper l’ensemble des connaissances acquises dans des études robustes sur les TDAH pour élaborer un consensus universel sur leur prise en charge constitue pour les patients et leur entourage un progrès majeur dans la reconnaissance de leurs troubles, mais aussi dans la qualité de leur accompagnement et de leur parcours de soins. En effet, un diagnostic posé tardivement peut réduire l’efficacité de la prise en charge. Pour le diagnostic, les critères retenus dans le consensus sont les suivants :

  • Des symptômes d’inattention et/ou d’hyperactivité et d’impulsivité ;
  • L’existence de ces symptômes sur une période supérieure à 6 mois ;
  • L’apparition des symptômes ou tout du moins de certains signes évocateurs avant l’âge de 12 ans.

Le diagnostic est constitué à partir des signes cliniques caractéristiques, suivi d’un bilan psychométrique, dont l’objectif est d’évaluer les difficultés ressenties au quotidien par le patient et de rechercher d’autres troubles associés, comme des troubles de l’apprentissage (troubles dys) ou des troubles de la coordination motrice.

Optimiser la prise en charge des TDAH

Une fois le diagnostic posé, le consensus insiste sur les solutions thérapeutiques, qui peuvent être mises en place et révéler une certaine efficacité :

  • Des médicaments psychostimulants, comme le méthylphénidate ;
  • Des médicaments non stimulants, comme l’atomoxétine (non disponible en France depuis 2012) ;
  • Les thérapies cognitivo-comportementales;
  • Un accompagnement psychothérapeutique personnalisé.

Les médicaments peuvent soulager les symptômes et limiter le risque de certaines complications, en particulier les conduites suicidaires (lien vers fiche : https://www.sante-sur-le-net.com/maladies/psychiatrie/conduites-suicidaires/). Les thérapies cognitivo-comportementales sont quant à elles intéressantes pour améliorer la vie quotidienne. La prise en charge doit donc être adaptée à chaque patient. Néanmoins, le consensus révèle une faille, le manque de médicaments spécifiques pour traiter les TDAH. Une meilleure compréhension des mécanismes biologiques et physiologiques (facteurs environnementaux, prédisposition génétique, …) impliqués dans ces troubles se révèle nécessaire pour développer de nouvelles approches thérapeutiques, plus spécifiques.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– TDAH : Vers un consensus universel. inserm.fr. Consulté le 7 septembre 2022.
– Trouble du neurodéveloppement/ TDAH : Diagnostic et prise en charge des enfants et adolescents – Note de cadrage. has-sante.fr. Consulté le 7 septembre 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.