Un tissu graisseux humain reproduit en laboratoire

Actualités Hépato / Gastro Maladies auto-immunes Métabolisme Thérapies

Rédigé par Estelle B. et publié le 9 juillet 2019

Des équipes françaises de recherche ont uni leurs efforts pour parvenir à reconstruire du tissu graisseux humain en laboratoire. Un pas important dans la compréhension de certaines maladies métaboliques chroniques.

Expérimentation

Une culture cellulaire en trois dimensions

Pour comprendre les mécanismes impliqués dans certaines maladies métaboliques, il est nécessaire de disposer d’un tissu humain sur lequel faire des expériences. A ce jour, de nombreuses équipes dans le monde tentent de produire des tissus humains en laboratoire, une tâche au combien complexe. Récemment, des équipes françaises sont parvenues à reproduire un tissu graisseux humain en laboratoire.

Le tissu adipeux, ou tissu graisseux, est principalement constitué par :

  • Des cellules graisseuses, appelées des adipocytes ;
  • Un réseau complexe de capillaires sanguins.

Jusque-là, les scientifiques travaillaient sur des modèles de tissu graisseux en deux dimensions. Grâce à la culture en trois dimensions utilisée sur des cellules humaines (les cellules stromales de tissu adipeux), les chercheurs français ont pu développer des petites portions de tissu graisseux, appelées des adiposphères. C’est la première fois qu’un organoïde (nom donné par les scientifiques aux mini-organes reproduits en laboratoire) de tissu graisseux est reproduit (il en existait déjà pour d’autres organes, comme l’intestin).

Lire aussiDu génome humain à la thérapie génique

Des unités fonctionnelles de tissu graisseux humain

Les adiposphères développées par les chercheurs présentent trois caractéristiques intéressantes :

  • Un réseau vasculaire intact et organisé autour des adipocytes ;
  • Des adipocytes capables de se différencier, comme dans le corps humain ;
  • Un tissu fonctionnel, une fois transplanté chez la souris.

Grâce à un tel outil, les chercheurs vont pouvoir mieux étudier le fonctionnement et le rôle du tissu adipeux chez l’homme, mais aussi mieux comprendre son implication dans diverses maladies chroniques. De telles perspectives pourraient permettre à l’avenir de développer de nouvelles cibles thérapeutiques contre des pathologies comme :

La reproduction de tissu graisseux humain en laboratoire constitue une étape importante dans les progrès de l’ingénierie et de la thérapie cellulaire et tissulaire.

Lire aussiHuile de poisson pendant la grossesse : quel impact sur la croissance de l’enfant ?

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Du tissu adipeux humain reproduit en laboratoire. Communiqué de presse. INSERM. Consulté le 14 juin 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.