Les traitements de la fertilité augmentent-ils le risque de cancer de l’ovaire ?

Sep 11, 2019 par

Les traitements de stimulation ovarienne sont utilisés pour augmenter la fertilité féminine depuis plus de 60 ans. Pourtant, se pose une question récurrente à laquelle les spécialistes n’ont pas encore réussi à répondre : ces traitements peuvent-ils augmenter le risque de cancer de l’ovaire ? Une revue Cochrane s’est penchée sur la littérature disponible sur le sujet.

fertilite-cancer-ovaire

Infertilité, stimulation ovarienne et cancer de l’ovaire

Dans la prise en charge des problèmes d’infertilité féminine, un débat se poursuit depuis des années, autour de la question d’une éventuelle augmentation du risque de cancer de l’ovaire. En effet, les études menées n’ont pas permis de conclure sur l’existence d’un lien entre les traitements de stimulation ovarienne et le risque de cancer de l’ovaire. Une des explications serait notamment que l’infertilité peut elle-même augmenter le risque de tumeur ovarienne.

En 2013, une première revue Cochrane s’était intéressée à ce sujet. Récemment, une actualisation de cette revue de littérature a été publiée, en prenant en compte les études scientifiques parues entre 2013 et 2018. Au total, 37 études ont été prises en compte, dont 11 nouvelles, représentant un ensemble de 4 684 724 femmes. L’objectif est d’évaluer le risque de cancer invasif de l’ovaire et de tumeurs ovariennes limites chez les femmes traitées par des stimulants ovariens.

Une légère augmentation des tumeurs ovariennes

Sur l’ensemble des études prises en compte, deux études ont montré une augmentation de l’incidence des cancers invasifs de l’ovaire chez des femmes hypofertiles traitées par des médicaments de stimulation ovarienne, par rapport à des femmes non exposées. Ces études ont établi une augmentation du risque comprise entre +19 % et +93 %.

Parallèlement, une légère augmentation du risque de cancer de l’ovaire a été observée chez les femmes ayant effectué entre un et trois cycles de fécondation in vitro (FIV), mais cette augmentation restait non significative. Enfin, le risque de cancer invasif de l’ovaire n’était pas augmenté chez les femmes porteuses de la mutation BRCA (mutations génétiques qui augmentent le risque de cancer du sein).

En ce qui concerne les tumeurs ovariennes limites, l’augmentation du risque après un traitement de stimulation ovarienne a été retrouvée dans plusieurs études. Parfois, l’augmentation du risque était très importante, jusqu’à être multiplié par 4. Les traitements mis en cause étaient différents selon les études (citrate de clomifène, progestérone, gonadotrophine ménopausique humaine).

Un manque de données fiables

A l’issue de cette revue de littérature, il apparaît que quelques études concluent à une augmentation du risque de cancer invasif de l’ovaire ou de tumeurs ovariennes limites après un traitement de l’hypofertilité féminine. Les auteurs de la revue constatent néanmoins que ces études étaient de faible qualité méthodologique et donc les résultats peu fiables.

En conclusion, les auteurs indiquent que les médicaments contre l’infertilité féminine peuvent légèrement augmenter le risque de cancer de l’ovaire, par rapport à la population générale ou aux femmes hypofertiles non traitées. Cette augmentation du risque serait légèrement plus élevée chez les femmes sans enfant, par rapport aux femmes ayant déjà eu des enfants. Cependant, ils soulignent que des études plus longues et plus rigoureuses sont nécessaires, prenant en compte l’origine de l’infertilité et d’autres facteurs influençant le risque de cancer ovarien (âge, indice de masse corporelle, parité, facteurs génétiques). Faute de données suffisamment fiables, cette revue ne permet donc pas de répondre définitivement à la question posée.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Existe-t-il des risques accrus de cancer de l’ovaire chez les femmes suivant un traitement médicamenteux contre l’hypofertilité ? Revue Cochrane. Consulté le 09 septembre 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.