Un traitement déjà utilisé contre le cancer du sein pourrait bénéficier à plus de patientes

Actualités Cancers féminins Nouveaux traitements

Rédigé par Alexia F. et publié le 7 juin 2022

Une récente étude dévoile une nouvelle piste de traitement du cancer du sein. Présentée au Congrès du cancer de Chicago, elle démontre que l’utilisation du traitement actuellement utilisé contre les cancers du sein métastatiques pourrait être efficace chez beaucoup plus de femmes. Santé sur le Net décrypte cette nouvelle qui représenterait une avancée majeure dans le traitement de ce cancer.

Traitement du cancer du sein

La première cause de mortalité par cancer chez les femmes

Le cancer du sein représente un enjeu de santé publique majeur. En effet, selon l’Organisation Mondiale de la santé, 2,2 millions de femmes en étaient atteintes en 2020 à travers le monde. L’organisation estime qu’une femme sur 12 développe un cancer du sein dans sa vie. Il constitue la première cause de mortalité par cancer chez les femmes. En France, selon Santé Publique France, près de 60 000 nouveaux cas sont dépistés chaque année.

L’âge moyen de détection est de 63 ans. C’est pourquoi le diagnostic doit être établi le plus rapidement possible. A partir de 50 ans, il est recommandé de se faire dépister à l’aide d’une mammographie tous les 2 ans. Mais, l’examen clinique est réalisé dès 25 ans par les gynécologues.

https://www.sante-sur-le-net.com/cancer-du-sein-et-fatigue-comment-predire/

Le traitement contre le cancer du sein métastatique plus largement efficace

En France, entre 2 000 et 3 000 femmes développent un cancer du sein métastatique. De très mauvais pronostic, certains traitements ont été développés afin d’augmenter la durée de vie des patientes. L’un de ces traitements repose sur une des caractéristiques des tumeurs métastatiques. En effet, ces tumeurs produisent en très grande quantité une protéine, nommée HER2. Cette protéine a la propriété de favoriser la croissance des cellules en se fixant à certaines cellules présentes dans les seins. Ainsi, une thérapie ciblée de nouvelle génération a été développée pour bloquer l’action de la protéine HER2. Il s’agit d’un traitement anti-HER2, appelé trastuzumab.

Les scientifiques ayant réalisé l’étude publiée dans le New England Journal of Medicine se sont demandés si ce traitement pouvait être efficace chez des patientes présentant un cancer du sein avec un taux de HER2 plus faible. Au total, 557 patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique avec un faible taux en HER2 ont été inclues dans l’étude. Elles ont été réparties en deux groupes, au hasard :

  • Un groupe recevait le trastuzumab ;
  • L’autre suivait une chimiothérapie proposée par le médecin.

Les résultats de l’étude montrent un taux de survie supérieur chez les patientes ayant bénéficié du traitement anti-HER2 par rapport à celles ayant suivi une chimiothérapie. Le gain est de 6 mois en moyenne, pour des femmes qui ont 5 ans d’espérance de vie.

La moitié des patientes atteintes d’un cancer du sein pourraient en bénéficier

Cette découverte constitue un bond en avant qui n’a pas été vu depuis plus de 15 ans dans ce sous-type de maladies. Elle implique une utilisation plus large du traitement anti-HER2. En effet, il s’avère que 10 à 12% des tumeurs du sein sont positives au HER2. Plus largement, en le proposant précocement, les scientifiques de l’étude estiment que la moitié des patientes pourraient bénéficier de ce traitement. A ce jour, la première étape est de l’élargir à 5 000 femmes.

Également, les auteurs espèrent que l’administration de ce traitement à des stades précoces de la maladie permettrait non plus d’augmenter la durée de vie mais d’augmenter le taux de guérison. Ce traitement offre aussi une voie thérapeutique en complément des chimiothérapies, souvent mal tolérées par les patientes.

Alexia F., Docteure en Neurosciences

Sources
– Trastuzumab Deruxtecan in Previously Treated HER2-Low Advanced Breast Cancer. nejm.org. Consulté le 7 juin 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.