L’activité physique protégerait du cancer du poumon et du côlon

May 15, 2019 par

Une étude récente montre que l’activité physique protégerait de certains cancers notamment le cancer du poumon et le cancer du côlon.

activite-physique-cancer

Le cancer du poumon et le cancer du côlon : 2ème et 3ème cancer les plus fréquents en France

Le cancer du poumon se situe au deuxième rang des cancers les plus fréquents chez l’homme après le cancer de la prostate et au troisième rang chez la femme après le cancer du sein et le cancer du côlon.

Le cancer du poumon touche 45 000 nouvelles personnes chaque année. Il existe 2 types de cancer du poumon :

  • Le cancer bronchique non à petites cellules (85% des cancers du poumon)
  • Le cancer bronchique à petites cellules (15% des cancers du poumon).

Le principal facteur de risque est le tabac. Il est responsable de 8 cancers du poumon sur 10. D’autres facteurs ont été mis en évidence : l’amiante, les gaz d’échappement des moteurs diesel, le radon, les hydrocarbures polycycliques aromatiques, certains rayonnements ionisants, la silice et le cadmium.

Les traitements font appel à la chimiothérapie conventionnelle, les thérapies ciblées, l’immunothérapie, la chirurgie et la radiothérapie.

Le cancer du côlon se situe tous sexes confondus au 3ième rang des cancers les plus fréquents. Il survient en majorité chez les personnes âgées de 50 et plus. Dans 80% des cas, le cancer provient d’une tumeur bénigne (polype) qui finit par devenir cancéreuse. Les personnes dont un parent a été atteint d’un cancer colorectal sont à risque élevé de développer un cancer colorectal de même que les personnes atteintes de maladie inflammatoire chronique de l’intestin. Le traitement repose essentiellement sur la chirurgie et la chimiothérapie.

L’activité physique protégerait du cancer

On connaît déjà le rôle bénéfique de l’activité physique sur la diminution de la survenue des maladies cardiovasculaires. Maintenant de plus en plus de preuves montrent les bénéfices d’une activité physique pour diminuer le risque de développer un cancer.

Cette étude récente ayant inclus plus de 49 000 patients entre 1991 et 2009 y compris des femmes et des personnes de race noire a montré l’impact de l’activité physique sur la survenue des cancers.

En effet, les personnes ayant une forte activité cardiorespiratoire de 12 METs ont un risque réduit de développer un cancer du poumon de 77% et un risque réduit de développer un cancer colorectal de 61% par rapport aux personnes ayant une activité physique plus faible (6 METs).

À savoir ! le MET ou équivalent métabolique est une méthode permettant de mesurer l’intensité d’une activité physique et la dépense énergétique. Plus l’intensité de l’activité est élevée, plus le nombre de MET est élevé.

Cette étude a montré également qu’une activité physique importante réduit le risque de décès par cancer du poumon de 44% et le risque de décès par cancer colorectal de 89%.

La pratique régulière d’une activité physique contribuerait à réduire également le risque du cancer du sein et du cancer de l’endomètre. L’activité physique contribue aussi à limiter la prise de poids, autre facteur de risque de cancers.

– Physical fitness might protect against lung and bowel cancers. Medicalnewstoday.com. Consulté le 13 mai 2019.
– Le cancer du poumon : points clés. e-cancer.fr Consulté le 13 mai 2019.
– Le cancer du côlon : quelques chiffres. e-cancer.fr Consulté le 13 mai 2019.
Soraya M.
Pharmacologue - Conceptrice-Rédactrice
Spécialiste de la formation et de l’information médicales
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.