Antihypertenseurs et risque de cancer du poumon

Dec 7, 2018 par

Selon Santé Publique France, l’hypertension artérielle est la pathologie chronique la plus fréquente en France, touchant près d’un adulte sur trois. Pour lutter contre cette maladie, différentes classes de médicaments antihypertenseurs sont prescrits. Mais l’une d’entre elles serait liée à une augmentation du risque de cancer du poumon, selon une récente étude, publiée dans la revue scientifique British Medical Journal.

cancer-poumon Antihypertenseurs

Hypertension artérielle et antihypertenseurs

Pour lutter contre l’hypertension artérielle, une maladie chronique très fréquente dans la plupart des pays industrialisés, plusieurs classes de médicaments antihypertenseurs sont disponibles :

  • Les antihypertenseurs centraux ;
  • Différents types de diurétiques ;
  • Les béta-bloquants ;
  • Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (notés IEC) ;
  • Les inhibiteurs calciques ;
  • Les antagonistes de l’angiotensine II (notés ARA2), plus connus sous le nom de sartans.

Les patients hypertendus sont le plus souvent traités à vie, avec un ou plusieurs médicaments antihypertenseurs choisis dans ces différentes classes médicamenteuses. Récemment, l’une d’elles a été pointée du doigt par des chercheurs, qui ont suggéré une augmentation du risque de cancer du poumon chez les patients traités par des inhibiteurs de l’enzyme de conversion.

Inhibiteurs de l’enzyme de conversion et cancer du poumon

Des chercheurs britanniques ont mené une vaste étude de cohorte pour évaluer l’éventuel lien entre la prise d’inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) pour le traitement de l’hypertension artérielle et le risque de développer un cancer du poumon.

Pour cela, ils ont analysé les dossiers médicaux de 992 061 patients britanniques traités pour hypertension artérielle. Les résultats obtenus mettent en évidence les points suivants :

  • Par rapport aux sartans, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) seraient associés à une augmentation de 14 % du risque de cancer du poumon, après ajustement des données sur l’âge, le sexe, l’Indice de Masse Corporelle (IMC) et le statut tabagique ;
  • Cette augmentation du risque s’élèverait à 22 % chez les patients traités par IEC pendant une durée de 5 ans ;
  • Le sur-risque atteindrait 31 % en cas de traitement par IEC sur une durée de 10 ans.

En revanche, les chercheurs n’ont observé aucune augmentation significative du risque de cancer du poumon, lorsque la durée de traitement par un inhibiteur de l’enzyme de conversion était inférieure à 5 ans.

Un lien à surveiller de près

Sur l’ensemble des patients inclus dans cette étude, 335 135 étaient traités par un inhibiteur de l’enzyme de conversion (IEC) :

Parallèlement, 29 008 patients étaient traités par des sartans et 101 637 par une association de sartans et d’IEC. Un tel lien entre la prise d’IEC et une augmentation du risque de cancer du poumon concerne donc une vaste population de patients hypertendus. En France également, la prescription des inhibiteurs de l’enzyme de conversion est très fréquente lors de la prise en charge de l’hypertension artérielle.

Pourtant, les auteurs de l’étude restent prudents. Même si l’hypothèse d’un lien entre IEC et cancer du poumon apparaît plausible, des études complémentaires sont nécessaires pour confirmer les résultats observés. A ce stade, il n’est aucunement question de remettre en cause ces médicaments antihypertenseurs, dont l’efficacité clinique a été démontrée et qui protègent les patients des complications graves liées à une hypertension artérielle non traitée ou mal contrôlée.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

Angiotensin converting enzyme inhibitors and risk of lung cancer: population based cohort study. Hicks, B.M. and al. 2018. BMJ 363:k4209.
Angiotensin converting enzyme inhibitors and lung cancer. Cronin-Fenton, Deirdre. 2018. BMJ 363:k4337.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.