Nutrition, quelle alimentation pour l’adulte hospitalisé ?

Actualités Actualités patients Conseils nutrition

Rédigé par Estelle B. et publié le 22 septembre 2022

En 2019, près de 13 millions de patients ont été hospitalisés en France, toutes causes confondues et pour des séjours plus ou moins longs en établissements de santé. Quelles sont les recommandations sur l’alimentation des adultes pendant leur séjour hospitalier ? Une cinquantaine d’experts ont formulé des recommandations à ce sujet, afin d’assurer la meilleure alimentation pour les adultes hospitalisés. alimentation-adultes-hopital

Alimentation des adultes hospitalisés

L’alimentation constitue l’un des piliers de la santé, d’autant plus chez les sujets atteints d’une maladie et/ou hospitalisés. Pendant l’hospitalisation, en particulier si la durée d’hospitalisation est longue, l’alimentation de l’adulte peut être altérée, pour plusieurs raisons : Un état de santé qui modifie l’appétit, une modification des habitudes alimentaires entre le domicile et l’hôpital.

Pourtant, il est important de couvrir les besoins nutritionnels du patient hospitalisé, des besoins qui sont parfois accrus par rapport à ceux d’une personne en bonne santé.

L’alimentation est au cœur de la prise en charge pluridisciplinaire du patient adulte hospitalisé, en particulier dans certains services de soins de longue durée. Dans certaines équipes médicales, figurent d’ailleurs des médecins nutritionnistes ou des diététiciens. Les risques liés à une mauvaise alimentation ou à une réduction des prises alimentaires durant le séjour hospitalier sont notamment :

  • Un retard dans la guérison ;
  • Une aggravation de l’état de santé ;
  • L’évolution vers la dénutrition ;
  • Et donc un allongement de la durée d’hospitalisation.

23 recommandations pour 5 objectifs nutritionnels

Face à cet enjeu de santé publique, cinquante experts français se sont réunis. Ils ont proposé en 2019, 23 recommandations pour améliorer l’alimentation et le statut nutritionnel des adultes hospitalisés. Ces recommandations répondent à plusieurs objectifs :

  • Définir l’offre alimentaire (quatre recommandations) ;
  • Démontrer l’importance d’une prise en charge nutritionnelle régulièrement réévaluée au cours du séjour hospitalier (trois recommandations) ;
  • Déterminer les modes alimentaires possibles pour s’adapter aux besoins spécifiques du patient (deux recommandations) ;
  • Définir les restrictions de certains nutriments pour certaines catégories de patients (treize recommandations) ;
  • Démontrer l’importance capitale de l’alimentation pour les patients dénutris ou à risque de dénutrition (une recommandation).

Dans ces recommandations, les mots « régime » ou « restriction » sont bannis au profit des expressions de type « alimentation », « alimentation thérapeutique » ou « alimentation normale ». Ces recommandations sont destinées à tous les professionnels participant à la prise en charge de l’adulte hospitalisé, car chaque professionnel a un rôle à jouer pour préserver le statut nutritionnel du patient et prévenir la dénutrition.

L’alimentation au cœur de la prise en charge de l’adulte hospitalisé

Pour chaque patient hospitalisé sur une durée minimale de quelques jours, une évaluation du statut nutritionnel et un diagnostic de la dénutrition sont recommandés, avec une réévaluation régulière pour les patients hospitalisés sur une longue durée. L’alimentation et les choix alimentaires sont adaptés par l’équipe médicale à l’état de santé du patient et à ses pathologies. Certaines pathologies nécessitent la mise en place d’une alimentation thérapeutique, par exemple une alimentation désodée pour les insuffisants rénaux. Les recommandations précisent toutefois qu’il ne faut pas combiner plus de deux alimentations restrictives pour un même patient, par exemple une alimentation désodée (sans sel)  et une alimentation pauvre en lipides.

Pour couvrir les besoins nutritionnels des patients, en particulier ceux qui manquent d’appétit, le fractionnement des repas constitue une solution possible, en proposant des collations en dehors des trois repas principaux. Le fait de proposer plusieurs plats différents, avec différentes textures, peut également s’avérer bénéfique pour favoriser les prises alimentaires. Du service de préparation des repas au médecin qui prend en charge l’adulte hospitalisé, toutes les équipes hospitalières doivent combiner leurs efforts pour prévenir la dénutrition et assurer des apports nutritionnels optimaux à chaque adulte hospitalisé.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Recommandations sur l’alimentation en établissements de santé. cerin.org. Consulté le 17 septembre 2022.
– Recommandations sur les alimentations standard et thérapeutiques chez l’adulte* en établissements de santé.. sfncm.org. Consulté le 17 septembre 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.