Tatouages : les dangers à ne pas négliger !

Aug 16, 2017 par

Le tatouage n’est aujourd’hui plus réservé aux marginaux. Il se démocratise et de plus en plus de Français se décident à sauter le pas. Alors que l’activité des tatoueurs bat son plein, il s’avère utile de rappeler que se faire tatouer n’est pas anodin et comporte des risques. Ces derniers sont pourtant évitables en adoptant quelques précautions.

Dangers des tatouages

Les dangers des tatouages

En juin dernier, l’Académie Nationale de Pharmacie (ANP) ouvrait une séance thématique intitulée « Décorations du corps humain et risques pour la santé ». Des experts ont ainsi pu faire le point sur l’état actuel des connaissances concernant les modifications corporelles dont le tatouage. A l’issue de cette séance, des recommandations devraient être émises afin de limiter les risques liés à ces pratiques.

En France, on estime que 13 à 14% des adultes seraient tatoués dont 37% auraient moins de 35 ans. Une étude allemande de 2010 a estimé le pourcentage de complications de santé (démangeaisons, allergies, infections, etc.) suite à un tatouage autour de 6%. Cependant, ce dernier est difficile à évaluer précisément compte tenu des doses extrêmement variables d’un tatouage à un autre (de 1g à 40g), et d’autres facteurs comme l’âge, la couleur de l’encre et l’exposition au soleil.

Les principaux risques sont liés au tatoueur (conditions d’hygiène non respectées ou mauvais gestes). En France, la réglementation est pourtant stricte. En effet, pour être tatoueur, il faut avoir suivi une formation (de 21 heures minimum) sur les conditions d’hygiène et de salubrité, délivrée uniquement par un organisme habilité. Ensuite, les tatoueurs doivent se déclarer à la préfecture et respecter les règles concernant les déchets DASRI (déchets à risque infectieux). Enfin, les tatoueurs ont l’obligation d’informer leur client des risques encourus. Cette information doit également être affichée dans les locaux.

A savoir ! Le maquillage permanent est une forme de tatouage donc les esthéticiennes le pratiquant sont soumises à la même réglementation que les tatoueurs.

Il faut savoir que tout acte qui consiste à percer ou couper la peau comme les tatouages, mais aussi les piercings, peut introduire chez la personne des germes (bactéries ou virus) capables de provoquer une infection plus ou moins grave. Par ailleurs, tout piercing ou tatouage, même minime, entraîne de microscopiques projections de sang ou liquide biologique, très peu visibles. Ainsi, sans mesure d’hygiène adaptée, la transmission des infections (VIH, Hépatite, etc.) d’une personne à une autre via les instruments principalement peuvent se produire.

Quelques mesures élémentaires à adopter

Le respect de mesures d’hygiène strictes par les tatoueurs est le seul moyen permettant de réduire le risque de contamination.

Parmi ces mesures, le tatoueur doit :

  1. Utiliser systématiquement du matériel à usage unique ou alors procéder à la stérilisation de tout le matériel destiné à pénétrer la peau ;
  2. S’assurer de la propreté des locaux ;
  3. Se laver très soigneusement les mains avant et après chaque acte ;
  4. Porter des gants stériles ;
  5. Procéder à la désinfection de la peau ou des muqueuses du client.

Par ailleurs, la vaccination des tatoueurs contre l’hépatite B est fortement recommandée.

En tant que client, quelques mesures à respecter afin de prévenir les risques peuvent être utiles :

  1. Eviter les tatoueurs et perceurs ambulants (par exemple trouvé sur les plages ou festivals) et préférer des locaux où l’hygiène est garantie ;
  2. S’assurer des conditions d’hygiène à la fois du tatoueur et de ses locaux ;
  3. Appliquer une solution antiseptique les premiers jours qui suivent l’acte.

Charline D., Pharmacien

– Tatouages, piercing et autres modifications corporelles – Des risques pour la santé parfois sous-estimés. Le Quotidien du Médecin. Fabienne Rigal. Le 26 juin 2017.
– Piercing Tatouage – Risques d’infections. INPES. – Consulté le 09 août 2017.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.