La semaine santé en bref #79

Actualités Addiction Allergie Coronavirus (COVID-19) Innovations Maladies infectieuses Maladies parasitaires Maladies virales Santé au quotidien (maux quotidiens) Santé en voyages Semaine santé en bref Troubles alimentaires

Rédigé par Estelle B. et publié le 4 juin 2020

Chaque semaine, Santé Sur le Net choisit pour vous 5 actualités santé, à ne pas rater :

brèves santé

1. COVID-19, point de situation au 1er juin 2020

Le 2 juin, la seconde phase de déconfinement a commencé, marquée par la réouverture de certains commerces et activités et la fin de la limite des 100 kms de déplacement pour les départements classés verts. En revanche, les règles sanitaires restent plus que jamais nécessaires pour limiter la propagation du virus, qui reste présent sur le territoire français. A l’échelle mondiale, plus de 370 000 personnes sont décédées de la COVID-19, un chiffre qui s’élève à 28 506 personnes en France au soir du 1er juin 2020. Le nombre de patients en réanimation continue de baisser, mais chaque jour de nouvelles contaminations et de nouveaux cas graves sont encore recensés. Tous les Français sont donc appelés à la plus grande vigilance.

Lire aussiStopCovid : L’application au centre des débats public et parlementaire

2. 31 mai, journée mondiale sans tabac

Selon les estimations de l’OMS, le tabac sera en 2020 la principale cause de décès et d’incapacité dans le monde, avec plus de 10 millions de décès chaque année. Le 31 mai est marqué par la journée mondiale sans tabac. L’occasion d’informer et de sensibiliser le grand public aux conséquences du tabagisme sur la santé. L’objectif est également de mobiliser les professionnels de santé, qui peuvent jouer un rôle souvent décisif dans le sevrage tabagique. S’arrêter de fumer n’est jamais facile et être accompagné le mieux possible constitue une réelle chance supplémentaire de réussite. Pour l’année 2020, la journée mondiale sans tabac s’est donnée pour ambition de prévenir l’utilisation du tabac et de la nicotine chez les jeunes. Un enjeu majeur de santé publique.

Lire aussiJournée mondiale sans tabac 2020 : les jeunes d’abord !

3. Suspension des essais cliniques sur l’hydroxychloroquine

Dans le monde, plusieurs essais cliniques testent actuellement la chloroquine et l’hydroxychloroquine, deux médicaments qui présentaient un intérêt potentiel face à la COVID-19. Au fur et à mesure de la publication des premiers résultats de ces essais, des craintes ont émergé sur la sécurité d’emploi de l’hydroxychloroquine. Récemment, le comité scientifique de l’essai international Solidarity en lien avec l’OMS a stoppé l’inclusion de nouveaux patients qui devaient être traités par l’hydroxychloroquine. Les spécialistes estiment qu’il faut des études plus poussées pour évaluer précisément le rapport bénéfice sur risque de ce médicament avant de l’utiliser dans le traitement de la COVID-19. Dans ce contexte, l’ANSM a demandé aux promoteurs des essais cliniques en cours en France de suspendre l’inclusion de nouveaux patients traités par l’hydroxychloroquine. Les patients déjà traités par ce médicament pourront poursuivre leur traitement jusqu’à son terme.

Lire aussiLa chloroquine, quels sont les premiers résultats des essais ?

4. Nouvelle épidémie du virus Ebola en Afrique

Parallèlement à la pandémie de COVID-19, la République Démocratique du Congo est frappée pour la onzième fois par une épidémie d’Ebola, qui vient d’être annoncée officiellement par les autorités locales. Quatre décès ont déjà été recensés dans ce nouveau foyer épidémique, qui succède au dixième foyer de contamination toujours actif depuis 2018 dans l’Est du pays. Une épidémie qui vient se surajouter à l’épidémie de COVID-19, qui a déjà entraîné 72 décès dans le pays.

Lire aussiRougeole, Ebola, grippe : quel virus est le plus contagieux ?

5. Vigilance rouge pour les allergies aux pollens de graminées

Le réseau national de surveillance aérobiologique a placé ces derniers jours la quasi-totalité des départements français en vigilance rouge, par rapport au risque d’allergies aux pollens de graminées. Les pollens de graminées sont responsables chaque année de nombreux symptômes allergiques chez les sujets prédisposés. Le risque allergique devrait être maximal au cours de cette semaine, avec des conditions météorologiques défavorables. Pour les sujets allergiques, trois applications peuvent être utiles pour mieux vivre cette période difficile : Alertes Pollens, Ma vie d’Allergik et Pollen.

Lire aussiComment venir à bout des allergies aux pollens ?

Rendez-vous la semaine prochaine, pour les prochaines actualités du monde de la santé !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.