COVID-19 : Ce qu’il faut savoir sur les tests sérologiques

May 23, 2020 par

Contrairement aux tests virologiques, qui détectent directement le coronavirus, les tests sérologiques détectent eux la présence d’anticorps spécifiques au SARS-CoV-2, à partir d’un échantillon sanguin. Ils permettent donc de savoir si une personne a déjà été contaminée par le coronavirus. Cependant, ils ne permettent pas de conclure si une personne est protégée contre le virus ni si celui-ci est contagieux ou non. Quels sont les différents types de tests, à qui sont-ils destinés et comment les réaliser, Santé sur le Net fait le point.

Un test sérologique positif du coronavirus (covid-19) devant un drapeau français en fond

Tests sérologiques, ELISA, TDR, TROD : quésaco ?

Il existe 2 types de tests sérologiques :

  • Le test sérologique « classique », par ELISA (pour Enzyme Linked ImmunoSorbent Assay), à partir d’une prise de sang, automatisable, réalisé dans les laboratoires munis d’un plateau technique adapté.
  • Les tests de dépistage unitaires, dits rapides, ne nécessitant pas de matériel technique, réalisé dans tous les laboratoires de biologie médicale de proximité, à partir d’une goutte de sang. Ils donnent un résultat en quelques minutes.

Parmi ces tests de dépistages rapides, on distingue :

  • Les TDR (test diagnostique rapide), réalisés en laboratoire.
  • Les TROD (test rapide d’orientation diagnostique), réalisés hors laboratoire, par tout professionnel de santé (médecin, sage-femme, infirmier, pharmacien) ainsi que par des personnes formées dans des associations. L’avantage des TROD est leur simplicité de réalisation. Cependant, ils ne permettent pas de poser formellement le diagnostic de COVID-19 et doivent être complétés par un test sérologique ELISA ou TDR.
  • Les autotests, à réaliser soi-même à partir d’une goutte de sang. Ils sont déconseillés par la HAS en raison de leur difficulté d’interprétation et d’un manque de données sur leur performance actuelle.

A qui s’adressent ces tests ?

Les tests sérologiques viennent compléter les tests virologiques (dits aussi PCR, pour polymerase chain reaction) indiqués en diagnostic précoce de la maladie. Ils sont recommandés :

  • Pour les enquêtes épidémiologiques ;
  • Pour les diagnostics de rattrapage, chez les personnes ayant eu des symptômes mais qui n’ont pas réalisé de test virologique ;
  • Chez les patients ayant un test virologique négatif mais présentant des symptômes caractéristiques de la COVID-19 ;
  • Pour la prévention de la circulation du virus dans les structures d’hébergement collectif, comme les EHPAD, les prisons, ou les résidences universitaires ;
  • Chez les personnes qui ont été en contact avec des personnes atteintes.

Depuis le 11 mai, les tests sérologiques sont systématiques pour les personnes fragiles, symptomatiques, et les « cas contact » avec un malade avéré.

Un isolement des personnes testées positives, mais pas seulement

Les résultats des tests rapides parviennent sous 24h, par mail ou sms. En cas de test positif, le laboratoire peut également appeler pour informer le patient. L’Assurance Maladie ou des « brigades » présentes dans chaque département, contactent alors le patient pour démarrer une enquête et identifier toutes les personnes contact potentielles.

Le patient doit alors rester isolé pendant 14 jours, à domicile ou dans une structure dédiée (hôtel réquisitionné), et au moins jusqu’à 2 jours après la disparition des symptômes. Les personnes contact sont elles aussi appelées et incitées à se confiner. Elles doivent prendre leur température plusieurs fois par jour, et se mettre en télétravail (ou en arrêt maladie). Après 7 jours, les personnes contact doivent réaliser un test. Si celui-ci est négatif, elles doivent cependant encore rester en isolement 7 jours supplémentaires.

Un prélèvement en drive et des tests prescrits pris en charge à 100%

Si vous devez réaliser un test sérologique, différents lieux sont disponibles pour faire le prélèvement : les centres hospitaliers universitaires et certains laboratoires de ville. Mais les prélèvements peuvent également être réalisés en ambulatoire, que cela soit dans des unités mobiles dédiées se déplaçant dans les villes, ou directement dans le véhicule des patients ou à leur domicile. Certains sites permettent de repérer des lieux de dépistage proches de chez vous (Santé.fr ; jemefaisdepister.fr ; drivecovid.fr).

Jusqu’à présent, seuls les tests virologiques, facturés 54 euros en laboratoire de ville, étaient pris en charge à 100% par l’assurance maladie, s’ils étaient prescrits sur ordonnance. Mais le 20 mai, le président du syndicat des biologistes François Blanchecotte a indiqué que les tests sérologiques sur ordonnance seront également remboursés. Cela fera suite à la publication du ministère de la Santé de la liste des tests sérologiques autorisés et dont le prix sera fixé. Pour l’instant en effet, leur prix peut s’élever de 25 à 45 euros.

Suzanne L., Pharmacienne et rédactrice scientifique

– La HAS se prononce sur les tests sérologiques rapides – TDR, TROD, autotests – dans la lutte contre le COVID-19. HAS. Consulté le 20 mai 2020.
– Premières indications pour les tests sérologiques du COVID-19. HAS. Consulté le 20 mai 2020.
Suzanne L.
Pharmacienne & Rédactrice scientifique
Spécialisée dans l’infectiologie
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.