Cueillette d’ail des ours : attention aux confusions entre plantes comestibles et toxiques

Actualités Santé au quotidien (maux quotidiens) Urgences

Rédigé par Alexia F. et publié le 30 mars 2022

Le mois de mars signe le début de la saison de la cueillette d’ail des ours. Malheureusement, il peut facilement être confondu avec le colchique, responsable d’intoxications graves, voire mortelles. Ainsi, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) publie ses recommandations pour des sessions de cueillette en toute sécurité.

Femme qui cherche l'ail des ours

Ail des ours : risque d’intoxication en cas de confusion

Lors de la cueillette, les plantes sauvages toxiques sont parfois confondues avec les plantes comestibles. Chaque année, les centres antipoison enregistrent 250 cas de confusion entre plantes toxiques et plantes comestibles. L’arrivée du printemps lance le début de la saison la cueillette d’ail des ours. Connu pour son odeur forte d’ail et son goût délicat, l’ail des ours est utilisé de multiples façons : les feuilles crues en salades et sous forme de pesto, ou cuites comme des épinards. Cependant, l’ail des ours peut être facilement confondu avec le colchique. Les deux plantes poussent dans les mêmes sous-bois, au printemps.

L’ingestion de colchique peut engendrer une intoxication grave voire mortelle. La gravité de l’intoxication dépend de plusieurs facteurs :

  • La quantité de feuilles ingérées ;
  • La concentration de colchicine présente dans les feuilles ;
  • L’association avec certains médicaments courants (certains antibiotiques notamment) pris par le consommateur qui peuvent accroître notablement le risque toxique.

Les manifestations de l’intoxication sont des troubles digestifs (vomissements et diarrhées) pouvant être sévères. Elles apparaissent quelques heures après l’ingestion.

Bien reconnaître l’ail des ours

L’Anses a publié ses informations permettant de différencier l’ail des ours du colchique. D’une part, l’ail des ours est une plante haute de 15 à 40 cm à maturité. Elle présente une odeur caractéristique d’ail, notamment si on froisse ses feuilles. Elle possède des fleurs blanches en forme d’étoiles et son bulbe est allongé et également blanc. Les feuilles sont plus ou moins brillantes, ovales et pointues, portées par des tiges. L’ail des ours pousse souvent en grands tapis dans les sous-bois à proximité de points d’eau ou humides. Ses feuilles apparaissent entre février-mars et les fleurs d’avril à début juin. La période de la récolte se termine avec les premières fleurs.

D’autre part, les feuilles du colchique sont plus rigides, sans tige et son bulbe est rond et foncé. Ses fleurs mauves n’apparaissent qu’à l’automne. Seules les feuilles sont visibles au printemps. Elles sont charnues, au bout arrondi et semblent sortir directement du sol. Toutes les parties du colchique sont toxiques.

Adopter les bons gestes lors d’une cueillette

Quelques conseils mis en place pendant les cueillettes permettent de diminuer les risques d’intoxication :

  • Ne pas improviser. Il faut toujours connaître la plante ramassée ;
  • Vérifier la présence d’une odeur d’ail au froissage de la feuille ;
  • Ne pas cueillir les feuilles par brassées afin de ne pas mélanger différentes espèces de plantes ;
  • S’il y a le moindre doute, ne pas ingérer la plante ;
  • Si un goût amer ou désagréable apparaît, cesser de manger la plante ;
  • Prendre des photos de sa cueillette pour faciliter l’identification de la plante en cas d’intoxication.

Au moindre doute après ingestion ou en présence de symptômes digestifs dans les premières heures suivant la consommation de la plante, il faut contacter sans délai un centre antipoison.

Alexia F., Docteure en Neurosciences

Sources
– Gare aux confusions entre colchique et ail des ours. anses.fr. Consulté le 28 mars 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.