Cancer colorectal : premiers résultats du nouveau test de dépistage

Apr 17, 2018 par

Plus de 95 % des cancers colorectaux sont diagnostiqués après l’âge de 50 ans. Le dépistage du cancer colorectal gratuit et proposé à tous les Français entre 50 et 74 ans a été modifié en 2015, avec l’introduction d’un nouveau test immunologique. Un premier bilan de l’utilisation de ce nouveau test vient d’être publié dans la revue Scientific Reports.

vue intérieure du côlon avec polypes dépistage du cancer colorectal

Le dépistage du cancer colorectal entre 50 et 74 ans

Le dépistage est l’un des aspects essentiels de la lutte contre le cancer colorectal. Il permet notamment de :

  • Détecter des lésions bénignes avant que le cancer ne se développe ;
  • Détecter le cancer à un stade précoce pour le traiter sans tarder.

En France, un dépistage gratuit est systématiquement proposé à tous les hommes et femmes dont l’âge est compris entre 50 et 74 ans. Ce programme national de dépistage organisé permet d’effectuer à domicile tous les deux ans un test de recherche de la présence de sang dans les selles.

Depuis 2015, le dépistage a évolué avec l’arrivée d’un nouveau test immunologique aux caractéristiques plus intéressantes que celui utilisé précédemment. Il s’avère en effet :

  • Plus simple : un seul prélèvement de selles est nécessaire, contre six auparavant ;
  • Plus performant : une meilleure sensibilité et une plus grande capacité de détection des lésions ;
  • Plus fiable : une technique de prélèvement plus fiable et une lecture automatisée du test.

Ce dépistage est totalement gratuit, puisque le test est remis directement par le médecin traitant à son patient et que l’analyse du test est prise en charge à 100 % par l’Assurance Maladie.

Un premier bilan en région parisienne

A Paris, la structure de gestion chargée, par les pouvoirs publics, d’organiser le dépistage des cancers est l’ADECA 75, en collaboration étroite avec la Mairie de paris, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie et les professionnels de santé parisiens. Pour dresser un premier bilan du dépistage du cancer colorectal avec le nouveau test immunologique, l’ADECA 75 a examiné l’ensemble des tests effectués par les parisiens entre janvier 2016 et juin 2017.

Sur les 409 340 parisiens invités à participer au programme national de dépistage, seulement 23 % ont effectué le test. Cette participation est faible par rapport à l’objectif de 45 % fixé par les autorités de santé. L’une des explications avancées serait la forte implication des parisiens dans des démarches individuelles de dépistage.

Pour améliorer la participation de la population parisienne au programme de dépistage du cancer colorectal, les auteurs de l’étude suggèrent plusieurs pistes d’amélioration :

  • La centralisation de la gestion du programme ;
  • L’envoi des tests diagnostiques par courrier, uniquement pour les personnes ayant déjà participé au moins une fois au dépistage ;
  • L’implication des gastro-entérologues dans la démarche.

D’autres professionnels de santé pourraient également être sollicités, tels que les gynécologues, les médecins des caisses de sécurité sociale ou les pharmaciens.

205 cas de cancers colorectaux identifiés

Si le test immunologique est négatif (96 % des cas), aucun saignement n’est détecté. Lorsque le test immunologique de dépistage s’avère positif, cela témoigne de la présence de sang dans les selles. Le médecin adresse alors le patient à un gastro-entérologue, en vue de la réalisation d’une coloscopie. Cet examen endoscopique permet d’identifier l’origine du saignement :

  • Des lésions précancéreuses dans environ 30 % des cas ;
  • Un cancer colorectal dans environ 8 % des cas.

Dans les autres cas, la coloscopie ne révèle aucune anomalie, mais une surveillance régulière est mise en place.

Dans l’étude menée à Paris, sur l’ensemble des tests effectués, 4,3 % ont été positifs et 70,5 % des personnes ayant un test positif ont réalisé une coloscopie dans un délai moyen de 74,5 jours. Les données histologiques (prélèvements effectués au cours de la coloscopie) n’étaient disponibles que pour 9 patients sur 10.

A partir des données histologiques recueillies lors de la coloscopie, des adénomes avancés, des adénomes et des cancers colorectaux ont été mis en évidence, respectivement dans 30,5, 16,1 et 8,5 % des cas.

Ces résultats témoignent de l’efficacité du dépistage du cancer colorectal pour détecter précocement des lésions précancéreuses et des cancers colorectaux. Mais le taux de participation reste encore trop faible. L’expérimentation de nouvelles modalités de dépistage est donc capitale pour mieux lutter contre ce type de cancer.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Le test de dépistage du cancer colorectal gratuit de 50 à 74 ans. AMELI Santé. 12 septembre 2017.
– 2e forum sur le dépistage du cancer colorectal. JFHOD 22/25 mars 2018, Paris. Forum INCA/CNPHGE.
– Results of the national organised colorectal cancer screening program with FIT in Paris. Pellat, A. and al. 2018. Scientific Reports 8:4162. DOI:10.1038/s41598-018-22481-9.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.