Donner son sang, une résolution altruiste pour 2018

Jan 31, 2018 par

Après les vacances de fin d’année et en pleine période d’épidémies hivernales, les réserves de sang sont dans le rouge. Pourtant, les besoins des patients sont permanents et il est donc capital que tous ceux, qui peuvent donner, se rendent dans les collectes de sang. L’Etablissement Français du Sang a lancé un appel au don début janvier pour mobiliser le maximum de donneurs potentiels.

Globules rouges - Don du sang

L’observatoire des donneurs 2016

Chaque année depuis 4 ans, l’Etablissement Français du Sang (EFS) publie l’observatoire des donneurs, une enquête nationale pour mieux connaître les donneurs de sang, leur diversité et leur vision de la société. L’observatoire des donneurs de l’année 2016 vient de paraître.

Quatre grands axes ont été définis dans le cadre de cet observatoire :

  • Comprendre sur le long terme la satisfaction des donneurs et leur état d’esprit face au don ;
  • Cerner le profil spécifique des donneurs et leur vision de la société ;
  • Définir les caractéristiques particulières des donneurs de 18 à 29 ans ;
  • Interroger les donneurs qui se sont éloignés du don.

Les résultats de cette vaste enquête ont tout d’abord montré que la satisfaction des donneurs reste élevée (8,7 sur 10 contre 8,6 sur 10 en 2015). D’une manière générale, le professionnalisme des personnels de l’EFS, le parcours du don et le niveau d’information apparaissent comme des critères cruciaux pour améliorer les conditions d’accueil des donneurs. Les jeunes se montrent plus exigeants que les donneurs plus âgés, en termes d’informations.

L’enquête révèle par ailleurs que les donneurs ont globalement une vision du monde plus positive que la moyenne des Français. Ils se déclarent ainsi plus facilement heureux et chanceux, mais aussi toujours plus engagés et solidaires.

Le don du sang semble être un état d’esprit, qui va au-delà de l’acte même de donner. Ainsi, une personne peut se présenter comme un donneur de sang, alors qu’elle n’a pas donné son sang depuis plusieurs années. Des messages d’information ciblés pourraient permettre de remobiliser cette catégorie particulière de donneurs.

Des réserves en baisse après les fêtes

En France, le don de sang est anonyme, volontaire et gratuit. Les prélèvements de sang, de plasma et de plaquettes permettent chaque année de soigner et de sauver la vie de plusieurs milliers de malades. Si les besoins des malades sont permanents tout au long de l’année, les dons de sang connaissent des périodes de fluctuation.

Après les vacances de fin d’année, les épidémies hivernales de grippe et de gastro-entérite sévissent, et moins de donneurs se présentent dans les collectes. Or les produits sanguins n’ont qu’une durée de vie limitée. Si les réserves de sang baissent, certains malades risquent de ne pas pouvoir être soignés.

L’EFS a donc lancé une grande campagne de mobilisation entre le 8 et le 21 janvier 2018 pour le don de sang soit l’une des bonnes résolutions de ce début d’année. Cette campagne a été relayée sur les radios, sur certaines chaînes de télévision, dans des cinémas, sur le web, ainsi que dans les médias en Outre-mer.

Il est rappelé à cette occasion que les hommes peuvent donner 6 fois par an, et les femmes 4 fois. Un geste important tout au long de l’année, parce que des patients peuvent avoir besoin de sang à n’importe quel moment !

Des nouveaux médicaments contre-indiqués pour le don du sang

L’enjeu pour les donneurs potentiels est d’autant plus important que certaines personnes ne peuvent pas donner leur sang. En effet, une liste de contre-indications au don est établie et régulièrement mise à jour par les autorités de santé.

Outre certains antécédents médicaux, l’existence de maladies chroniques ou la survenue d’une infection aigüe, la prise de certains médicaments constitue une contre-indication, temporaire, au don du sang. Très récemment, la liste de ces médicaments a été actualisée et publiée dans le Journal Officiel du 19 décembre 2017.

Sur cette liste, figurent notamment :

  • Des médicaments anti-acnéiques : L’acitrétine contre-indique tout don de sang pendant 3 ans, tandis que l’alitrétinoïne n’est une contre-indication que durant 1 mois.
  • Des médicaments antiépileptiques : La carbamazépine, le topiramate et le valproate de sodium interdisent le don de sang pendant au moins une semaine, à cause de leur risque tératogène.
  • Les antithyroïdiens de synthèse, comme le carbimazole.
  • Les sels de lithium prescrits dans le traitement de certains troubles psychiatriques.
  • Le danazole utilisé dans le traitement de l’endométriose.
  • Le finastéride contre l’adénome prostatique ;
  • Le raloxifène dans la prévention et le traitement de l’ostéoporose.

Médicaments et don du sang ne sont ainsi pas toujours compatibles. Mais la durée d’éviction reste généralement courte (environ 1 semaine) et permet de retourner rapidement donner son sang après le traitement médicamenteux.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Arrêté du 13 décembre 2017 modifiant l’arrêté du 5 avril 2016 fixant les critères de sélection des donneurs de sang. Journal Officiel n°0295. 19 décembre 2017.
– Donnez votre sang dès maintenant ! EFS Actualités. 8 janvier 2018.
– Mieux connaître les donneurs. EFS Actualités. 5 janvier 2018.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.