Tegami : le nouvel outil numérique pour diagnostiquer les dysgraphies

Oct 11, 2018 par

Attention, motricité fine, compréhension du langage… l’écriture manuscrite fait appel à un certain nombre de compétences qui peuvent se révéler difficile à réaliser pour certains enfants. Aujourd’hui, entre 10 % et 15 %  des élèves ont de grandes difficultés à écrire. Pour mieux diagnostiquer et prendre en charge les enfants souffrant de dysgraphie, des chercheurs franco-suisses ont développé un programme, sur tablette numérique, qui analyse les difficultés de ces enfants.  Zoom sur Tegami, le nouvel outil pour diagnostiquer les dysgraphies.

dysgraphie

Des diagnostics dysgraphie plus précis grâce au support numérique

La dysgraphie, souvent associée à la dyslexie ou à la dyspraxie, est un trouble de l’écriture qui se manifeste à des degrés différents. Le trouble, durable et persistant, concerne l’acquisition ou l’exécution de l’écriture.

Chaque enfant présente des particularités spécifiques qui causent la survenue de ce trouble. Ainsi, l’une des étapes cruciales est de réaliser un diagnostic le plus personnalisé possible.

Aujourd’hui, la dysgraphie est repérée à l’aide d’un test standardisé d’évaluation rapide de l’écriture, appelé BHK et datant de 2004. Une mise à jour de ce test a été mise en place récemment pour faciliter la détection de ce trouble dès l’entrée au collège. Pendant le test, l’enfant copie un texte pendant 5 minutes. Le texte comprend des phrases monosyllabiques retrouvées au CP puis se complexifie progressivement. Ce texte est ensuite analysé, par des orthophonistes, ergothérapeutes ou psychomotriciens, selon 13 critères.

Pour rendre le diagnostic plus dynamique (observation de l’écriture en temps réel) et plus personnalisé, des chercheurs spécialisés en ergonomie éducative de l’Ecole Polyechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ont développé un programme numérique.

« Cet outil ajoute une perspective dynamique à l’évaluation de l’écriture. Le test traditionnel ne donne au thérapeute qu’un tracé terminé. Avec Tegami, il voit également tout le processus dans le temps et obtient des informations extrêmement claires et complètes sur tous les gestes accomplis » explique Thomas Gargot, pédopsychiatre, spécialiste en sciences cognitives à la Pitié Salpêtrière à Paris et co-auteur de l’étude

Appelé Tegami, le test, mené à l’aide d’une tablette numérique tactile, analyse avec précision tout le processus d’écriture.

Pour le mettre au point, les chercheurs se sont basés sur de solides connaissances en informatique mais aussi sur une base d’échantillons d’écriture recueillis auprès de 300 enfants et dont 25 % présentaient des problèmes de dysgraphie.

Concrètement, Tegami détecte les dysgraphies et repère les causes du trouble grâce à la prise en compte de plus de 53 paramètres différents et à des données enregistrées jusqu’à 200 fois par seconde durant le test.

Tegami est capable de mesurer :

  • L’inclinaison du stylo et la force appliquée sur la tablette ;
  • La vitesse d’écriture ;
  • La fréquence des éventuels tremblements ;
  • Les caractères ou gestes qui sont les plus difficiles à réaliser.

Détecter plus vite et plus précisément les différentes formes de dysgraphies

Pour les chercheurs, ce nouvel outil offre des perspectives formidables pour classifier les différentes formes de dysgraphie et surtout, les repérer facilement dès la maternelle ou l’entrée au CP.

Avec cet outil, il sera aussi possible de repérer s’il est possible de faire le lien entre un type de dysgraphie et une pathologie spécifique comme l’autisme, le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ou la dyslexie.

Actuellement, les chercheurs travaillent avec des psychomotriciens et des orthophonistes pour établir de nouveaux protocoles d’apprentissage éclairés par ces diagnostics plus précis.

Ainsi, si on détecte qu’un enfant a des difficultés à écrire, car il appuie trop fortement en écrivant, on pourra lui proposer des exercices de motricité bien précis et un aménagement spécifique de ces outils d’écriture.

La précocité de la détection de ce trouble de l’écriture, tout comme sa prise en charge adaptée avec différents moyens (mise à la disposition d’un ordinateur, photocopies, adaptation des stylos et du plan de travail, projet personnalisé de solarisation (PPS) etc…), est nécessaire pour éviter, à tout prix, l’échec scolaire.

Julie P., Journaliste scientifique

– Un outil pour analyser les problèmes d’écriture Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Consulté le 8 ocotbre 2018.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.