Encore trop de sucres ajoutés dans les aliments transformés !

Actualités

Rédigé par Estelle B. et publié le 4 avril 2024

Selon une étude, les aliments ultratransformés représenteraient 31 % de l’assiette des Français. Un chiffre inquiétant puisque ces aliments sont pointés du doigt pour leur implication dans le développement de certaines maladies chroniques. L’ANSES a fait le point en mars 2024 sur l’utilisation de sucres et d’ingrédients sucrants dans les aliments transformés et appelle à réduire le recours à ces substances. Explications.

anses-sucres-produits-transformés

Les aliments transformés, une source de sucres !

La consommation d’aliments transformés et ultratransformés est quotidienne pour nombre de Français, alors même que les études les associent à des maladies chroniques graves, comme l’obésité, le diabète de type 2 ou encore la dépression.

La présence de certains ingrédients dans les aliments transformés explique tout ou partie de leurs effets néfastes sur la santé. Parmi ces ingrédients, les experts citent le plus souvent les additifs alimentaires, les sucres et autres ingrédients sucrants et le sel. Depuis quelques années, les autorités de santé publique, et notamment l’ANSES, appellent les industriels à réduire les sucres ajoutés dans la préparation des aliments transformés. En mars 2024, l’ANSES a dressé un bilan complet de l’évolution de l’utilisation des ingrédients sucrés et/ou sucrants dans les boissons et aliments transformés proposés aux Français.

Trois aliments sur 4 contiennent au moins un ingrédient sucrant

Les ingrédients concernés sont nombreux :

  • Le sucre (ou saccharose) extrait de la canne à sucre ou de la betterave à sucre ;
  • Le glucose ;
  • Les sirops de glucose-fructose ;
  • Le miel ;
  • Les jus de fruits concentrés, renfermant notamment du fructose ;
  • Le caramel ;
  • Les édulcorants, qu’ils soient naturels, comme la stévia ou le sirop d’agave, ou artificiels, comme l’aspartame.

Tous ces ingrédients apportent un goût plus ou moins sucré aux aliments. Ils se retrouvent évidemment dans les aliments sucrés (pâtisserie, confiserie, …), mais aussi dans certains aliments salés, par exemple pour contrer l’acidité d’un aliment ou faciliter sa conservation. Au total, l’ANSES a passé en revue les listes d’ingrédients de plus de 54 000 aliments transformés vendus entre 2008 et 2020 en France et de plus de 4 500 boissons, commercialisées entre 2010 et 2019. Premier constat, environ 77 % de ces aliments, salés ou sucrés, contenaient au moins un ingrédient sucrant, et 59 % en renfermaient au moins deux. Dans 58 % des aliments, c’est le saccharose (le sucre de table) qui est retrouvé. Or ce sucre apporte à la fois un goût sucré, mais aussi des calories.

Trop d’enfants et d’adultes consomment trop de sucres chaque jour

L’ANSES observe une tendance à la baisse de l’utilisation des ingrédients sucrants dans les aliments transformés sur les 10 dernières années. Cette baisse concerne en particulier l’aspartame et les autres édulcorants de synthèse, mais aussi les sirops de sucres. Néanmoins, des différences importantes persistent entre les marques quant au recours aux ingrédients sucrants. Sans compter que la baisse de certains ingrédients est parfois compensée par la hausse d’un autre. Si la tendance se montre plutôt favorable, elle ne va pas encore assez loin pour l’autorité de santé publique. Pour réduire l’obésité et le diabète de type 2, il faut aller plus loin et réduire les ingrédients sucrants dans les aliments transformés, voire les supprimer à chaque fois que c’est possible.

Concernant plus précisément les boissons, l’ANSES observe une baisse des teneurs en sucres depuis 2010, avec une accentuation de la baisse depuis 2013. Cette tendance est le fruit d’un accord collectif entre les principaux industriels du secteur et les pouvoirs publics pour diminuer de 5 % le taux moyen de sucres, mais aussi d’une taxation supplémentaire sur les boissons sucrées. Si l’évolution sur les aliments transformés et les boissons se montre positive, l’ANSES appelle à poursuivre la tendance à la baisse, rappelant que 20 % des adultes, 25 % des 13-17 ans, 60 % des 8-12 ans et 75 % des 4-7 ans consomment quotidiennement trop de sucres.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Bilan de l’utilisation des sucres et édulcorants dans les aliments transformés.lien.source.fr. Consulté le 26 mars 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *