3 étapes pour traiter l’énurésie de l’enfant

May 6, 2017 par

L’énurésie de l’enfant est un trouble fréquent puisqu’il concerne près d’1 enfant sur 10. Ce trouble est bénin et disparaît généralement de lui-même. Cependant, il est possible, lorsque l’enfant en fait la demande, de bénéficier d’une prise en charge simple en 3 étapes.

enuresie enfant

Qu’est-ce que l’énurésie ?

L’énurésie ou « pipi au lit » est le terme médical désignant une incontinence urinaire diurne (pendant la sieste) ou nocturne. Cette affection touche essentiellement les enfants. Elle est caractérisée par une miction (émissions d’urine) normale et involontaire chez un enfant âgé de plus de 5 ans sans lésion de l’appareil urinaire ou atteinte neurologique.

On distingue 2 types d’énurésie :

  • Primaire quand l’enfant n’a jamais été propre la nuit ;
  • Secondaire lorsque l’enfant a déjà été propre au moins pendant 6 mois consécutifs.

Par ailleurs, on parle d’énurésie isolée lorsqu’il n’y a aucun autre symptôme associé, notamment en diurne, ni douleur ou difficulté à uriner. L’énurésie nocturne primaire isolée (ENPI) concerne 9% des enfants âgés de 5 à 10 ans et jusqu’à 11% entre 5 et 7 ans. Elle touche plus souvent les garçons.

Des antécédents familiaux sont présents dans 30 à 60% des cas. Ce trouble est plutôt bénin puisqu’il disparaît, quasiment toujours, de manière spontanée dans l’enfance. Le traitement de cette pathologie n’est recommandé que lorsque l’enfant a plus de 6 ans et qu’il connaît 3 épisodes ou plus d’énurésie par semaine. L’objectif de la prise en charge est d’accélérer la guérison des petits patients de manière à limiter l’impact de ce trouble sur la sphère familiale, sociale, mais aussi sur l’enfant lui-même.

A savoir ! L’énurésie nocturne primaire isolée n’est pas d’origine psychologique. Les troubles psychiatriques (en dehors de l’hyperactivité ou trouble de l’attention) ne sont pas plus fréquents chez ces patients par rapport à la population générale.

Une prise en charge simple de l’énurésie

Le retentissement du pipi au lit sur l’enfant est une réalité : baisse de l’estime de soi, sentiment d’humiliation, etc., justifiant sa prise en charge médicale. Cette dernière repose sur 3 consultations :

La première s’articule autour d’un interrogatoire et d’un examen clinique du petit patient afin de confirmer le diagnostic et s’assurer de l’absence de tout autre trouble susceptible d’engendrer un pipi au lit. Cette visite est également l’occasion d’impliquer l’enfant dans sa prise en charge, un point clé incontournable dans sa réussite. Le médecin va donc évaluer la motivation du petit et lui prodiguer les quelques mesures qu’il devra suivre. Ainsi, lorsque l’enfant adhère au protocole, il s’engage à boire moins le soir et plus le matin et le midi par exemple, ou encore à tenir à jour un calendrier où il devra noter tous ses « pipis au lit », le volume de ses urines et celui des boissons consommées.

La deuxième consultation a pour objectif principal l’évaluation de la nécessité d’un traitement : la desmopressine (Minirinmelt) qui baisse la quantité des urines.

La troisième et dernière consultation a lieu 3 mois après le début de la prise en charge. Si l’enfant a reçu un traitement, la diminution de celui-ci va être amorcée progressivement.

Ce modèle de prise en charge est associé à un taux de réussite de 80%. Pour les enfants réfractaires au traitement, d’autres troubles vont être recherchés comme une infection urinaire, un syndrome d’apnée du sommeil, une constipation, etc. Par ailleurs, un trouble de l’attention ou d’hyperactivité (TDAH) pourra également être investigué. En effet, on estime à 20% le nombre d’enfants souffrant de TDAH ayant une énurésie. Inversement, près de 10% des énurésies nocturnes primaires isolées de l’enfant sont associées à un TDAH.

Charline D., Pharmacien

– Enurésie nocturne primaire isolée : une stratégie en trois consultations. Le quotidien du médecin. Le 20 avril 2017. .
– Enurésie de l’enfant. Vidal. Le 20 avril 2017.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.