La mobilisation pour la Journée internationale du cancer de l’enfant

Feb 14, 2020 par

Chaque année en France, 2 500 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chez l’enfant, dont près de la moitié chez l’enfant de moins de 5 ans. Les spécificités à l’enfant, les causes de ces cancers sont très rarement identifiées mais, au cours des dernières années, d’immenses progrès ont été enregistrés en terme de prise en charge et de traitement . Le 15 février 2020 prochain, la Journée internationale du cancer de l’enfan t sera l’occasion de rappeler toute l’importance d’une mobilisation générale pour les progrès en terme de prévention , de soins , de recherche, de soutien des familles et de loi pour le droit à l’oubli et pour les récoltes des dons pour la recherche sur les cancers de l’enfant.

journee-internationale-cancers-enfants

Le cancer chez l’enfant

Après les accidents de la vie courante , le cancer chez l’enfant représente la seconde cause de mortalité . Les formes les plus fréquentes sont la leucémie , les cancers du cerveau , les lymphomes et les tumeurs solides telles que le neuroblastome. Les récents progrès en terme de traitement, comme les chimiothérapies efficaces, mais aussi l’harmonisation des procédures de traitement à l’échelon national et international et les collaborations entre les différents spécialistes autorisés permettent aujourd’hui en moyenne à 4 enfants sur 5 de guérir. De nombreuses études ont été menées, afin d’identifier les causes du cancer chez l’enfant mais peu d’informations sont encore disponibles à ce sujet. Ne s’expliquant que très rarement par des facteurs environnementaux ou par le mode de vie , l’hypothèse d’une prédisposition génétique existerait dans 10% des cas. Chez l’enfant comme les adultes, en cas de cancer, plus celui-ci est dépisté précocement , meilleures sont les chances de guérison . Les travaux de recherche sont donc primordiaux pour la réalisation d’importants progrès permettant la vie des enfants malades. Mais la Ligue contre le cancertenue notre attention également sur toute l’importance d’une prise en charge globale, médicale et sociale comme le soutien aux familles et la loi pour le droit à l’oubli.

[bien type = “”] Lire aussiComment expliquer l’évolution du cancer chez l’enfant en 20 ans? [/bien]

L’union fait la force

Pour Jacqueline Godet , présidente de la Ligue contre le cancer «Les cancers chez l’enfant restent, encore aujourd’hui, souvent synonymes d’isolement et de rupture du lien social et scolaire. Si la Ligue contre le cancer soutient les orientations prises dans le cadre du Plan cancer 2014-2019, il est de notre devoir d’exiger la mise en œuvre de solutions concrètes pour aider les enfants et leurs familles, avant, pendant et après la maladie “.
La ligue contre le cancer œuvre ainsi à faire évoluer le prix en charge des enfants malades, mais aussi des familles sur de nombreux sujets:

  • La prévention : grâce à des actions de sensibilisation dans les écoles
  • La recherche : afin de mieux comprendre les différents cancers chez l’enfant et mieux les traiter
  • La fertilité : en aidant le CECOS (Centres d’études et de conservation des œufs et du sperme) à développer des projets de recherche sur ce thème.
  • Le quotidien des familles : en soutenant les familles quotidiennement (frais de trajets ou d’hébergement)
  • La mise en place d’une loi pour le droit à l’oubli, afin de faciliter l’accès des anciens malades (enfants, adolescents et adultes) aux prêts bancaires et aux assurances.
  • Le soutien au Groupe Franco-Africain Oncologie Pédiatrique (GFAOP) afin de mieux soigner la jeunesse africaine. Il est estimé que dans les pays à revenu élevé, les enfants atteints de cancers guérissent dans 80 % des cas, contre 20% dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Depuis près de 30 ans, de nombreuses associations ont permis l’évolution de la prise en charge des enfants malades et des familles. Pour Catherine Vergely, présidente de l’association UNAPECLE (Union Nationale des Associations de Parents d’Enfants Atteints de Cancer ou de Leucémie )  “Des progrès doivent être faits, moins sur le soin que sur le support et la qualité de vie” et ajoute qu’il “faut un projet pour soutenir la fratrie, qui est en grande souffrance. Il n’existe pas de structures hospitalières qui s’occupent des frères et sœurs, ce sont les associations qui s’en chargent“. Aujourd’hui encore, la mobilisation généraleest donc importante, afin de considérer le cas du cancer de l’enfant dans la globalité, avec des conséquences pour l’enfant , à court et à long terme, mais aussi toute sa famille .

[bien type = “”] Lire aussiQuand des enfants résonnent à l’hôpital… [/ bien]

Juliette S., Rédactrice scientifique

– 15 février – Journée internationale du cancer de l’enfant. LA LIGUE CONTRE LE CANCER . Consulté le 12 février 2020.
– Le cancer de l’enfant. WHO.INT . Consulté le 12 février 2020.
– Les cancers chez l’enfant. E-CANCER . Consulté le 12 février 2020.
Juliette S.
Sage femme
Rédactrice spécialisée dans la santé de la femme en âge de procréer
Passionnée par les domaines du bien-être et de l'écologie
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.