La santé auditive des jeunes

Nov 3, 2015 par

La semaine du son est un événement annuel, qui vise à sensibiliser le grand public, adultes et jeunes, aux problèmes de santé liés aux sons, mais aussi à la qualité du son et à la présence du son dans notre environnement. À l’occasion du lancement de la 13ème édition de la semaine du son, qui se tiendra du 18 janvier au 7 février 2016, les organisateurs ont présenté les résultats d’une enquête : « Tous sourds face aux risques auditifs », menée par l’IPSOS pour la semaine du son.

troubles-auditifs

Étude : les jeunes et le monde sonore en 2015

Pour cette étude, 1500 personnes ont été interrogées : 500 parents d’enfants de 0 à 6 ans, 511 enfants âgés de 7 à 12 ans et 502 adolescents âgés de 13 à 19 ans. Les résultats sont alarmants et appellent à davantage de campagnes de sensibilisation aux risques auditifs.

La grande majorité des enfants (80%) et des adolescents (95%) s’estiment avertis des risques auditifs, et en connaissent les règles de prévention : ne pas mettre le son trop fort, limiter la fréquence et la durée d’écoute, faire des pauses pendant une écoute prolongée. Pourtant, un tiers des adolescents et 1 parent sur 4, estiment que le risque auditif s’adresse avant tout aux adultes ! Or, les problèmes auditifs ne concernent pas seulement les personnes plus âgées. Tout le monde est, et doit, se sentir concerné par le risque auditif.

Une santé auditive malmenée

Connaître les règles de prévention n’indique pas toujours une mise en pratique : 80% des adolescents écoutent en moyenne 2 heures de musique  par jour, à l’aide d’écouteurs. Quant aux enfants de 0 à 6 ans, ils passeraient 31 minutes à écouter de manière continue de la musique avec un casque ou des écouteurs. Si l’envie de s’isoler pour écouter la musique est grande chez les enfants et les adolescents, il est nécessaire pour les parents de rappeler les règles de prévention : allumer le limiteur de son, limiter la durée d’écoute et faire des pauses.

Plus alarmant encore, 1 enfant sur 10 de 0 à 2 ans s’endort avec un casque sur les oreilles. Les experts de la semaine du son rappellent qu’il est absolument nécessaire pour nos oreilles de faire des pauses : « le Ministère de la Santé recommande 30 minutes toutes les deux heures d’écoute ou de 10 minutes toutes les 45 minutes ».

Impression de moins bien entendre, acouphènes (sifflement dans l’oreille), impression d’avoir du coton dans les oreilles, hypersensibilité au son, deux tiers des enfants de 7 à 12 ans et 50% des adolescents ont déjà ressenti un de ces troubles auditifs sans pour autant chercher à consulter un médecin, ou à en parler avec leurs parents.

Les résultats de cette étude reflètent ceux de l’étude « les jeunes font toujours la sourde oreille » menée pour la Journée Nationale de l’Audition 2015. Les jeunes de 13 à 25 ans sont sensibilisés aux problèmes d’audition mais ne se sentent pas concernés par ces problèmes qu’ils considèrent être des problématiques de personnes âgées. Un suivi des capacités auditives, une application smartphone pour détecter les niveaux sonores trop élevés ou des campagnes vidéo chocs, voilà trois propositions qui ont les faveurs des jeunes pour permettre une meilleure sensibilisation aux troubles auditifs.

Les jeunes et le monde sonore, par IPSOS France


Sources :
Risque sanitaire : Les oreilles des jeunes au bord du précipice ? Enquête JNA IPSOS sur la santé auditive des jeunes, François de Sars et Laurent Boudon, JNA 2015, 5 mars 2015
Tous sourds face aux risques auditifs ? Luc Barthélémy, IPSOS, 26 octobre 2015

Pierre M.
Journaliste scientifique
Passionné par les nouvelles technologies, le web et le canyoning.
Il a un intérêt particulier pour les médecines douces.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.