Un lien possible entre l’herpès et la maladie d’Alzheimer ?

Aug 30, 2018 par

Chaque année, plus de 200 000 nouveaux cas de la maladie d’Alzheimer sont recensés en France. Si cette pathologie neurodégénérative ne cesse de prendre de l’ampleur, ses causes exactes restent encore imprécises. Certains chercheurs émettent depuis plusieurs années l’hypothèse d’un lien entre certaines infections et le développement de la maladie d’Alzheimer. Une théorie relancée par des études récentes, qui mettent en cause les virus de l’herpès.

le lien entre herpes et la maladie d’Alzheimer

Une infection en cause dans la maladie d’Alzheimer

Certains chercheurs émettent depuis plusieurs années l’hypothèse que le développement de la maladie d’Alzheimer pourrait être associé à certaines infections virales. Mais cette théorie est controversée par d’autres chercheurs. Récemment, deux études ont relancé le débat sur un lien potentiel entre des virus et la maladie neurodégénérative la plus fréquente en France. Le virus évoqué dans ces études est une famille de virus très courants, les virus de l’herpès.

Les virus de l’herpès constituent une grande famille de virus, dont les deux types les plus connus sont les suivants :

  • Le virus de l’herpès de type 1 responsable de l’herpès labial (les boutons de fièvre) ;
  • Le virus de l’herpès de type 2 majoritairement responsable de l’herpès génital.

Les virus herpétiques 6A et 7 dans le cerveau des patients

La première étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue scientifique Neuron, a porté sur l’analyse post-mortem de près de 1 000 échantillons de cerveaux de personnes en bonne santé ou atteintes de la maladie d’Alzheimer. Grâce à des analyses de biologie moléculaire, les chercheurs américains ont pu cartographier les interactions entre les gènes humains et les gènes viraux.

Ces analyses ont révélé d’une part que des virus peuvent fréquemment être présents dans le cerveau des personnes en bonne santé, et d’autre part que certains virus peuvent interagir avec les mécanismes moléculaires de la maladie d’Alzheimer.

Au cours de leurs travaux, les chercheurs ont ainsi mis en évidence que les cerveaux des personnes atteintes de la pathologie neurodégénérative renfermaient deux fois plus de particules virales herpétiques que les cerveaux des personnes indemnes de la maladie. Les types de virus de l’herpès abondamment retrouvés dans ces échantillons étaient les types 6A et 7, des virus herpétiques souvent présents à l’état latent dans l’organisme (état proche de la dormance).

De leurs résultats, les chercheurs concluent que l’association entre les types 6A et 7 de virus herpétiques et le développement de la maladie d’Alzheimer semble spécifique. De plus, les virus herpétiques agiraient au niveau de la régulation du peptide amyloïde, dont le rôle dans la maladie est largement décrit.

Un lien avec l’herpès labial sévère ?!

La seconde étude, menée au Royaume-Uni, conclut également à un lien entre les virus herpétiques et la maladie d’Alzheimer. Les chercheurs ont analysé les données de 8 362 personnes, âgées de plus de 50 ans, récemment diagnostiquées pour un herpès labial sévère (lié à une infection par le virus herpétique de type 1) et suivies sur une période de 10 ans.

En comparant ces données à celles obtenues sur un groupe de 25 086 personnes non atteintes d’un virus herpétique, les chercheurs ont montré que les personnes souffrant d’un herpès labial sévère présentaient un risque 2,5 fois supérieur de développer une maladie d’Alzheimer. Lorsque les patients bénéficiaient d’un traitement antiviral adapté, l’incidence de la maladie neurodégénérative était divisée par 10.

En poursuivant leurs investigations, ils ont également suggéré que la réactivation du virus de l’herpès pourrait être à l’origine de la maladie d’Alzheimer. En effet, ils ont pu détecter la présence du virus herpétique dans les plaques amyloïdes, caractéristiques de la maladie neurodégénérative.

Ces deux études apportent un nouvel éclairage sur la possibilité d’un lien entre certains virus et le développement de la maladie d’Alzheimer. Si des travaux complémentaires sont nécessaires pour démontrer de manière définitive le rôle des virus herpétiques dans la maladie neurodégénérative, la connaissance d’un tel lien pourrait permettre d’explorer de nouvelles approches thérapeutiques.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Herpes Viruses and Senile Dementia: First Population Evidence for a Causal Link. Itzhaki, R.F. and al. 2018. J Alzheimers Dis. 64(2):363-366. doi: 10.3233/JAD-180266.
– Anti-herpetic medications and reduced risk of dementia in patients with herpes simplex virus infections-a nationwide, population-based cohort study in Taiwan. Tzeng, N.S. and al. 2018. Neurotherapeutics.
– Multiscale Analysis of Independent Alzheimer’s Cohorts Finds Disruption of Molecular, Genetic, and Clinical Networks by Human Herpesvirus. Readhead, Ben and al. 2018. Neuron.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.