Un faible taux de lipides associé à un risque accru d’AVC chez les femmes !

Actualités Cardiologie Hématologie Neurologie

Rédigé par Estelle B. et publié le 13 mai 2019

Les messages de santé publique incitent généralement à réduire autant que possible les taux sanguins de lipides, pour minimiser le risque cardiovasculaire. Mais une récente étude pourrait amener les autorités de santé à moduler quelque peu ces messages. En effet, chez les femmes, des taux faibles de lipides sanguins pourraient accroître le risque de certains accidents cardiovasculaires.

Lipides et AVC chez les femmes

Lipides sanguins et risque cardiovasculaire

Classiquement, des taux sanguins élevés de lipides sont associés à une augmentation du risque cardiovasculaire et de l’incidence des accidents cardiovasculaires liés à l’athérosclérose, tels que :

En prévention du risque cardiovasculaire, les lipides qu’il faut réduire au maximum sont :

  • Les triglycérides ;
  • Le LDL-cholestérol, souvent appelé le mauvais cholestérol.

Récemment, une nouvelle étude vient quelque peu à l’encontre de ce lien entre lipides et risque cardiovasculaire. Cette étude a porté sur 27 937 femmes, suivies sur une période moyenne de plus de 19 ans.

Lire aussiAVC : 10 actions pour réduire le risque

Chez les femmes, peu de lipides dans le sang augmente le risque d’AVC

Pour chacune de ces femmes, plusieurs taux sanguins de lipides ont été considérés :

  • Le taux de cholestérol total ;
  • Le taux de LDL-cholestérol, communément appelé le mauvais cholestérol ;
  • Le taux de HDL-cholestérol, communément appelé le bon cholestérol ;
  • Le taux de triglycérides.

Au cours de l’étude, 137 AVC hémorragiques sont survenus chez les participantes de l’étude. En analysant les données, les chercheurs ont observé que les femmes ayant des taux de LDL-cholestérol inférieurs à 70 mg/dl présentaient un risque plus que doublé de connaître un AVC hémorragique, par rapport aux femmes ayant des taux de LDL-cholestérol compris entre 100 et 129,9 mg/dl. De même, les femmes ayant des taux faibles de triglycérides avaient un risque significativement majoré d’AVC hémorragique, par rapport aux femmes ayant des taux de triglycérides élevés.

Ces deux observations apparaissent totalement à l’encontre des messages de santé publique, qui incitent à réduire les taux sanguins de lipides pour minimiser le risque d’accident cardiovasculaire. En revanche, plus classiquement, le risque d’AVC hémorragique était augmenté pour les femmes ayant des taux de LDL-cholestérol supérieurs ou égaux à 160 mg/dl.

Lire aussiAVC : une forme particulière chez les femmes enceintes

Une prévention du risque d’AVC féminin à adapter

Contre toute attente, les femmes ayant de faibles taux sanguins de LDL-cholestérol ou de triglycérides seraient plus exposées au risque d’AVC hémorragique, que les femmes ayant des taux normaux ou augmentés de lipides.

Ces nouvelles informations apportent un éclairage différent sur l’influence des lipides dans la prévention du risque cardiovasculaire.

Chez les femmes présentant des faibles taux sanguins de lipides, les auteurs de l’étude préconisent un dépistage et une surveillance des autres facteurs de risque d’AVC hémorragique, pour réduire le risque global de cet accident cardiovasculaire.

Lire aussiL’AVC frappe aussi les enfants !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Lipid levels and the risk of hemorrhagic stroke among women. Rist, P.M. and al. 2019. Neurology 92:1-9. doi:10.1212/WNL.0000000000007454.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *