AVC : 10 actions pour réduire le risque

Actualités Neurologie

Rédigé par Estelle B. et publié le 28 janvier 2019

En France, environ 150 000 accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont recensés chaque année. Quel risque a un jeune de 25 ans de faire un AVC au cours de sa vie ? Une équipe de recherche s’est penchée sur cette question et vient de publier ses résultats dans la revue scientifique New England Journal of Medicine. Une question clé en termes de prévention !

homme-mal-tete

Accident vasculaire cérébral et risque

Comme l’infarctus du myocarde , l’accident vasculaire cérébral (AVC)  frappe chaque année un nombre de plus en plus important de personnes en France. L’AVC peut être à l’origine de lourdes conséquences pour le patient :

  • 20 % de personnes décèdent dans le mois qui suit l’AVC ;
  • Un tiers des patients devient dépendant pour les gestes de la vie quotidienne.

Face à l’augmentation de l’incidence des AVC, quel est le risque aujourd’hui pour une personne de 25 ans de faire un tel accident au cours de sa vie ? Pour répondre à cette question, des chercheurs ont compilé des données internationales obtenues en 2016 et se sont intéressés plus particulièrement aux données suivantes :

  • L’incidence des accidents vasculaires cérébraux ;
  • Les risques concurrents de décès liés à d’autres causes que l’AVC.

Lire aussiL’AVC frappe aussi les enfants !

Une chance sur 4 de faire un AVC

A partir de l’ensemble de ces données, les chercheurs ont pu calculer le risque cumulé de faire un accident vasculaire cérébral à partir de l’âge de 25 ans. Ils ont comparé cette estimation du risque avec celui évalué en 1990. Ils ont également analysé l’influence  des échelles régionales, nationales et internationales sur le calcul du risque d’AVC.

Au final, les chercheurs ont estimé qu’une personne âgée de 25 ans en 2016 avait à l’échelle mondiale un risque de faire un AVC au cours de sa vie de 24,9 %. A titre de comparaison, ce risque était de 22,8 % en 1990 et a donc augmenté en 26 ans. En ce qui concerne les mécanismes de l’AVC, le risque de faire un AVC ischémique était de 18,3 %, et celui de faire un AVC hémorragique de 8,2 %.

Mais le risque n’est pas le même dans toutes les régions du monde. En effet, les chercheurs ont observé que le risque calculé était le plus important dans trois zones géographiques :

  • En Asie de l’Est (38,8 %) ;
  • En Europe centrale (31,7 %) ;
  • En Europe orientale (31,6 %).

A l’opposé, le risque le plus faible a été calculé pour l’Afrique subsaharienne, avec un risque de seulement 11,8 %.

Lire aussiSommeil et AVC : des liens complexes

Miser sur la prévention en réduisant les facteurs de risque

Quel est l’intérêt de calculer précisément le risque de faire un accident vasculaire cérébral ? L’objectif est avant tout de promouvoir la prévention de l’AVC. En effet, une étude menée en 2016 a montré que 10 facteurs de risque d’AVC potentiellement modifiables sont à l’origine de 90 % des cas d’AVC.

Montrer que le risque d’AVC est important et augmente au fil des années met en avant l’importance de la prévention et de la prise en charge des facteurs de risque d’accident vasculaire cérébral. Pour limiter le risque, 10 actions peuvent être bénéfiques :

  • Dépister et contrôler l’hypertension artérielle ;
  • Perdre du poids, pour les personnes en situation de surpoids ou d’obésité ;
  • Ne pas fumer ou essayer d’arrêter ;
  • Pratiquer une activité physique régulière ;
  • Adopter une alimentation saine et équilibrée ;
  • Limiter sa consommation d’alcool ;
  • Dépister et traiter toutes les éventuelles pathologies cardiaques ;
  • Limiter l’exposition au stress ;
  • Contrôler régulièrement le taux de cholestérol.

En suivant ces recommandations, il est possible de réduire significativement son risque de faire un AVC au cours de sa vie.

Lire aussi AVC : une forme particulière chez les femmes enceintes

Estelle B. , Docteur en Pharmacie

– The GBD 2016 Lifetime Risk of Stroke Collaborators. Global, Regional, and Country-Specific Lifetime Risks of Stroke, 1990 and 2016. Feigin, V.L. and al. 2018. N Engl J Med 379:2429-37. DOI: 10.1056/NEJMoa1804492.
  • Chabert Maryse says:

    J’avoue humblement que je n’arrive pas à arrêter la cigarette : j’ai beaucoup diminué et suis passée d’un paquet à 6 cigarettes par jour.
    Ai eu un AVC en 2011.
    Un Grand MERCI à toute l’équipe ☘️

    Reply
  • Chabert Maryse says:

    J’avoue humblement que je n’arrive pas à arrêter la cigarette : j’ai beaucoup diminué et suis passée d’un paquet à 6 cigarettes par jour.
    Ai eu un AVC en 2011.
    Un Grand MERCI à toute l’équipe ☘️

    Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.