Mal des transports : astuces pour des vacances sereines

Actualités Santé en voyages

Rédigé par Alexia F. et publié le 4 juillet 2022

A l’approche des vacances scolaires, nombreux sont les Français qui ont déjà planifié leurs voyages. Avion, bateau, voiture ou train, beaucoup de personnes se sentent mal dans les transports. Alors, pour des trajets sereins, quelles astuces permettent de limiter le mal des transports ?

Un homme a le mal des transports dans un avion et cherche à le soulage grâce à des astuces.

Le mal des transports, un conflit d’informations sensorielles

Alors que les vacances scolaires débutent officiellement ce jeudi, de nombreux Français ont déjà réservé leurs vacances. Le mal des transports fait donc son grand retour sur les trajets qui mènent au lieu de villégiature. Il touche une personne sur 3 en France.

Ainsi, le mal des transports s’explique par un conflit d’informations sensorielles. Il met en jeu :

  • Des informations provenant de l’oreille interne, impliquée dans l’équilibre ;
  • D’autres issues de la vue ;
  • La perception des mouvements par les voûtes plantaires, appelée aussi sensibilité profonde.

Ces différents types d’informations entrent en conflit pendant les trajets provoquant le mal des transports. Une fois la destination atteinte, les symptômes s’atténuent en peu de temps.

Le mal des transports se manifeste généralement par :

  • Une sensation d’inconfort dans la partie haute du ventre ;
  • Des nausées et des vomissements ;
  • Une pâleur et des sueurs froides ;
  • Une hypersalivation ;
  • Des maux de tête ;
  • L’accélération de la respiration ;
  • Une fatigue.

Astuces contre le mal des transports : que faire en amont ?

Avant un trajet en voiture, l’idéal est d’être reposé et de ne pas être à jeun. En effet, l’hypoglycémie favorise les nausées. Quel que soit le véhicule, le mieux est de fixer l’extérieur afin d’avoir une vision globale du paysage. Quelques astuces peuvent être mises en place en amont du trajet pour limiter le risque de mal des transports, en fonction du moyen de transport utilisé :

Type de transportConseil
En voitureS’arrêter régulièrement
Régler la hauteur du siège pour pouvoir regarder l’extérieur
Voyager au moment de la sieste car les symptômes sont moins forts pendant le sommeil
Distraire l’enfant quand il est réveillé
Opter pour une place où la sensation de mouvement est réduite : siège à côté du conducteur ou central à l’arrière. Les adultes sont invités à se mettre devant ou à conduire
En trainSe mettre dans le sens de la marche, côté fenêtre
En avionRéserver un siège au milieu de l’appareil, au niveau des ailes. En effet, les mouvements y sont moins importants
Diriger la ventilation sur son visage
En carS’installer à l’avant du véhicule
En bateauChoisir une cabine située au milieu et proche du niveau de l’eau
Si le temps le permet, rester le plus possible sur le pont

Quelles sont les astuces si le mal des transports a commencé ?

Quand les premiers signes apparaissent, quelques astuces permettent d’éviter une aggravation du mal des transports :

  • Fermer les yeux un moment ;
  • Ouvrir la fenêtre et respirer de l’air frais ;
  • Aller sur le pont du bateau ;
  • Descendre de voiture pour marcher un moment ;
  • S’allonger quelques minutes avec un linge frais et humide sur le front.

En cas de vomissements, il faut bien s’hydrater en privilégiant les boissons sucrées. Enfin, des traitements médicamenteux existent. Consultez votre pharmacien ou votre médecin afin d’avoir de plus amples informations.

Rédigé par Léa G. et publié le 26 août 2019. Mis à jour par Alexia F., Docteure en Neurosciences, le 4 juillet 2022.

 

Sources
– Malade en voiture, en car, en bateau… : que faire contre le mal des transports ? Ameli. Consulté le 4 juillet 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.