Ostéomyélite

13 janvier 2021 par

un homme se touchant le dos chez le médecin

Une ostéomyélite est une infection de l’os, essentiellement d’origine bactérienne. Cette pathologie peut affecter tout le monde, mais touche plus volontiers les enfants et les personnes âgées, particulièrement en cas de pathologie chronique. Les principales manifestations sont des douleurs osseuses intenses, une fièvre importante, une impotence fonctionnelle et une altération de l’état général. Le diagnostic de l’ostéomyélite nécessite des analyses sanguines et des examens d’imagerie, voire une biopsie. Dans la plupart des cas, le traitement repose sur l’administration d’un antibiotique sur plusieurs semaines. Parfois, une intervention chirurgicale est nécessaire pour retirer l’os infecté.

Définition et symptômes de l’ostéomyélite

Qu’est-ce que l’ostéomyélite ?

une femme qui a mal à l'épaule

Les os appartiennent aux tissus vivants de l’organisme, ils sont donc également soumis au vieillissement, aux tumeurs et aux infections. Une ostéomyélite est justement l’une des pathologies pouvant l’affecter.

Le germe à l’origine de cette infection est dans la plupart des cas une bactérie présente dans la circulation sanguine. En effet, le tissu osseux est si richement vascularisé qu’un amas de bactéries peut se bloquer dans l’un des vaisseaux sanguins osseux et entrainer sa mort en diffusant localement l’infection. Souvent, lorsqu’un os est infecté, la partie interne de l’os gonfle, et l’œdème exerce une pression contre la paroi externe rigide de l’os, des vaisseaux sanguins et la moelle osseuse qui sont alors comprimés. La circulation sanguine de l’os est par conséquent diminuée voire coupée. Sans irrigation sanguine, certaines parties de l’os meurent. L’infection peut aussi progresser à l’extérieur de l’os, et former des accumulations de pus dans les tissus mous voisins, comme les muscles.

Souvent, l’ostéomyélite est causée par un staphylocoque doré qui se développe au niveau des plaies cutanées. Les streptocoques peuvent aussi engendrer la maladie. Il existe 3 grandes voies par lesquelles un os peut être infecté :

  • Par la circulation sanguine, les germes sont transportés d’une région infectée de l’organisme vers les os ;
  • Par invasion directe lors d’une plaie ouverte (fracture, escarre profonde), d’une intervention chirurgicale ou d’un objet qui traverse l’os ;
  • Par infection des tissus avoisinants par exemple une articulation ou une prothèse.

L’ostéomyélite affecte plus volontiers les enfants et les personnes âgées, cependant toutes les tranches d’âges sont concernées. Une ostéomyélite est plus susceptible de survenir chez des personnes souffrant de pathologies graves. Les os les plus touchés sont les plus longs : le tibia, le fémur et l’humérus principalement. Chez les personnes âgées, les vertèbres sont également fréquemment concernées. Divers facteurs de risque favorisent l’ostéomyélite : l’immunodépression, l’alcoolisme, le diabète, la consommation de drogue par voie intraveineuse, le VIH ou la drépanocytose, par exemple.

Quels symptômes ?

Chez l’enfant, une ostéomyélite est généralement précédée d’un traumatisme local. L’infection se manifeste par des douleurs osseuses intenses, une boiterie, de la fièvre et des signes d’inflammation au niveau de l’os touché (chaleur, rougeur, œdème). Chez l’adulte, les symptômes surviennent plus progressivement. La maladie se traduit essentiellement par des douleurs dorsales et une altération de l’état général avec perte de poids.

Une ostéomyélite aigüe se manifeste souvent d’abord par de la fièvre, avec parfois après quelques jours, une douleur au niveau de l’os infecté. La zone touchée peut être chaude, gonflée et douloureuse aux mouvements. Une perte de poids avec fatigue peut être associée.

Si l’ostéomyélite résulte d’une infection des tissus mous ou de l’infection d’une plaie, la zone au-dessus de l’os gonfle et devient douloureuse. Un abcès peut aussi se former dans les tissus adjacents. La fièvre n’est pas systématique.

Lorsque les vertèbres sont atteintes, on parle de spondylodiscite. L’infection survient progressivement et entraîne une douleur dorsale persistante, et une sensibilité accrue au toucher. La douleur est aggravée par le mouvement, et n’est pas calmée par le repos, le chaud ou les antalgiques. Les patients ont rarement de la fièvre en cas de spondylodiscite.

Une ostéomyélite chronique peut survenir lorsqu’une ostéomyélite n’est pas correctement prise en charge. Cette dernière est quelques fois asymptomatique pendant plusieurs mois voire années. Elle est responsable par la suite de douleurs osseuses, d’infections récurrentes des tissus mous avoisinants et d’un écoulement de pus.

Le pronostic d’une ostéomyélite est généralement favorable lorsque le traitement est mis en place précocement et qu’il est adapté. A noter qu’une ostéomyélite chronique peut parfois se développer malgré tout après des semaines, des mois voire des années. Le pronostic vital est rarement mis en danger. Cependant, des séquelles orthopédiques peuvent exister, sous forme de troubles de la croissance chez les enfants, ou de raccourcissement et/ou désaxation de membres nécessitant un suivi spécialisé.

Diagnostic et traitement de l’ostéomyélite

Quel diagnostic ?

flacon contenant du liquide

Le diagnostic d’une ostéomyélite peut être évoqué par le médecin devant la présence de certains symptômes : douleur persistante, avec ou sans fièvre, associée à une fatigue permanente.

En cas de suspicion le médecin peut prescrire des analyses de sang afin de détecter une inflammation en analysant les paramètres suivants : la vitesse de sédimentation ou Vs, et le taux de protéine C réactive. Lorsque ces paramètres ont augmenté, une inflammation est alors mise en évidence. A noter que les résultats de l’analyse de sang ne suffisent pas pour diagnostiquer une ostéomyélite. Ils permettent, en revanche, de l’écarter lorsque la VS et la protéine C réactive ne sont pas augmentées.

Une radiographie permet de visualiser l’évolution de l’ostéomyélite. Lorsque la radiographie ne permet pas de confirmer le diagnostic, une tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM) peut être réalisée. Ces deux derniers examens permettent d’identifier les zones infectées et révéler la présence d’un éventuel abcès.

Parfois, une scintigraphie (image de l’os effectuée après l’injection d’une substance radioactive) est réalisée. Elle permet également de détecter la zone infectée, sauf chez les plus petits dont les os sont en cours de croissance. A noter cependant que la scintigraphie ne permet pas toujours de différencier les infections des autres maladies de l’os.

Enfin, pour diagnostiquer l’infection osseuse et identifier le germe responsable, il peut être utile d’analyser un échantillon de sang, de pus, de liquide articulaire ou d’os.

Quel traitement ?

Pour traiter une infection osseuse récemment développée, les antibiotiques représentent le traitement le plus efficace. Lorsque la bactérie en cause n’a pas été identifiée, le médecin prescrit un antibiotique à large spectre, autrement dit actifs contre de nombreuses bactéries dont le staphylocoque doré. Selon la sévérité de l’infection, le traitement peut être administré par voie IV pendant plusieurs semaines. Lorsque l’ostéomyélite est chronique, le traitement antibiotique par voie orale peut être poursuivi pendant plusieurs mois.

A noter ! Lorsque l’infection est d’origine fongique, le traitement prescrit est un antifongique.

Si l’infection est diagnostiquée précocement, le traitement chirurgical n’est pas automatiquement nécessaire.

En revanche, en cas d’ostéomyélite résultant d’une infection des tissus mous voisins, le traitement est plus complexe. Souvent, les os et les tissus nécrosés sont retirés chirurgicalement avant d’instaurer le traitement antibiotique. Lorsqu’un abcès se forme, il doit être drainé chirurgicalement.

Charline D., Docteur en pharmacie

Sources
– Ostéomyélite. MSD. Consulté le 29 décembre 2020.
– Ostéomyélite. Concilio. Consulté le 29 décembre 2020.
– Ostéomyélite. Larousse. Consulté le 29 décembre 2020.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.