La dysphagie  est un terme scientifique permettant de décrire une difficulté à avaler les boissons ou les aliments. Elle se manifeste par une sensation de gêne ou de blocage pendant la déglutition, et peut être secondaire à une pathologie, par exemple un AVC. Si la dysphagie persiste et sans prise en charge elle peut être à l’origine de plusieurs complications comme une malnutrition, une déshydratation ou une infection pulmonaire.

Définition et symptômes

Qu’est-ce que la dysphagie ?

dysphagie-schemaÀ savoir ! La dysphagie n’est pas une maladie, mais un symptôme.

Les organes impliqués dans le mécanisme de la déglutition sont : le pharynx, le sphincter supérieur de l’œsophage, l’œsophage et le sphincter inférieur de l’œsophage. L’ensemble de ces composants fonctionne de manière synchronisée afin de propulser les aliments introduits dans la bouche vers l’estomac, tout en prévenant leur reflux secondaire vers l’œsophage. Un obstacle physique ou des troubles de la motilité oesophagienne peuvent perturber le fonctionnement de cet ensemble.

La dysphagie est une difficulté de déglutition qui résulte d’une anomalie dans le transport des aliments et/ou liquides de la bouche vers l’estomac. La cause de ce trouble peut être organique (obstacle physique) ou fonctionnelle (atteinte neurologique).

À savoir ! Il ne faut pas confondre la dysphagie avec la sensation de boule dans la gorge, appelée « globus hystericus » qui n’est pas en lien avec une anomalie de la déglutition.

Selon la localisation de la gêne, on distingue deux types de dysphagie : la dysphagie oropharyngée et la dysphagie oesophagienne.

La dysphagie oropharyngée (ou dysphagie haute) est causée par une difficulté à faire progresser les aliments de l’oropharynx vers l’œsophage. Elle peut impliquer un dysfonctionnement de l’œsophage. Les patients décrivent une difficulté à initier la déglutition, des régurgitations nasales et des fausses routes avec toux. Ce type de dysphagie est plus volontiers observé en cas de maladie neurologique ou d’atteinte des muscles.

La dysphagie oesophagienne (ou dysphagie basse) se traduit par une difficulté à propulser les aliments le long de l’œsophage. Elle est causée par un trouble de la motricité ou une obstruction.

La mastication, la déglutition et le goût sont des fonctions qui nécessitent un bon fonctionnement neuromusculaire et une bonne coordination. Or, la motricité au niveau de la bouche est altérée avec l’âge, même chez les individus en bonne santé. Le déclin de cette fonction peut se manifester par :

  • Une diminution de la force et de la coordination des muscles masticateurs, particulièrement chez les patients équipés de prothèse dentaire. L’ingestion de portions plus grosses d’aliments peut ainsi augmenter le risque de fausse route ou d’étouffement ;
  • Un tonus musculaire de la bouche moins bon ce qui s peut conduire à baver, échapper de la nourriture, des liquides ou de la salive ;
  • Une augmentation des troubles de la déglutition qui se manifeste par un allongement du temps nécessaire au transfert des aliments de la bouche vers l’oropharynx, ce qui augmente le risque de fausse route.

Derrière les modifications liées au vieillissement, les causes les plus fréquentes de troubles buccaux sont les atteintes neuromusculaires, par exemple la maladie de Parkinson, la Sclérose en plaques, l’AVC, etc. Certains médicaments peuvent aussi être impliqués dans la dysphagie, notamment les diurétiques ou certaines chimiothérapies.

Quels symptômes ?

La dysphagie se traduit par une sensation de gêne ou de blocage lors de la déglutition. La présence de ce trouble doit alerter, il nécessite une prise en charge rapide, car ses conséquences peuvent être majeures :

  • Fausses routes ;
  • Pneumopathie chronique ;
  • Infections pulmonaires ;
  • Détérioration de la fonction respiratoire ;
  • Dénutrition.

Les répercussions d’une dysphagie sont également psychiques :

  • Anxiété associée au repas en raison de la peur de fausses routes ;
  • Isolement social ;
  • Perturbation de la prise des médicaments ;
  • Altération de la qualité de vie.