Présence du moustique Tigre dans 51 départements dont Paris

May 17, 2019 par

Depuis son arrivée en provenance d’Asie en 2004, le moustique Tigre ne cesse, chaque année, de s’implanter dans de nouveaux départements français. Aujourd’hui, et selon le ministère des Solidarités et de la santé, la moitié des départements français sont touchés par cet insecte, vecteur potentiel de dengue, chikungunya et virus Zika. 57 % de la population métropolitaine est désormais concernée.

moustique-tigre

La progression du moustique tigre en France

La lutte antivectorielle (LAV) menée par le gouvernement français concerne le moustique tigre originaire d’Asie, Aedes albopictus, vecteur de virus pouvant transmettre à l’homme la dengue, le chikungunya et virus Zika.

Récemment, un autre type de moustique, très répandu, le Culex pipiens, a transmis un autre type de virus, le virus du Nil occidental appelé également West-Nile.

À savoir ! La transmission de la maladie vers l’homme se fait lorsqu’un moustique tigre est porteur du virus (lorsqu’il a piqué une personne infectée, souvent située hors de la France métropolitaine) et qu’il pique une personne saine.

Dès 2018, le moustique tigre est “durablement installé” dans 51 départements (sur les 96 départements métropolitains) contre 42 en 2017. Sa progression depuis 2004 en France métropolitaine montre qu’il remonte depuis les Alpes-Maritimes en direction du Nord d’année en année.

Selon le réseau de surveillance nationale Vigilance-Moustiques, le moustique tigre poursuit son ascension vers les régions du nord de la France, ce sont 66 départements français qui sont colonisés ou vont bientôt l’être..

Finalement, en 2018, le moustique tigre s’est implanté en Charente-Maritime, Côte-d’Or, Loire, Nièvre et Puy-de-Dôme. La Capitale est également touchée tout comme sept départements d’Ile de France sur 8. Aujourd’hui, seul le Val d’Oise est épargné et les Yvelines ont détecté seulement une présence sporadique du moustique.

“Une fois installé dans une commune ou un département, il est pratiquement impossible de se débarrasser du moustique tigre” précise les autorités sanitaires.

Depuis 2004, les autorités françaises ont comptabilisé 22 cas de dengue et 31 cas de chikungunya. En 2017 et 2018, 29 cas de contamination par le virus du Nil occidental transmis par le moustique Culex pipiens ont été enregistrés.

À savoir ! L’infection par le virus du Nil occidental peut se manifester de trois façons différentes sur les humains. La première est une infection sans symptômes et on estime que 80% des cas passent inaperçus. La seconde est un état de fébrilité avec des symptômes proches de la grippe. La troisième, la plus grave, touche le système nerveux central et il se développe chez le patient une méningite ou une encéphalite causant le décès dans 3% des cas. Les personnes les plus vulnérables sont les personnes âgées ou immunodéprimées.

Les précautions à prendre

A l’échelle nationale, divers organismes spécialisés œuvrent à la lutte contre le moustique tigre : ce sont les “opérateurs publics de démoustication” ou OPD.
Lorsque les départements sont classés de niveau 1, les Conseils départementaux ou les OPD qu’ils désignent réalisent la lutte antivectorielle.

Dans les autres départements (niveaux 0a et 0b), les OPD interviennent pour l’Etat à travers une convention. A ce jour, tous les départements passés en niveau 1 ne sont jamais redescendus aux niveaux inférieurs compte tenu de la difficulté à déloger les moustiques qui affectionnent particulièrement les zones habitées par l’homme.

A l’échelle individuelle, plusieurs réflexes peuvent faire reculer la prolifération du moustique et/ou prévenir la survenue d’une éventuelle épidémie.

Il est conseillé de :

  • Supprimer les eaux stagnantes autour de chez soi (pot de fleur, eaux croupies, marécages, etc…) qui constituent des zones de nidification pour le moustique ;
  • Changer régulièrement l’eau des plantes et des fleurs ;
  • Recouvrir d’une moustiquaire les lieux humides impossibles à vider (puits, mares, bassins artificiels etc…) et vérifier le bon écoulement des gouttières, caniveaux et drainage ;
  • Traiter l’eau des piscines ;
  • Se protéger des piqûres de moustiques dans les zones endémiques et se protéger des piqures lors du retour en France ;
  • Signaler aux autorités compétentes la présence de moustique tigre (portail de signalement de l’ANSES).

Julie P., Journaliste scientifique

– Le moustique tigre implanté dans plus de la moitié des départements, dont Paris. Le Figaro. Consulté le 13 mai 2019.
– Cartes de présence du moustique tigre (Aedes albopictus) en France métropolitaine. Ministère des solidarités et de la santé. Consulté le 13 mai 2019.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.