Paracétamol et grossesse, un risque d’autisme et de troubles de l’attention chez l’enfant

Nov 25, 2019 par

Le paracétamol peut être prescrit aux femmes enceintes pendant toute la durée de la grossesse. Néanmoins, un nombre croissant d’études suggère que l’exposition du fœtus au paracétamol pourrait avoir des conséquences sur la santé de l’enfant à naître, en particulier des troubles neuro-développementaux.

tsa-tdah-paracetamol

Paracétamol, grossesse et troubles neuro-développementaux

Le paracétamol est le médicament antalgique le plus prescrit chez l’adulte, chez l’enfant, mais aussi chez la femme enceinte, et ce tout au long de la grossesse. Malgré son utilisation courante, de plus en plus d’études semblent indiquer que l’exposition du fœtus au paracétamol ne serait pas sans conséquences sur la santé de l’enfant à naître.

Des études observationnelles ont déjà établi un lien possible entre le paracétamol administré pendant la grossesse et le diagnostic dans l’enfance de plusieurs troubles neuro-développementaux :

  • L’autisme et les troubles du spectre autistique ;
  • Les troubles du déficit de l’attention, avec ou sans hyperactivité (TDAH).

Dans ces études, les doses de paracétamol utilisées étaient renseignées par les mères. Pour la première fois, une étude prospective vient d’être menée sur ce sujet, cette fois-ci avec une mesure objective de l’exposition du fœtus au paracétamol.

L’exposition fœtale au paracétamol multiplie le risque d’autisme et de TDAH

Cette nouvelle étude, menée par des chercheurs américains entre 1998 et 2008, a inclus plus de 3 000 couples mères – enfants, d’origines ethniques diverses et aux profils socio-économique difficiles à moyens. Sur l’ensemble des enfants suivis, 996 ont eu une évaluation neuropsychologique et un prélèvement de sang de cordon ombilical réalisé à la naissance pour y doser le paracétamol et ses métabolites (produits de dégradation du paracétamol dans l’organisme). Le même dosage était effectué sur le sang de la mère dans les 3 jours suivant la naissance.

Les enfants ont été suivis à partir de l’âge de 6 mois et jusqu’à un âge moyen de 9,8 ans. Parmi ces enfants :

  • 25,8 % ont été diagnostiqués pour un TDAH ;
  • 6,6 % ont été diagnostiqués pour un trouble du spectre autistique ;
  • 4,2 % ont reçu un double diagnostic, d’autisme et de TDAH ;
  • 30,5 % ont été diagnostiqués pour un autre trouble du développement.

En sommant les concentrations sanguines du paracétamol et de ses métabolites, les chercheurs ont mis en évidence que l’exposition globale du fœtus au paracétamol était associé à une augmentation significative de troubles neuro-développementaux chez l’enfant :

  • Le risque de TDAH était multiplié par 2,3 à 2,9 ;
  • Le risque d’autisme était multiplié par près de 4.

Un mécanisme qui reste à élucider

De tels résultats montrent que l’exposition du fœtus au paracétamol augmente significativement le risque de développer une forme d’autisme ou de TDAH, et ce d’autant plus que la dose de paracétamol est élevée. Un tel lien entre le paracétamol et les troubles neuro-développementaux pourrait être expliqué par l’immaturité du métabolisme hépatique chez le fœtus. Ainsi, il serait exposé de manière prolongée aux métabolites du paracétamol produits par le foie maternel et capables de passer dans le liquide céphalorachidien du fœtus. Un tel mécanisme reste cependant à confirmer.

Cette nouvelle étude comporte quelques limites, en particulier elle se rapporte uniquement aux expositions périnatales au paracétamol et certains métabolites n’ont pas pu être dosés. Néanmoins, il s’agit de la première étude prospective démontrant un lien entre l’exposition in utero au paracétamol et le risque d’autisme et/ou de TDAH. Des résultats susceptibles d’inquiéter les femmes enceintes ayant besoin de prendre des médicaments contre la douleur.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Association of Cord Plasma Biomarkers of In Utero Acetaminophen Exposure With Risk of Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder and Autism Spectrum Disorder in Childhood. Ji, Y. and al. 2019. JAMA Psychiatry. 1-11. doi: 10.1001/jamapsychiatry.2019.3259. Jamanetwork. Consulté le 24 novembre 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.