Prendre soin de son cœur grâce au Yoga et Tai Chi

Feb 7, 2019 par

Quelle est l’influence de la pratique du yoga et du tai-chi sur l’organisme ? C’est en passant en revue l’ensemble des publications scientifiques sur le sujet que des chercheurs australiens ont découvert que ces pratiques douces et méditatives étaient bénéfiques pour le cœur. Retour sur les travaux publiés dans la revue Future Neurology.

benefices-yoga-taichi

Tai-Chi et yoga : des pratiques douces pour lutter contre l’AVC

Les Australiens portent actuellement beaucoup d’intérêts à toutes les disciplines sportives ou habitudes alimentaires qui sont bénéfiques pour le système cardiovasculaire.

En effet, les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC), qui ont touché 56 000 personnes en 2017, ne cessent d’augmenter et coûtent plus de 5 milliards de dollars par an au pays.

Dans cette étude, menée par des chercheurs de l’université de Monash, de l’Australie du Sud (UniSA) et de Melbourne, 26 publications scientifiques sur le lien entre tai-chi et yoga et santé cardiaque ont été analysées.

À savoir ! Le tai-chi est une discipline s’inspirant des arts martiaux et de la médecine traditionnelle chinoise. Considéré comme une gymnastique, le tai-chi consiste à réaliser des exercices énergétiques sous forme de mouvements continus et circulaires réalisés lentement et avec précision.

Les résultats de cet ensemble d’études parues entre 1985 et 2017 ?

Les interventions basées sur la pleine conscience (approche corps-esprit), telles que le yoga et le tai-chi, atténuent les risques d’AVC en réduisant l’hypertension artérielle et, dans une plus faible mesure, le taux de cholestérol et le diabète.

Ils réduisent également la fibrillation auriculaire, l’obésité, l’anxiété et la dépression.

Pour les personnes ayant déjà subi un AVC, la pratique de ces activités orientales permet de prévenir la survenue d’un nouvel épisode d’AVC.

À savoir ! Les survivants d’un AVC courent un risque accru de récidives : 43 % dans les 10 ans, 32 % dans les cinq ans et 16 % dans l’année en cours.

« C’est là que le yoga et le tai-chi sont si utiles. Ce sont des pratiques de pleine conscience douces, basées sur le mouvement, qui aident les gens à se concentrer – un état d’esprit que les victimes d’AVC perdent souvent » explique le Docteur Immink qui a participé à cette étude.

L’influence de la concentration et de la respiration sur le corps

Certaines preuves suggèrent que le yoga et le tai-chi, par le biais de la respiration profonde, permettent aux pratiquants de :

  • Réguler leur pression artérielle ;
  • Stabiliser leur système nerveux autonome pour faire baisser la fréquence cardiaque.

A Savoir ! Le système nerveux autonome est la partie du système nerveux non soumise au contrôle volontaire. Ses neurones, sensitifs et moteurs, contrôlent les muscles lisses (digestion, vascularisation…), les muscles cardiaques, la majorité des glandes exocrines (digestion, sudation…) et certaines glandes endocrines (pancréas, glandes surrénales).

Hormis la réduction de la tension artérielle, les recherches montrent également que ces pratiques ancestrales basées sur la respiration et les mouvements en douceur aident à améliorer la santé des diabétiques. Ces mouvements augmentent l’apport sanguin dans les tissus et favorisent la libération d’insuline et d’antioxydants.

Même si d’autres travaux sont encore nécessaires pour approfondir ce lien entre le yoga ou le tai-chi et les facteurs de risque pour l’AVC, n’hésitez plus à vous lancer dans l’aventure de ces exercices de souplesse très doux pour l’organisme et praticables à tous les âges !

Julie P., Journaliste scientifique

– Stroke survivors and those at risk urged to focus on yoga and tai chi. Science Daily. Consulté le 4 février 2019.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.