Préserver sa santé en dormant dans l’obscurité ?

Actualités Santé au quotidien (maux quotidiens) Troubles du sommeil

Rédigé par Deborah L. et publié le 24 mars 2022

Et si dormir dans l’obscurité permettait de préserver sa santé ? C’est ce que suggère une récente étude américaine. Elle démontre que l’exposition à une lumière ambiante pendant le sommeil peut altérer notre santé, en particulier, la fonction cardiovasculaire et la régulation glycémique. Lumière sur ces résultats étonnants publiés dans le Proceedings of the National Academy of Sciences.

lumière sommeil et santé

Lien entre exposition à la lumière, sommeil et santé

Adopter une alimentation équilibrée et pratiquer une activité physique régulière constituent des réflexes bien connus pour se maintenir en bonne santé. S’exposer à la lumière se révèle tout aussi important. En effet, l’exposition à la lumière du jour permet de mettre le corps en état d’alerte afin qu’il puisse assurer efficacement ses tâches quotidiennes.

À savoir ! L’exposition à la lumière du jour permet d’augmenter la fréquence cardiaque via l’activation du système nerveux sympathique.

Si l’exposition à la lumière est bénéfique en journée, elle peut se révéler néfaste pour la santé pendant le sommeil. Essentiel au maintien de l’équilibre métabolique et physiologique, le sommeil doit avoir lieu dans de bonnes conditions. C’est sans compter l’exposition fréquente à la lumière artificielle  pendant le sommeil nocturne dans nos sociétés hyper connectées et remplies d’écrans en tous genres.

La communauté scientifique a déjà identifié l’exposition à la lumière ambiante pendant le sommeil nocturne comme facteur de risque de survenue de maladies cardiovasculaires. En examinant une grande population de personnes en bonne santé exposées à la lumière pendant leur sommeil, une étude antérieure publiée dans le JAMA Internal Medicine avait démontré qu’elles étaient plus sujettes aux problèmes de surpoids et d’obésité. Mais les mécanismes impliqués restent à ce jour peu documentés. Dans ce contexte, des chercheurs de l’Université de médecine du Northwestern ont souhaité approfondir la question.

Impact de l’éclairage nocturne sur la santé cardiaque

Afin de mesurer l’impact de la luminosité au cours d’une nuit de sommeil, les scientifiques ont recruté deux groupes de volontaires. Le premier a dormi sous une luminosité modérée (100 lux) et le second sous une luminosité faible (3 lux).

Les chercheurs ont observé qu’après une nuit de sommeil, l’exposition à une luminosité modérée a provoqué chez les participants une élévation de la fréquence cardiaque, de la force de contraction du cœur et de la vitesse du flux sanguin. L’organisme des participants est passé à un état d’alerte plus élevé que ceux qui ont dormi sous une luminosité faible. « Même si l’on dort, le système nerveux autonome est activé. Ce qui est mauvais car, habituellement, la fréquence cardiaque ainsi que d’autres paramètres cardiovasculaires sont plus lents la nuit et plus actifs pendant la journée », explique le Dr Daniela Grimaldi, l’un des auteurs principaux de l’étude.

Par ailleurs, les chercheurs ont constaté une perturbation de la régulation glycémique survenant dès le lendemain matin chez les participants. Selon eux, cette modification pourrait constituer le mécanisme clé qu’ils souhaitaient décrypter. Il s’agirait en fait d’un phénomène de résistance à l’insuline. Les cellules musculaires et adipeuses des participants ne répondraient pas correctement aux effets de l’insuline. Ainsi, elles se retrouveraient incapables de transformer le glucose en énergie. Le glucose non transformé s’accumulerait, ce qui augmenterait la glycémie au fil du temps et exposerait ainsi aux risques de diabète et d’obésité.

De l’importance de réduire l’éclairage pendant la nuit

D’après les auteurs, les résultats de cette étude suggèrent qu’une seule nuit d’exposition à un éclairage ambiant modéré pendant le sommeil suffit à altérer la régulation glycémique et cardiovasculaire. Cela constitue des facteurs de risque de maladie cardiaque, de diabète et de syndrome métabolique.

Ainsi, ils recommandent d’éviter l’exposition à la lumière pendant le sommeil nocturne ou d’en minimiser la quantité. Et, de suivre les recommandations suivantes au moment du coucher :

  • Ne laisser aucune lumière ou lampe de chevet allumée.
  • Si une source de lumière est indispensable (pour des raisons de sécurité par exemple), privilégier une lumière tamisée. Elle doit être proche du sol et dans les tons ambre ou rouge/orange, moins stimulants pour le cerveau. Eviter les lumières blanches ou bleues.
  • Installer si besoin des stores occultants ou porter un masque pour les yeux.

Diffuser ces règles d’hygiène du sommeil auprès du grand public constituerait un outil de prévention du risque de maladies cardiovasculaires. L’expression « extinction des feux » n’aura jamais pris autant de sens !

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– Light exposure during sleep impairs cardiometabolic function. pnas.org. Consulté le 22 mars 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.